€CALYPSE NEWS

dimanche 18 juin 2017

Le chef du PS démissionne : « Emmanuel Macron a tous les pouvoirs » (Cambadélis)



Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, a pris la parole depuis le siège parisien du PS (retranscription par Le Monde) :


« Françaises, Français, mes chers compatriotes. Ce soir, malgré une abstention alarmante, le triomphe d’En marche! est incontestable. La défaite de la gauche est incontournable, la déroute du PS sans appel. La droite fait face à un véritable échec. Les populistes de tous bords sont relayés aux marges.


Monsieur le président, la France a besoin d’écoute pour affronter ses défis, elle a donc besoin de dialogue social et d’intelligence collective, de ses corps intermédiaires comme de ses territoires. Voilà ce dont la France a besoin. La gauche doit tout changer, la forme comme le fond, ses idées comme ses organisations, elle doit ouvrir un nouveau cycle. Il s’agit de repenser les racines du progressisme, ses deux piliers, l’Etat providence et l’extension des libertés, sont remis en cause. 

Les électeurs ont voulu donner sa chance au nouveau président, ils n’ont laissé aucune chance à ses adversaires. Emmanuel Macron a tous les pouvoirs. Pour autant ce triomphe a un côté artificiel : tous les problèmes de notre pays ne se régleront pas d’un coup de balai magique. Cette majorité ne correspond pas à la réalité sociale de notre pays. Le pouvoir absolu se heurtera à cette contradiction.

Il s’agit d’un immense défi, d’une tâche de longue haleine. J’y participe, avec humilité, mais je souhaite le faire en étant libre de ma parole. J’accompagnerai ce combat avec volonté, mais je ne le ferai pas en tant que premier secrétaire du PS.

Ainsi, une direction collective va se mettre en place dans les plus brefs délais, devra associer militants, sympathisants, forces vives de la gauche. Il ne s’agit pas pour moi d’organiser une retraite, mais de permettre une renaissance dans l’ordre. 

Je prends cette décision sans amertume ni colère, conscient de mon devoir et du moment crucial que traverse la gauche. J’assume simplement, tranquillement, ma part de responsabilités.
Aux élus je dis : le brouillard va se dissiper plus vite que vous ne le croyez. La guerre contre les inégalités ne s’arrêtera jamais. Quant à vous, mes chers compatriotes, ne laissez personne vous dire que l’objectif de justice sociale est un obstacle sur le chemin de la prospérité, car c’est le cœur de la France. » 

Le coût du capital, messieurs les idiots, c’est tout ce qu’il faut payer aux capitalistes pour qu’ils ne fassent pas grève

« Les Corporate s’opposent à l’action des banques centrales lesquelles à partir d’une conception idiote et débile du coût du capital, croie...