€CALYPSE NEWS

jeudi 29 juin 2017

Le Brexit soft de May ignore cyniquement la question migratoire



« La population du Royaume-Uni s’est accrue de 538.000 âmes entre juillet 2015 et juin 2016, soit le plus gros accroissement de population depuis 1947, sachant qu’en 2015-2016 l’immigration a compté pour les deux tiers de cette évolution ! » rapporte Olivier Bault, citant l’Office des statistiques nationales (ONS), dans un article à lire ci-dessous. 

Et de rappeler, se référant à une tribune de Nigel Farage, « que la campagne en faveur de la sortie de l’Union européenne l’a justement emporté sur la question cruciale de la maîtrise des frontières et de l’immigration ». « Si rien n’est fait pour résoudre cette crise, il en résultera inévitablement quelque chose de très déplaisant », prévient pour finir sur un ton très british l’homme à qui la Grande-Bretagne doit sa sortie de l’UE note Olivier Bault.

Or, il est manifeste, de mon point de vue, que suite à sa déconvenue aux dernières élections, Thérésa May n’est plus en position de défendre un Brexit hard et commence déjà à lâcher du lest sur la question des étrangers européens installés au Royaume Uni avant de faire la même chose avec les étrangers non européens, se conformant ainsi à la volonté de Bruxelles. Une manière très british ( ?) de contourner le résultat du référendum en faveur du Brexit. Nous avons déjà connu cela en France de la part de Sarkozy qui s’est assis sur le référendum sur le Traité de Lisbonne de 2005. Bref, business as usual…

Bonne lecture

_______________oooo_______________


Nigel Farage met en garde les élites britanniques sur l’immigration :
le peuple ne se contentera pas du Brexit !

Par Olivier Bault, reinformation.tv, le 28 juin 2017 16 h 30 min·

Dans une tribune publiée le 27 juin sur le site du Telegraph, l’ancien chef du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), qui est encore député au Parlement européen, met en garde les élites politico-médiatiques de son pays contre la tentation de ne rien faire pour réduire l’immigration. L’homme qui, par la pression exercée par son parti sur les Tories, a poussé David Cameron à organiser un référendum sur le Brexit, rappelle que la campagne en faveur de la sortie de l’Union européenne l’a justement emporté sur la question cruciale de la maîtrise des frontières et de l’immigration.

Or les statistiques publiées la semaine dernière par l’Office des statistiques nationales (ONS), qui ont été peu reprises dans les médias, montrent que la population du Royaume-Uni s’est accrue de 538.000 âmes entre juillet 2015 et juin 2016, soit le plus gros accroissement de population depuis 1947, sachant qu’en 2015-2016 l’immigration a compté pour les deux tiers de cette évolution ! Si l’immigration a quelque peu décru au deuxième semestre 2016, et donc après le vote sur le Brexit, elle est restée très élevée, avec une immigration nette atteignant 248.000 personnes pour l’ensemble de l’année 2016 après les 332.000 entrées en 2015. Ainsi que le montrent les statistiques de l’ONS, les nouveaux arrivants sont majoritairement d’origine extra-européenne, même si l’immigration européenne reste elle aussi élevée.

Nigel Farage prévient les élites britanniques qui semblent oublier aujourd’hui que le Brexit s’est joué sur l’immigration

Nigel Farage attire aussi l’attention dans sa tribune sur l’immigration illégale, qui atteindrait certaines années 250.000 personnes arrivant illégalement ou restant après expiration de leur visa selon David Wood, qui était jusqu’en 2015 responsable des questions d’immigration au ministère de l’Intérieur britannique. Et le député au Parlement européen de mettre en garde contre les propositions d’amnistie, comme celles formulées par le passé par l’ancien maire de Londres et actuel ministre des Affaires étrangères Boris Johnson en faveur des immigrants résidant illégalement au Royaume-Uni depuis au moins dix ans. Ce serait, rappelle Nigel Farage, un très mauvais signal envoyé dans le monde à tous ceux qui voudraient tenter leur chance.

Le gouvernement de Theresa May a remporté les élections en renouvelant sa promesse non tenue de ramener l’immigration nette à quelques dizaines de milliers de personnes par an, rappelle Nigel Farage, et 77 % des Britanniques veulent une telle réduction. Si les « Conservateurs » violent à nouveau cette promesse et que le pouvoir continue d’ignorer le problème, le choc du vote sur le Brexit ne sera rien en comparaison des chocs politiques à venir. « Si rien n’est fait pour résoudre cette crise, il en résultera inévitablement quelque chose de très déplaisant », prévient pour finir sur un ton très british l’homme à qui la Grande-Bretagne doit sa sortie de l’UE.

200 camions d’armes offertes par le Pentagone au YPG seront utilisées pour la prochaine guerre contre la Syrie

«  Les 200 premiers camions d’armes et de munitions offertes par le Pentagone au YPG ont été livrés en deux convois séparés, à Hasakeh...