dimanche 18 juin 2017

Macron à la présidence française, c'est la rencontre d'une avidité et d'un désespoir



Ce n’est pas dans mes habitudes mais cet article publié le 7 juin 2017 par entrefilet.com, Sortez le pop-corn !, est tellement de circonstance – le second tour des élections législatives françaises – que je vous le mets intégralement en ligne ci-dessous sans autre commentaire de ma part sinon pour signaler que j’ai changé le titre original en reprenant une phrase de l’article de manière à mieux l’intégrer au thème actuellement développé sur €calypse . Bonne lecture !
 
 
Sortez le pop-corn !

07/06/2017 Quel enchaînement mes amis ! Quelle déferlante ! Quelle diarrhée d’ampleur cosmique ! Depuis le soft-coup d’Etat qui a permis à l’oligarchie apatride de placer son «Loup de Wall Street» à l’Elysée, ça n’arrête pas. Le Système nous ballotte du cocasse au tragique, puis du pathétique à la bouffonnerie la plus crasse avec le même allant quasi primesautier. Les sommets de l’OTAN et du G7 qui partent en sucette; Trump qui se fait la malle de l’Accord de Paris; Londres qui est attaquée par des barbus comme toujours connus de la police et/ou liés aux barbouzes; et enfin des bédouins soutenant le terrorisme qui accusent d’autres bédouins soutenant le terrorisme... de soutenir le terrorisme. Du caviar. Un beau bordel en fait, de plus en plus bordélique d’ailleurs, comme seul peut en produire un Système en pleine décomposition. Un Système conçu comme une gigantesque bombe à fragmentation qui n'en finit pas d'exploser sous nos yeux ébahis. Sortez le pop-corn !

La rencontre de l’avidité et du désespoir
Bon, on ne s’étendra pas outre mesure sur la nomination de Macron à la présidence française par voies de merdias et d'argent. Sauf pour dire que c'est la rencontre d'une avidité et d'un désespoir. L'avidité d'une oligarchie globaliste qui a senti possible l'heure du festin hexagonal ultime, et le désespoir d'une société épuisée mais désormais passionnément amoureuse de sa servitude, et accessoirement affolée à l’idée de ne plus pouvoir goinfrer les miettes tombées de la table.
 
A l’heure où nous écrivons ces lignes, les sondeurs nous prédisent même un triomphe du macronisme aux législatives, ce qui prouverait que la France à genoux est bel et bien en marche.

Cinquante ans d'abrutissement télévisuel et de déconstruction sociale à coups de progressisme sociétal ont donc grippé tous les ressorts. Les globalistes hallucinés toucheraient au but: organiser un monde dans lequel une petite caste de Surmorts incultes pourra enfin contrôler des hordes de sots chassant le pokémon au milieu des ruines photoshopées d’un monde exsangue. La vraie fin de l’Histoire. C’est Fukuyama qui va être content. 

Un google-goulag pas facile à gouverner
Sauf que bon, Attali a beau sonner sans répit l’hallali de «l’ancien monde»; il a beau en appeler à un Gouvernement mondial pour gérer le troupeau bientôt définitivement confiné dans son google-goulag: ça ne va quand même pas tout à fait de soi. Y’a des résistances, des divergences de formes qui plombent le fond, bref, y’a le bordel habituel.

Les Sommets de l’Otan et du G7 par exemple, qui un peu comme les Oscars ou les Césars célèbrent et réchauffent d’années en années la même soupe idéologique : ratés tous les deux !
 
La belle amitié transatlantique en a même pris un sacré coup. Le Kaiser allemand, manager de la succursale européenne pour le compte de l’Empire jusque-là, en a pour ainsi dire fait un malaise, affirmant entre deux hoquets à la fête de la bière que «l'époque où nous pouvions entièrement compter les uns sur les autres est quasiment révolue» (1).
 
On en est même venu pratiquement aux invectives entre la grosse Bertha et The Donald sur Twitter (2).
 
Diantre !

Le vertige de la liberté
C’est que Trump s’en est donné à cœur joie pour frustrer ses caniches en les envoyant valser à la fois sur la question du climat et de la sécurité. Débrouillez-vous sans nous guys ! Exit par exemple l’automaticité du fameux article 5 de l’OTAN qui veut qu’un pays attaqué soit défendu par les autres, c’est-à-dire par l’Amérique. En gros Trump a gentiment expliqué aux Européens que s’ils voulaient être protégés, ils devraient d’abord passer à la caisse !

Pour des Européens habituer à sentir l’agréable tension de la laisse sur leur cou docile, inutile de dire que c’est un fameux choc. Le vertige de la liberté en somme, dont on ne saurait vraiment pas quoi faire.

On se rappelle alors la fameuse lettre écrite par le Président de l’UE, Donald Tusk, où il disait en février dernier que «les USA sont quasiment autant une menace pour l’UE que la Russie, la Chine et Daesh». (3)

Une prémonition ?

Ambiance.

Management de la terreur
Et puis voilà que survient la série d’attentats de Londres. Entre stratégie de tension (4) et «management de la terreur» (5) comme on voudra ;  entre attentats «spontanés» et opérations effectivement commanditées de l’étranger, on ne sait plus quoi en dire, si ce n’est rappeler que ce sanglant bordel est la conséquence directe de 25 ans de boucheries perpétrées par le Bloc atlantiste au Moyen-Orient. Tout cela pour du pétrole, du gaz, des pipelines et rien, absolument rien d’autre, et surtout pas les vertueuses sottises invoquées devant l’ONU.

