€CALYPSE NEWS

samedi 17 juin 2017

Agression NKM, une folle histoire montée de toutes pièces?



Ainsi donc, selon la presse-système, l’agresseur présumé de NKM présenterait un profil inattendu puisqu’il serait lui-même un élu, maire d’une petite commune de quelque dizaines d’habitants. Je renvoie à ma série de commentaires dans mon article précédent où je relève ce qui en est dit dans différents médias.


Sauf qu’il n’y a toujours aucune preuve de l’agression contre NKM sinon les dire des journalistes de l’AFP qui se trouvaient sur place et qui n’ont pas trouvé le moyen de photographier ou de filmer la scène supposée de l’agression alors qu’ils ont pris des photos mais seulement avant et après la scène proprement dite. En tout cas, si ces photos existent, elles ne sont pas publiées. 

Ma première interprétation consiste à dire qu’après tout, NKM a très bien pu jouer l’agressée en complicité avec les journalistes de l’AFP qui ne montrent rien de l’agression mais construisent, à postériori, ce scénario. La question est donc de savoir pourquoi et pour cela il faut découvrir le profil de l’agresseur présumé, ses antécédents et surtout ses liens, y compris avec la presse. 

Je rappelle que Nathalie Kosciusko-Morizet a été Ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement dans le troisième gouvernement Fillon (14 novembre 2010 - 10 mai 2012) après avoir été Secrétaire d'État chargé de la prospective et du développement de l'économie numérique, auprès du Premier ministre dans le deuxième gouvernement Fillon (19 juin 2007 - 13 novembre 2010). Elle a donc été ministre sur l’ensemble du quinquennat de Sarkozy. 

Mais, celui qui semble être indirectement ciblé est Guaino, « Conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, président de la République française, du 16 mai 2007 au 15 mai 2012, il est l'auteur de ses principaux discours pendant tout le quinquennat. Il devient ensuite député de la 3e circonscription des Yvelines. Défendant une ligne gaulliste, colbertiste, jacobine et assimilationniste, il tente de se présenter à l'élection présidentielle de 2017, mais n'obtient pas les signatures d'élus nécessaires pour ce faire. Lors des élections législatives qui suivent, il se présente sans succès dans la 2e circonscription de Paris, après quoi il annonce son retrait de la vie politique (selon wikipédia).

 Ainsi, Guaino s’est retiré de la vie politique mais « Vincent Debraize, suspect dans l'agression de Nathalie Kosciusko-Morizet jeudi matin dans un marché parisien, avait parrainé comme maire d'une petite commune de l'Eure la candidature de Henri Guaino à l'élection présidentielle, qui était lui-même candidat aux législatives dans la même circonscription parisienne (la 9 ième, ndlr) que l'ancienne ministre de l'Écologie de Nicolas Sarkozy. Après sa défaite au soir du premier tour (dans la 2 ième, ndlr), Henri Guaino avait lancé une violente charge contre les «bobos parisiens» au micro de BFM-TV » rapporte Le Figaro (voir commentaire dans mon article précédent).

Finalement, ma nouvelle interprétation est que nous voyons très bien comment les journalistes de l’AFP embrouillent l’histoire de manière à, semble-t-il, faire porter le chapeau à Guaino (qui se présentait dans la 2 ième) alors que c’est bien Debraize qui a été éliminé par NKM (dans la 9 ième) qui est à son tour éliminée par retrait volontaire suite à son agression présumée par ce même Debraize. Notons que, rapporte Le Figaro, Debraize est le « chef d'une entreprise de communication établie à Paris dans le 9e arrondissement, selon France Soir », ce qui pourrait expliquer la complicité avec certains journalistes de l’AFP pour charger Guaino. Au bout du compte, tout cela pourrait profiter à… LREM, nous le saurons demain soir.

La révolution robotique, c’est maintenant et le carnage sur l’emploi, c'est tous les jours

Le revenu universel ? «  Le débat sur les conséquences de la « robolution », c’est-à-dire de la révolution robotique qui en est à ...