mardi 27 juin 2017

Syrie : future fausse attaque à l’arme chimique de Damas, le piège des néocons pour destituer Trump



Ce matin, Le Figaro rapporte que « La Maison blanche a annoncé hier que le régime syrien était, selon ses informations, en train de préparer une nouvelle attaque à l'arme chimique et a mis en garde le président syrien Bachar al Assad du "prix élevé" que paierait son armée en cas d'attaque sur des civils ». Ce à quoi Spoutnik répond en rapportant la déclaration d’un Sénateur russe : « Tout porte à croire que les États-Unis préparent une nouvelle attaque contre les positions de l’armée syrienne » qui sont aussi, faut-il le préciser, celles des Russes. 

Que cherche la Maison Blanche ou, plus exactement, qui cherche à impliquer la Maison Blanche dans cette nouvelle provocation anti-russe et pourquoi ? Ma réponse est simple : le russiagate ayant échoué, les ennemis de Trump tentent de le pousser vers une confrontation directe avec la Russie puisque la Russie reste, à leurs yeux, l’ennemi à abattre. Si Trump ne s’exécute pas suite à une attaque à l’arme chimique de Damas, même fausse, ce sera le prétexte pour l’accuser de collusion avec Moscou et un motif de destitution. Trump est donc obligé de s’exécuter, pour l’instant.

Bonne lecture

______________ooo______________


Selon Washington, la Syrie prépare une nouvelle attaque chimique

  • Par
  • Mis à jour
  • Publié

La Maison blanche a annoncé hier que le régime syrien était, selon ses informations, en train de préparer une nouvelle attaque à l'arme chimique et a mis en garde le président syrien Bachar al Assad du "prix élevé" que paierait son armée en cas d'attaque sur des civils.
Les préparatifs détectés sont similaires à ceux entrepris avant l'attaque de Khan Cheikhoune, qui a tué des dizaines de civils le 4 avril dernier, a précisé la Maison blanche.

Donald Trump avait ordonné en représailles des frappes de missiles contre une base aérienne syrienne présentée comme le point de départ de l'attaque au gaz sarin. Cette frappe américaine, la première menée intentionnellement contre des forces pro-gouvernementales syriennes depuis le début du conflit en 2011, avait accru le risque de confrontation entre les Etats-Unis et la Russie et l'Iran, principaux alliés de Damas.

Des responsables américains avaient défendu à l'époque une intervention "ponctuelle" destinée à prévenir de futures attaques à l'arme chimique, et ne signalant pas d'expansion du rôle de Washington dans le conflit syrien. Depuis, les Etats-Unis ont participé à une série d'opérations contre les forces du régime et des milices alliées soutenues par l'Iran, pour la plupart présentées comme des mesures d'auto-défense.
L'émissaire des Nations unies Nikki Haley a déclaré hier sur Twitter: "Toute nouvelle attaque commise sur le peuple syrien sera attribuée à Assad, mais aussi à la Russie et à l'Iran qui soutiennent le massacre de son propre peuple."

______________oooo_____________

Sénateur russe: «Les USA préparent une provocation cynique sans précédent»

Tout porte à croire que les États-Unis préparent une nouvelle attaque contre les positions de l’armée syrienne, conclut le sénateur russe Franz Klintsevitch se basant sur les récentes déclarations de la Maison-Blanche.

Les déclarations de la Maison-Blanche d'après lesquelles le Président syrien Bachar el-Assad préparerait une attaque chimique témoignent que les États-Unis vont lancer une nouvelle frappe contre les positions de l'armée syrienne, estime Franz Klintsevitch, premier vice-Président de la commission de la Défense au Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

Le service de presse de la Maison-Blanche avait auparavant déclaré que le Président syrien Bachar el-Assad préparait une nouvelle attaque chimique et avait promis que cette nouvelle attaque chimique pourrait coûter très cher aux autorités syriennes.

«Les États-Unis fomentent une nouvelle attaque contre les positions des forces syriennes. C'est clair. Une nouvelle provocation cynique sans précédent se prépare», a confié à Sputnik le sénateur Franz Klintsevitch.
Dans une interview accordée au Figaro au cours de sa récente visite en France le Président russe Vladimir Poutine a déclaré que le Président syrien Bachar el-Assad n'avait pas eu recours aux armes chimiques en Syrie et que c'était une provocation,

Les caisses de retraites en France sont déjà vides, personne ne veut annoncer la mauvaise nouvelle

«… pour sauver le système des retraites (à Andorre), il faudrait, selon le rapport remis par les experts français, fixer le départ à la...