Daesh est ainsi né de la destruction de l’Irak, a grandi grâce à celle de la Libye, et la dévastation entretenue par ce même Bloc atlantiste aujourd’hui en Syrie ne fait que nourrir la spirale infernale. On notera à toutes fins utiles que la matrice idéologique de tous les extrémismes musulmans n'est autre que le wahhabisme rétrograde de l’Arabie Saoudite, principal allié du Bloc atlantiste dans la région bien évidemment.

En résumé, lorsqu’ils ne relèvent pas du «management de la terreur» à des fins politiques, les attentats ne sont que le résultat de la politique étrangère criminelle du Bloc atlantiste (6). Dans les deux cas, nos gouvernements sont donc pleinement responsables, coupables et comptables de chaque victime de ces atrocités.

Les attentats islamistes en Europe ont déjà tué 321 personnes depuis 2015 et fait des centaines de blessés (7).

Rendez-vous donc au prochain massacre, à l’issue duquel on s’affirmera fièrement «plus forts qu’avant» et désireux de «continuer comme avant».

Dont acte.

Humour bédouin
Enfin, le dernier buzz-Système en date est le soi-disant «séisme» provoqué par la mise au ban du Qatar par l’Arabie Séoudite et une poignée de partenaires plus ou moins enthousiastes.

La chose est survenue au lendemain d’une visite très enjouée de Trump à Riyad, où avec la finesse d’analyse qu’on lui connaît le POTUS a appelé les pays de la région à «isoler» l’Iran accusée de soutenir le terrorisme (8) (alors même qu’il n’y a aucun exemple de groupe terroriste chiite). D’où peut-être cette fumeuse idée saoudienne de s’en prendre à Doha, dont les bonnes relations avec Téhéran agacent volontiers le Royaume. Il faut dire que le Qatar et l’Iran partagent un fabuleux gisement gazier, ce qui favorise logiquement l’apaisement.
 
D’autres analystes affirment que c’est les ambitions démesurées du petit Qatar qui ont fini par irriter Riyad. Il est vrai que l’immense richesse de Doha lui a un peu fait enfler la tête. Sa chaîne TV Al-Jazeera est ainsi devenue la CNN arabe en quelque sorte, et on retrouve la patte du Qatar dans tous les coups fourrés survenus dans la région depuis dix ans. Mais pas plus que celle de l’Arabie Saoudite. 
 
Pour Thierry Meyssan en revanche, qui semble toujours particulièrement bien informé sur ce dossier, l'affaire confirme une fracture anglo-saxonne sur la manière de maintenir le Moyen-Orient sous tutelle (9). Qui sait ?
Nous ne retiendrons quant à nous de cette affaire que l'aspect cocasse de la chose, qui sied si bien au Système qui la porte, et qui voit donc un sponsor du terrorisme accusant un autre sponsor du terrorisme... de sponsoriser le terrorisme. Chacun des deux sponsors en litige étant sponsorisé à son tour par le vertueux Bloc atlantiste.

Ambiance. 

Conclusions
On le voit, notre joyeux Système patauge dans un désordre sans cesse renouvelé, où l’absurde le dispute à l’horrible, où la guerre et la violence qu'il produit en permanence sont devenus la trame de fond imposée de notre temps.

Dans ce gigantesque et sanglant désordre, les crises s'additionnent, grandissent les unes à côté des autres, sans qu'aucune ne soit jamais résolue, avec au milieu un capitalisme terminal qui cherche à prospérer comme la gangrène sur un champ de bataille. 
 
Et cette fois, c'est le Bloc atlantiste lui-même qui se lézarde, contaminé par sa propre folie. 
 
Au fil des décennies, le Système atlantiste s'est ainsi révélé n'être qu'une gigantesque bombe à fragmentation.
 
Une bombe qui explose aujourd'hui sous nos yeux.
 
Sortez le pop-corn! 
 
Publié par entrefilets.com le 7 juin 2017

1
Angela Merkel tire l'amère leçon du G7

2 Le ton monte d'un cran entre Angela Merkel et Donald Trump

3
L’Amérique de Trump est une menace pour l’UE selon Donald Tusk

4
Stratégie de tension

5
Le management de la terreur : Un business compliqué

6 Toutes ces dévastations ont aussi provoqué ce que l’on appelle aujourd’hui la «crise migratoire», un déplacement massif de populations en réalité voulu par l’oligarchie apatride du Système qui y voit d’abord un main d’œuvre à bas coût corvéable à merci, et ensuite le moyen de tuer définitivement toute idée d’appartenance nationale par un brassage forcé de population. Pour éviter qu’un tel déplacement de population soit compromis par l’hostilité des peuples européens, on lance alors systématiquement l’opération Charlie après chaque attentat, avec la ritournelle «padamalgame», «vous n’aurez pas notre haine», «on sera plus fort qu’avant» , «vous ne nous vaincrez pas», les médias flattant les bons sentiments nécessaires au «on continuera comme avant».

7
Liste des attentats terroristes dans l'Union européenne

8 A Riyad, Trump appelle à «isoler» l’Iran


9 Affrontement au Bilderberg 2017

Frappe nucléaire légale ou illégale ? Le président donne un ordre de tirer pour exécution, point final

« … Hyten dit “Nous (généraux) ne sommes pas des gens stupides”. Il se trouve que nous non plus, les non-Généraux puisque commentateurs ind...