mardi 1 août 2017

Contre sanctions russes : l'expulsion des diplomates US aura des conséquences graves pour le renseignement américain


«Les chefs des cellules de renseignement et d'autres responsables, qui travaillent à Moscou, sont stratégiquement importants. Leur mission est de tenir des réunions avec les nombreux agents du renseignement présents en Russie. Il peut s'agir de réunions courtes ou d'autres formats qui permettent l'échange d'informations grâce aux moyens techniques qui sont à votre disposition», précise John Sipher l'ancien chef des cellules américaines de renseignement à Moscou. L'expulsion des diplomates aura des conséquences d'autant plus graves pour le renseignement américain que le nombre des agents secrets russes aux États-Unis dépasse celui des espions américains qui travaillent en Russie rapporte Sputnik dans un article du 1er août 2017 à lire ci-dessous.

Bonne lecture
___________oooo_________


Le renseignement US est le principal perdant des contre-sanctions diplomatiques russes

Sputnik, le 1er août 2017


En réponse aux nouvelles sanctions antirusses adoptées par le Sénat des États-Unis, Moscou a décidé d'expulser 755 diplomates américains. D'anciens agents secrets, qui ont travaillé contre l'Union soviétique, ont raconté à CNN à quel point cette mesure allait rendre difficile l'activité du renseignement US en Russie.

La décision de Vladimir Poutine d'expulser 755 diplomates américains du territoire russe après l'adoption par le Sénat US de nouvelles sanctions visant la Russie ne restera pas sans conséquences pour le renseignement américain, compte tenu du fait que la plupart de ces diplomates travaillent comme agents secrets sous couverture, ont expliqué à CNN d'anciens officiers de services spéciaux américains.
«Des espions de la CIA, des dirigeants de groupes de renseignement se trouvent parmi ceux qui effectuent un travail quotidien [dans les missions diplomatiques, ndlr]. Par conséquent, si le nombre de personnes dans une ambassade est limité à ce point, il est inévitable que le nombre de personnes qui collectent des renseignements sera réduit lui aussi», estime Eric O'Neill, un ancien agent du contre-espionnage du FBI.

Selon les experts, l'activité quotidienne des agents secrets ne diffère guère de ce que nous montrent des séries télévisées telle que «The Americains» ou d'autres.

«Les chefs des cellules de renseignement et d'autres responsables, qui travaillent à Moscou, sont stratégiquement importants. Leur mission est de tenir des réunions avec les nombreux agents du renseignement présents en Russie. Il peut s'agir de réunions courtes ou d'autres formats qui permettent l'échange d'informations grâce aux moyens techniques qui sont à votre disposition», précise John Sipher l'ancien chef des cellules américaines de renseignement à Moscou.

L'expulsion des diplomates aura des conséquences d'autant plus graves pour le renseignement américain que le nombre des agents secrets russes aux États-Unis dépasse celui des espions américains qui travaillent en Russie.

«D'anciens officiers du renseignement américains affirment que les Russes ont plusieurs avantages sur leurs collègues des États-Unis. Les Russes recrutent souvent des hommes d'affaires ordinaires et des fonctionnaires en mission, par exemple, des pilotes de l'aviation civile, des banquiers et des journalistes afin qu'ils espionnent à leur place» résume le journaliste de CNN Brian Todd.

Pour rappel, après l'adoption par le Sénat américain de nouvelles sanctions antirusses, le Président russe a enjoint à 755 diplomates US de quitter la Russie, ajoutant que Moscou disposait d'un large éventail de mesures pour répondre aux États-Unis mais n'entendait pas pour l'heure en appliquer d'autres.

Le chef du Kremlin a ajouté que, bien que Moscou ait à sa disposition des mesures de rétorsion diverses et variées et puisse appliquer en retour de nouvelles sanctions, il n'y aura pas recours parce que cela aura un impact négatif sur les relations russo-américaines.

Le Sénat américain a approuvé jeudi la proposition de loi portant sur de nouvelles sanctions contre la Russie, l'Iran et la Corée du Nord. Le document a été soutenu par 98 voix contre deux. Le texte sera ensuite envoyé au Président Donald Trump, qui pourrait toutefois y opposer son véto.

Jérusalem : un soi-disant plan de paix saoudien a fait naître la certitude d'un axe entre Israël, les États-Unis et l'Arabie saoudite.

« Alors que la communauté internationale désapprouve de façon presque unanime l'annonce de Donald Trump, certains articles suggèrent qu...