dimanche 9 juillet 2017

G20 : pour les « Fake Stream Media », Trump a échoué et trahi



« Il va de soi, pour les « Fake Stream Media », que la visite en Europe de Donald Trump a été un échec et une trahison. Un échec parce que le G20 aurait consacré Angela « leader du monde libre », un monde anti-historique et adorateur d’idoles : celles du changement climatique, du libre-échange des biens et personnes, de la supervision bureaucratique. Une trahison ensuite, parce que Trump se serait couché devant Poutine en refusant de reconnaître, jeudi dernier à Hambourg, les preuves « irréfutables » du piratage russe de l’élection, puis en parlant avec Vladimir pendant plus de deux heures… sans lui remettre une déclaration de guerre en bonne et due forme » écrit André Archimbaud dans un article du 9 juillet 2017 à lire ci-dessous.
 
Bonne lecture

______________oooo______________


Varsovie, Hambourg : Trump réinvente la Mitteleuropa


Par André Archimbaud, Boulevard Voltaire, 9 juillet 2017

A Varsovie, Trump a présenté un plan « quasi-Spenglérien » : redéfinir l’Europe et l’Occident.

Il va de soi, pour les « Fake Stream Media », que la visite en Europe de Donald Trump a été un échec et une trahison. 

Un échec parce que le G20 aurait consacré Angela « leader du monde libre », un monde anti-historique et adorateur d’idoles : celles du changement climatique, du libre-échange des biens et personnes, de la supervision bureaucratique. Une trahison ensuite, parce que Trump se serait couché devant Poutine en refusant de reconnaître, jeudi dernier à Hambourg, les preuves « irréfutables » du piratage russe de l’élection, puis en parlant avec Vladimir pendant plus de deux heures… sans lui remettre une déclaration de guerre en bonne et due forme.

Le secrétaire d’État Tillerson a donné un compte rendu « clinique » de la discussion, dans laquelle les Américains disent enregistrer leur désaccord sur la dénégation de Poutine quant à ses ingérences dans l’élection présidentielle américaine. Il a ensuite listé les points de discussion prometteurs (Syrie, cybersécurité). De leur côté, le ministre Lavrov et Poutine lui-même disent que Trump a posé de multiples questions sur les cyberattaques russes et semblait « satisfait » des réponses. Nuance…

En quelques mois de réformes par décrets présidentiels, les Américains se sont réveillés dans un pays qui crée à nouveau des emplois, tirés par le double moteur des industries de l’armement et de l’énergie. Avec une surprise de taille : les États-Unis sont devenus exportateurs d’énergie, disposant d’une massive capacité.

À Varsovie, Trump a présenté un plan « quasi spenglérien » : redéfinir l’Europe et l’Occident.

Il confirme d’abord son engagement sur un OTAN modernisé, qui impose un stress économique (2 % du PIB) à la « vieille Europe » arrogante. Puis il définit l’adversaire, le vrai, au-delà de l’islam fanatique et des migrations en folie : les élites européennes mondialistes, sans foi ni croyance, qui n’ont pas la volonté de défendre « la civilisation occidentale ». Trump ne parle pas de multilatéralisme ou de système, mais de tradition, de culture et de destin. « La Pologne est l’âme de l’Europe », dit-il, car ce pays, par sa foi et sa volonté, a connu de multiples résurrections au cours de son histoire. Un pays qui sait se battre…

La Mitteleuropa doit suivre : Trump soutient ardemment la récente “Three Seas Initiative”, conjointement lancée par la Pologne et la Croatie, qui vise à dynamiser douze pays reliant les mers Baltique, Noire et Méditerranée. Un bloc qui a soif de vivre et qui s’affirme face à la « vieille Europe » de Bruxelles, comme à la Chine et à la Russie. Une Mitteleuropa plus ouverte au populisme trumpien, loin des sophistications de Davos, de Bruxelles ou de Bilderberg.

Trump partage ainsi, avec cette Europe centrale, la même désignation de l’adversaire, à l’intérieur comme à l’extérieur, tout en leur offrant armement, gaz de schiste et « charbon propre ». Ce qui déplaît à Bruxelles : rien de pire qu’un empire-tampon trumpien entre Moscou et Berlin. D’autant que Fraser Nelson (journaliste au Telegraph) confirmait, le 7 juillet, qu’une récente étude prouve que les populations européennes (Ouest inclus) sont considérablement plus « trumpistes » que leurs dirigeants « obamiens ». 

Quid de la Russie ? Trump, bien que lui reprochant de « déstabiliser » la Syrie et l’Ukraine, offre à Poutine de « rejoindre les nations civilisées contre les ennemis communs ». Loin du « deep state »

Les caisses de retraites en France sont déjà vides, personne ne veut annoncer la mauvaise nouvelle

«… pour sauver le système des retraites (à Andorre), il faudrait, selon le rapport remis par les experts français, fixer le départ à la...