mardi 1 août 2017

Le ministère de l’intérieur fait volte-face sur la gestion des migrants



« Le ministère de l’intérieur fait volte-face sur la gestion des migrants de Calais. Alors que, depuis neuf mois, le gouvernement fait l’impossible pour rendre les exilés invisibles, Gérard Collomb a annoncé, lundi 31 juillet, l’ouverture de deux centres d’hébergement d’un nouveau type » rapporte Le Monde dans un article du 1er août 2017 à lire ci-dessous. 

Bonne lecture

__________oooo__________

Des centres d’accueil pour migrants d’un genre nouveau vont ouvrir à Calais

Par Maryline Baumard, le 1er août 2017

http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/01/des-centres-d-accueil-pour-migrants-d-un-genre-nouveau-vont-ouvrir-a-calais_5167244_1654200.html

Le gouvernement annonce l’ouverture de deux nouveaux lieux, où un dispositif spécifique permettra d’accélérer les demandes d’asile

Le ministère de l’intérieur fait volte-face sur la gestion des migrants de Calais. Alors que, depuis neuf mois, le gouvernement fait l’impossible pour rendre les exilés invisibles, Gérard Collomb a annoncé, lundi 31 juillet, l’ouverture de deux centres d’hébergement d’un nouveau type. Déjà centre d’accueil, l’abbaye cistercienne de Belval, à Troisvaux (Pas-de-Calais), sera transformée dès la fin de la semaine en centre d’accueil et d’examen des situations (CAES), comme l’hôtel Formule 1 de Bailleul (Nord). Trois cents places au total seront dégagées.

Cette décision répond à la double injonction du président de la République et du Conseil d’Etat. Le souhait exprimé, jeudi, par Emmanuel Macron d’en finir « d’ici la fin de l’année » avec les « personnes » dormant « dans les rues, dans les bois », a évidemment donné le « la » de ce changement de pied. Mais le déclic est venu de l’arrêt rendu, lundi, par le Conseil d’Etat, ordonnant à l’Etat et à la ville de Calais de revoir leur gestion des quelque 600 migrants qui errent aux abords du tunnel et des ferrys pour la Grande-Bretagne.

Au départ, onze associations avaient déposé un référé devant le tribunal administratif de Lille. Sûrs de leur fait, l’Etat et la municipalité avaient fait appel auprès de l’institution de la décision qui les enjoignait d’installer des points d’eau. Non seulement leur appel est rejeté, mais ils se retrouvent pointés du doigt par un arrêt sévère.

Celui-ci estime que « la prise en compte par les autorités publiques des besoins élémentaires des migrants qui se trouvent présents à Calais en ce qui concerne leur hygiène et leur alimentation en eau potable demeure manifestement insuffisante et révèle une carence de nature à exposer ces personnes, de manière caractérisée, à des traitements inhumains ou dégradants, portant ainsi une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale ».

Installation de blocs sanitaires

Face à ce cinglant camouflet pour sa politique menée depuis deux mois, la Place Beauvau a donc changé son fusil d’épaule. Outre l’ouverture de deux lieux de répit, M. Collomb – qui le 23 juin avait conseillé aux humanitaires de Calais « d’aller exercer leur savoir-faire ailleurs » – va désormais devoir faire en sorte, par le biais des services de son préfet, que les exilés aient un accès à l’eau, à des sanitaires, puissent se nourrir et faire enregistrer leur demande d’asile.

Lors d’une conférence de presse, le ministre a indiqué que des blocs sanitaires mobiles seraient mis en place dans la commune, pour les quelque 600 migrants présents. Une décision qui a irrité la maire, Natacha Bouchart (Les Républicains). Cette dernière a déclaré qu’elle n’installerait « ni douche ni toilettes » de peur que « se recréent autour des squats ou des bidonvilles ». Elle a ajouté que « si le gouvernement veut le faire, il devra réquisitionner un terrain ».

A l’opposé, à Grande-Synthe, le maire Europe Ecologie-Les Verts se réjouit que l’Etat accède enfin à sa demande de « plus de dignité » pour les 1 500 exilés qui vivent là. « J’ai pu m’entretenir avec le préfet qui me propose un dispositif de préaccueil de plusieurs jours sous toiles de tente, sur la commune, avec un enregistrement administratif sur place, avant que les réfugiés ne soient orientés vers un centre en dur », rappelle Damien Carême.

Un pôle alimentation et des blocs sanitaires avec douches devraient donc revoir le jour tout début septembre sur le terrain de la Linière, qui avait abrité le premier camp humanitaire de France – un espace construit par Médecins sans frontières (MSF) pour héberger 1 500 Kurdes. Pour avoir souvent acquitté leur voyage jusqu’à son terminus, lorsqu’ils font escale à Grande-Synthe, ces exilés du Dunkerquois sont traditionnellement plus difficiles à convaincre de demander l’asile en France que ceux de Calais. Ce temps de répit sur place pourra servir au travail de persuasion.

Répartition selon le statut

A Calais, en revanche, l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) va tenter lors de maraudes de convaincre directement les migrants de monter dans des bus pour être emmenés vers les CAES où des agents des préfectures feront le point sur leur statut. L’OFII y sera lui aussi présent, ce qui rendra possible l’enregistrement direct des demandes d’asile depuis ces nouveaux centres. Ce nouveau dispositif, qui gomme la case préaccueil en vigueur partout en France et évite le passage en préfecture, permettra de commencer à réduire la durée nécessaire pour obtenir l’asile, comme le promet le plan gouvernemental annoncé le 12 juillet. Il pourrait d’ailleurs servir de modèle pour faire évoluer le dispositif parisien que M. Collomb sait être son prochain sujet à traiter.

Ensuite, comme il l’a rappelé lundi, les migrants seront répartis selon leur statut. Les demandeurs d’asile rejoindront des hébergements spécifiques. Les exilés qui ont laissé leurs empreintes ailleurs en Europe (« dublinés ») devraient de toute évidence se retrouver assignés à résidence, le temps que le premier pays qu’ils ont rallié donne son accord pour les reprendre. Et comme l’ajoute Fabien Sudry, préfet de Calais : « Ceux qui sont en situation irrégulière pourront être dirigés vers des centres de rétention. » A moins qu’ils ne décident d’un retour volontaire, comme les 542 Afghans qui sont entrés dans cette procédure, proposée par l’OFII, depuis le début de l’année. Le distinguo entre toutes ces catégories de migrants est l’un des credo de M. Macron.

La grande inconnue reste l’engouement des migrants à rejoindre ces CAES, assumés comme des espaces de tri. Natacha Bouchart craint déjà que beaucoup ne refusent et continuent à tenter de passer en Grande-Bretagne. L’élue regrette d’ailleurs qu’on n’ait « pas aujourd’hui de réponse pour ceux qui refusent de demander l’asile en France » et compte bien obtenir qu’un volet spécifique figure dans le texte de loi que le gouvernement prépare pour la rentrée.

Le risque est évidemment celui d’une chasse à l’homme dans la lande… Même si, après la récente mise en cause de l’attitude des forces de l’ordre dans le Calaisis, à la suite d’une enquête de Human Rights Watch, le ministre de l’intérieur a indiqué lundi avoir demandé des enquêtes à l’inspection générale de l’administration, à l’inspection générale de la police et à l’inspection générale de la gendarmerie nationale.

Avec l’affaiblissement de ses soutiens et le départ de Bannon, Trump est sous contrôle

«… l’inquiétude affichée sur la Corée du Nord a été remplacée par les nouveaux développements domestiques aux USA avec l’affaiblissemen...