jeudi 22 juin 2017

Assad et Poutine sont-ils devenus macron-compatibles ?





« Le vrai aggiornamento que j’ai fait sur ce sujet est que je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar Al-Assad était un préalable à tout, car personne ne m’a présenté son successeur légitime ».


Et pour cause, il n’y en a pas et il n’y en aura pas tant que Washington imposera sa guerre sans autre but que de gaver son Deep State par des ventes colossales d’armements à tout va, comme nous venons de le voir avec Ryad et Doha après avoir été remontées par Trump l’une contre l’autre. Classique. Pourtant, rien n’obligeait Macron à opérer un virage à 180° vis-à-vis des Russes qui sont aujourd’hui considérés par lui comme indispensables pour lutter efficacement contre le terrorisme. 

Sont-ce les attentats qui se multiplient comme des petits pains en Europe qui ont inspirés à Macron une soudaine prise de conscience que le suivisme français n’était plus de mise ? Est-ce le fait que Trump n’est absolument pas macron-compatible et qu’il faut donc bien revoir nos alliances et en particulier avec la Russie ? Est-ce tout ça à la fois ? 

Le fait est que la politique étrangère française, selon les déclarations de Macron et de le Drian lors de sa récente rencontre avec son homologue Lavrov à Moscou qui a été conclue par une invitation officielle à ce dernier de venir visiter Paris quand cela l’arrangera font qu’une page a bien été tournée ces derniers temps et qu’un rapprochement avec Poutine semble inexorable ce qui fait dire à certains commentateurs que nous assistons à une révolution copernicienne de notre politique étrangère. C’est sans doute exagéré et surtout précipité mais je ne pouvais pas ne pas prendre acte.

CORSE: la Bandera