jeudi 14 décembre 2017

« Peu importe ce qu'est Jérusalem-Est»


«Maintenant, ils [Israéliens et Palestiniens, ndlr] peuvent se réunir pour décider ce que seront les frontières, c'est à eux de décider les limites et il leur appartient de discuter de ce qu'ils veulent que Jérusalem devienne», a poursuivi Nikki Haley l'ambassadrice américaine aux Nations unies. «Nous n'avons pas parlé des limites ni des frontières... parce que peu importe ce qu'est Jérusalem-Est.., » écrit Ramal Louadj dans un article du 14 décembre 2017 - Quel agenda cacherait la décision de Trump sur Jérusalem? -.

>> Lire aussi :
L’Iran reconnaît implicitement Israël et réduit quasiment à rien le principal argument anti-iranien d’Israël
La Russie considère Jérusalem-Est comme la capitale du futur Etat palestinien et Jérusalem-Ouest comme la capitale de l’Etat d’Israël
La décision de Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël mène avant tout au schisme dans la communauté internationale

>> Mon fil info « TRUMP » sur twitter

Bonnes lectures

_______________ooo______________


Quel agenda cacherait la décision de Trump sur Jérusalem?

Par Kamal Louadj, le 14 décembre 2017


Début décembre, Donald Trump a annoncé sa décision de transférer l’ambassade de son pays vers Jérusalem. Celle-ci a eu l’effet d’un coup de tonnerre partout dans le monde. Mais qu’en est-il vraiment? Cependant, en lisant toute la déclaration, on pourrait penser que le Président américain avait un autre agenda!

Le Président Donald Trump vient de lancer une vague de réactions de presque tous les gouvernements du monde, pour dénoncer sa déclaration de reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël.


«Mais aujourd'hui, nous reconnaissons enfin l'évidence: que Jérusalem est la capitale d'Israël. Ce n'est rien de plus, ou moins, qu'une reconnaissance de la réalité. C'est aussi la bonne chose à faire. C'est quelque chose qui doit être faite», avait-il déclaré le 6 décembre dernier à la Maison-Blanche devant les journalistes.


Cependant, il est nécessaire de lire toute sa déclaration pour tenter de se faire une idée précise de sa portée politique et stratégique.

En effet, dans le paragraphe qui suit directement celui où il annonce que Jérusalem est désormais la capitale d'Israël, le Président américain précise tout de suite que:


«En faisant ces annonces, je tiens également à faire ressortir un point très clair: cette décision ne vise en aucune façon à rompre avec notre ferme engagement à faciliter un accord de paix durable. Nous voulons un accord qui soit grand pour les Israéliens et grand pour les Palestiniens. Nous ne prenons pas position sur les questions de statut final, y compris les limites spécifiques de la souveraineté israélienne à Jérusalem, ou la résolution des frontières contestées. Ces questions sont laissées aux parties impliquées».


Or, c'est justement ça qui bloque tout le processus de paix entre Palestiniens et Israéliens, le statut final de Jérusalem et la question des frontières. Sur ces deux questions précises, Donald Trump n'a rien amené de nouveau par rapport à tous les autres Présidents américains qui l'ont précédé à la Maison-Blanche.

Rappelons que ce qui a fait échoué les dernières négociations de Camp David, en juillet 2000, entre Yasser Arafat et Ehud Barak sous le parrainage de l'ancien Président américain Bill Clinton, c'est justement le statut final de Jérusalem, la question des frontières et le statut de la mosquée al-Aqsa. Toutefois, sur ce dernier point, Donald Trump affirme:


«En attendant, j'appelle toutes les parties à maintenir le statu quo dans les lieux saints de Jérusalem, y compris le mont du Temple, également connu sous le nom de Haram al-Sharif».


Alors qu'elle aurait pu être la motivation de Donald Trump? Cherchait-il, en reconnaissant Jérusalem, à relancer le processus de paix qui est au point mort depuis 2011.

Et pour finir, tout en espérant dans son discours que la région connaisse la paix et le développement en particulier pour les jeunes générations, le Président américain a fermement réitéré l'engagement de son pays pour une solution négociée entre Palestiniens et Israéliens.


Il déclare: «Les États-Unis demeurent profondément engagés à faciliter la conclusion d'un accord de paix acceptable pour les deux parties. J'ai l'intention de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aider à forger un tel accord. Sans aucun doute, Jérusalem est l'une des questions les plus sensibles de ces pourparlers. Les États-Unis seraient favorables à une solution à deux États si les deux parties étaient d'accord».


Ce qui laisse entendre que rien n'est encore joué.

Les positions chinoise et russe soutiennent aussi le principe de relancer les pourparlers de paix. Vladimir Poutine dans sa conférence de presse à l'issue de sa rencontre avec le Président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a déclaré:


«La Russie et l'Égypte prônent la reprise urgente du dialogue direct palestino-israélien sur toutes les questions litigieuses, y compris sur le statut de Jérusalem […]. Ces ententes doivent correspondre aux décisions déjà prises par la communauté internationale. La Russie soutient toutes les résolutions adoptées par le Conseil de sécurité de l'Onu à ce sujet».


Nikki Haley, ambassadrice américaine aux Nations unies, a d'ailleurs confirmé la direction donnée par son Président.

«En ce qui concerne les mécontents, nous savions que cela allait se produire. Mais le courage en est l'origine. Lorsque vous prenez une décision, vous voyez certains la considérer négativement et certains la considérer positivement», a défendu Mme Haley.

Après 22 ans de reports de la loi sur le déménagement de l'ambassade américaine, le chef d'État a considéré qu'il était temps «désormais d'essayer de faire avancer les choses».

__________________________________



«Maintenant, ils [Israéliens et Palestiniens, ndlr] peuvent se réunir pour décider ce que seront les frontières, c'est à eux de décider les limites et il leur appartient de discuter de ce qu'ils veulent que Jérusalem devienne», a poursuivi l'ambassadrice. «Nous n'avons pas parlé des limites ni des frontières pour une raison. C'est parce que peu importe ce qu'est Jérusalem-Est, ou une quelconque autre région, c'est entre les Palestiniens et les Israéliens»


_____________________________________
 


«Maintenant, ils [Israéliens et Palestiniens, ndlr] peuvent se réunir pour décider ce que seront les frontières, c'est à eux de décider les limites et il leur appartient de discuter de ce qu'ils veulent que Jérusalem devienne», a poursuivi l'ambassadrice. «Nous n'avons pas parlé des limites ni des frontières pour une raison. C'est parce que peu importe ce qu'est Jérusalem-Est, ou une quelconque autre région, c'est entre les Palestiniens et les Israéliens», a-t-elle conclu.

Dans une autre déclaration elle a affirmé: «Nos actions visent à faire progresser la cause de la paix».

Toutefois, des dizaines de milliers de manifestants sont à nouveau descendus dans les rues dimanche au Moyen-Orient et ailleurs dans le monde pour protester contre la décision de M.Trump.

BTC, résistance des 6 500 ou rebond vers les 15 000 ?

«  Pour le moment, la star des cryptomonnaies évolue dans un canal baissier assez violent et très rapide qui devrait mener le Bitcoin...