€CALYPSE NEWS

vendredi 30 juin 2017

Le calife de Daesh est-il mort ou pas ?



« Les déclarations intempestives des officiels irakiens annonçant la libération prochaine de Mossoul semblent répondre à la préoccupation de Washington de couvrir l’annonce par Moscou de la mort du calife de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi, tué par l’armée russe. » note Réseau Voltaire dans une brève à lire ci-dessous. 
 
Pourtant, hier 29 juin français.rt.com ressortait une info du 22 juin (à lire ci-dessous) moins affirmative sur l mort du Calife : « Le 22 juin dernier, la Russie annonçait la mort «très probable» d'Abou Bakr al-Baghdadi. «Il est hautement probable que le chef de l'Etat islamique [Abou Bakr] al-Baghdadi ait été éliminé par une frappe de l'aviation russe sur un centre de commandement situé dans la banlieue sud de la ville de Raqqa, à la fin du mois de mai», avait déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Oleg Syromolotov, citant des données collectées par le ministère de la Défense.

Bonne lecture

_______________oooo____________


La mort du calife et la fin de l’État islamique

 

Réseau Voltaire


L’état-major de l’armée irakienne a annoncé la libération prochaine de Mossoul. Placés sous le strict contrôle de la censure militaire, les médias soulignent la prise des ruines de la mosquée Al-Nouri où le calife Abou Bakr al-Baghdadi avait annoncé sa victoire. Le Premier ministre, Haider al-Abadi, en a conclu la fin de facto de Daesh.

En réalité, Daesh est un outil créé par l’ancien directeur national US du Renseignement, John Negroponte, à partir des groupes armés contrôlés par le MI6 britannique. Alors que l’administration Obama l’avait chargé de créer un « Sunnistan » pour couper la route de la soie reliant la Chine à la Méditerranée via Téhéran, Bagdad et Damas, l’administration Trump s’est opposée à ce qu’il constitue un État. Les opérations conduites contre ses deux principales villes, Mossoul (Irak) et Rakka (Syrie) devraient effectivement faire rentrer le diable dans sa boîte et ramener le système terroriste à ce qu’il était à l’époque d’al-Qaïda.

Les déclarations intempestives des officiels irakiens semblent répondre à la préoccupation de Washington de couvrir l’annonce par Moscou de la mort du calife de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi, tué par l’armée russe.

 ______________oooo_______________

L'Irak annonce la fin de «l'Etat illusoire» de Daesh après la prise de la mosquée Al-Nouri à Mossoul

Les forces irakiennes affirment avoir délogé les combattants de l'Etat islamique de la mosquée Al-Nouri de Mossoul, haut lieu symbolique de la ville mais également du pouvoir des djihadistes en Irak. 

Les forces irakiennes ont annoncé ce 29 juin avoir pris le contrôle de la mosquée Al-Nouri de Mossoul, où Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l'Etat islamique, avait donné en juillet 2014 son premier prêche en tant que chef de l'Etat islamique – sa dernière apparition publique connue à ce jour.

L'annonce a été faite par l'armée irakienne selon qui les Forces spéciales avaient pris la mosquée aux djihadistes. Un commandant des Forces spéciales a cependant précisé à l'AFP que le site n'avait pas encore été repris mais que ses forces étaient sur le point de le faire. «Le Service du contre-terrorisme (CTS) contrôle la mosquée Al-Nouri et (le minaret) Al-Hadba», a déclaré le Commandement des opérations conjointes dans un communiqué.

Mais le général Abdelwahab al-Saadi a, lui, affirmé que les forces irakiennes étaient près de s'emparer de la mosquée, et qu'elles se trouvaient à une vingtaine de mètres des lieux. Le général-brigadier Yahya Rasool se félicite de son côté d'une victoire qui, selon lui, marque un triomphe sur l'Etat islamique. «Leur Etat illusoire s'est effondré», s'est-il réjoui. 

«Nous assistons à la fin du faux Etat de Daesh», a déclaré le Premier ministre irakien Haider al-Abadi en anglais sur son compte Twitter.
Ce bâtiment construit au XIIe siècle, ainsi que le minaret penché, connu sous le nom de «Hadba» (la bossue), détruits la semaine dernière par les djihadistes, étaient des monuments emblématiques de Mossoul, mais aussi symboliques du règne des terroristes dans la ville. C'est dans cette mosquée qu'Al-Baghdadi était apparu peu après que les djihadistes se furent emparés de la deuxième ville d'Irak, appelant dans un prêche les musulmans à lui obéir.

Le 22 juin dernier, la Russie annonçait la mort «très probable» d'Abou Bakr al-Baghdadi. «Il est hautement probable que le chef de l'Etat islamique [Abou Bakr] al-Baghdadi ait été éliminé par une frappe de l'aviation russe sur un centre de commandement situé dans la banlieue sud de la ville de Raqqa, à la fin du mois de mai», avait déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Oleg Syromolotov, citant des données collectées par le ministère de la Défense.

Lavrov à l’ONU : «Les événements historiques ne doivent pas être instrumentalisés pour encourager la haine»

Sergueï Lavrov à l'ONU « Rappelant que la Russie avait fait le nécessaire pour tourner la page de la période de guerre froide, S...