jeudi 29 juin 2017

La mort de CNN aurait des effets politiques totalement incohérents et imprévisibles



« . Si CNN mord la poussière d’une façon ou l’autre, puisque c’est CNN qui est aujourd’hui en si mauvaise posture, il s’agira d’un événement considérable ( ) [qui] peut engager la stabilité institutionnelle de la presseSystème dans son entièreté, et ainsi mettre en cause une des forces d’influence dominantes du Système ; on se trouve dans tous les cas dans un nouveau paroxysme de la Grande Guerre postmoderne aux USA, avec des effets politiques totalement incohérents et imprévisibles... » écrit Philippe Grasset dans une analyse à lire ci-dessous.
 
Bonne lecture

_______________oooo_______________

La descente aux enfers de CNN

Par Philippe Grasset, Dedefensa.org, le 29 juin 2017

http://www.dedefensa.org/article/la-descente-aux-enfers-de-cnn

On sait que, dès l’origine de l’actuelle séquence de ce que nous serions tentés de nommer la “Grande Guerre de la Communication postmoderne”, c’est-à-dire depuis février 2014 où les conditions de la perception ont radicalement changé (désintégration de la réalité), le réseau CNN est à l’avant-garde de la bataille. Le réseau s’est déchaîné selon les axes progressistes-sociétaux fondamentaux, c’est-à-dire dans la fureur anti-Poutine et l’antirussisme furieux jusqu’au paroxysme du Russiagate, l’antitrumpisme et le soutien inconditionnel à Hillary Clinton et aux engagements des minorités ethniques et sociétales (réfugiés, LGTBQ, etc.). CNN s’est donc trouvé à l’avant-garde de la postmodernité et du Système qui fait de la postmodernité son idéologie opérationnelle, sans aucun doute, et bien entendu avec toute la puissance de la communication plutôt qu’avec la toute-puissance de la vérité.

L’affrontement pour l’élection présidentielle, puis l’affrontement avec l’élu devenu 45ème POTUS, ont passé tout ce qu’on a connu en fait de puissance, d’absence de règles, de férocité et de haines, et d’ailleurs sans le moindre doute des deux côtés, notamment dans l’affrontement de communication. L’on sent bien que la bataille, notamment et particulièrement entre Trump et CNN est une bataille à mort, une bataille qui serait presque plus importante que la bataille de Trump contre la CIA s’il se confirmait que l’Agence voudrait, ou aurait voulu abattre au moins politiquement le président. (Cela a certainement dû correspondre à une réalité durant la période intérimaire, entre l’élection et l’installation à la présidence, entre novembre 2016 et janvier 2017 ; la situation est aujourd’hui beaucoup plus confuse, comme elle l’est dans tous les domaines de la sécurité nationale à l’intérieur de l’administration Trump.) De ce point de vue, l’affrontement entre Trump et CNN prend une allure de symbole qui dépasse les deux acteurs, et débouche sur cette “Grande Guerre de la Communication postmoderne” dont on pourrait se demander si ce n’est pas la vraie formule de la “Grande Guerre postmoderne” tout court.

Il s’agit d’une hypothèse d’une importance considérable. Il apparaît évident que les deux acteurs sont effectivement des symboles en l’occurrence. On ne débattra pas des travers évidents des deux côtés ; d’une part les montagnes de narrative folles édifiées, fabriquées par CNN, notamment dans le cadre du Russiagate devenu en soi un simulacre géant, le cynisme complet de certains dirigeants, l’hystérie de certains présentateurs ; d’autre part, le comportement incohérent de Trump dont une partie importante de sa journée de président semble être de regarder la TV pour pouvoir tweeter, ses affirmations changeant jusqu’au tournant de 180° au jour le jour, son désintérêt manifeste pour la rigueur et la raison, des avatars qu’il fait subir à la vérité jusqu’à ses attaques d’une grossièreté rare. On retiendra simplement cette évidence de l’habillage symbolique dans le duel présenté ici : CNN représente la puissance de la presseSystème, Trump la puissance d’une réaction populiste qui se place d’abord en position de riposte furieuse (comme l’écrivit Michael Moore en août 2016, Trump est “un cocktail Molotov que le peuple envoie dans la gueule de Washington D.C.”).
C’est là que se situe cette “Grande Guerre postmoderne”, qui a débuté avant CNN versus Trump, et qui se poursuivra au-delà de CNN versus Trump, mais toujours en s’amplifiant puisque la communication constitue la principale force opérationnelle de la postmodernité ; quant aux motifs, on les connaît, mais ils sont très largement dépassés par l’intensité de la haine totale qui habite l’un pour l’autre les adversaires engagés dans ce conflit. Si CNN mord la poussière d’une façon ou l’autre, puisque c’est CNN qui est aujourd’hui en si mauvaise posture, il s’agira d’un événement considérable à l’intérieur de cet événement général fondamental qu’est cet énorme conflit postmoderne.

Déjà certains annoncent la mort de CNN, comme Rush Limbaugh qui titre « Could Donald Trump be the end of CNN? What a legacy that would be… » D’autre part, un nouvel acteur est apparu, Project Veritas, activé dans le sens où on le voit aujourd’hui il y a à peu près un an et qui se présente comme une sorte de WikiLeaks US, aux USA, contre la presseSystème. Project Veritas avait annoncé dès février qu’il disposait de 109 heures d’enregistrements audios/vidéos venus en interne de CNN, et sa dot n’a cessé d’enfler, comme l’a montré la diffusion ces derniers jours de plusieurs vidéos internes qui tendent à décrédibiliser complètement la sincérité de l’engagement de CNN dans l’affaire Russiagate. (« “We’re going for the jugular of the mainstream media,” Project Veritas spokesman Stephen Gordon told Radio Sputnik’s Fault Lines with Lee Stranahan and Garland Nixon on Wednesday. “We want to shut you down for the liars you are … every time you lie; we’re going to catch you in it.” »)

Selon les circonstances, il ne fait aucun doute que le sort de CNN peut engager la stabilité institutionnelle de la presseSystème dans son entièreté, et ainsi mettre en cause une des forces d’influence dominantes du Système ; on se trouve dans tous les cas dans un nouveau paroxysme de la Grande Guerre postmoderne aux USA, avec des effets politiques totalement incohérents et imprévisibles... On trouvera dans le texte de Daily Caller ci-dessous, du 28 juin 2017, une synthèse complète du mois de martyre qu’a subi CNN, avec toutes les références nécessaires.

dedefensa.org

Les caisses de retraites en France sont déjà vides, personne ne veut annoncer la mauvaise nouvelle

«… pour sauver le système des retraites (à Andorre), il faudrait, selon le rapport remis par les experts français, fixer le départ à la...