mercredi 3 mai 2017

J – 4 : avec Macron, la République française deviendrait la Nouvelle République d’Europe



En cas de victoire de Macron, ce qui était la France se transformerait en une région de la Nouvelle République européenne. Certes, c’est déjà plus ou moins le cas mais avec Macron, tout cela serait formalisé et inscrit dans les textes. La disparition des partis politiques, à l’exception du FN, n’est plus un risque : c’est déjà la réalité. C’est donc la structure de nos institutions politiques que Macron est en train d’abattre avec le consentement affiché de nos responsables politiques qui, au nom de la lutte contre l’arrivée du FN au pouvoir, se vendent – ou plutôt se bradent – à un mouvement, En Marche !, qui n’est que du vent.

La Nouvelle République d’Europe que propose Macron n’est rien d’autre qu’un IV ième Reich avec à nouveau Berlin comme capitale politique, Bruxelles n’étant plus qu’une sorte de cité administrative pour gérer les affaires courantes à l’échelle de l’Union européenne. La question de l’euro est évidemment centrale puisque c’est cette monnaie qui incarne la puissance de Berlin sur toutes les autres capitales régionales de la Nouvelle République d’Europe.

C’est pourquoi la question de l’euro est au cœur du projet de Le Pen. La disparition du Franc est l’équivalent de la déroute des armées françaises en 40. Retrouver notre souveraineté ne peut se faire autrement qu’en retrouvant notre monnaie nationale. Cela ne pourra pas se faire en accord avec l’Allemagne suite à des négociations avec Bruxelles comme le dit Le Pen pour des raisons tactiques dans le cadre de sa campagne électorale. 

Il n’y a pas de négociations possibles pour sortir de l’euro et le référendum que propose la candidate sur cette question n’est qu’une façon pour essayer de ne pas effrayer certains électeurs. En réalité, si nous voulons retrouver notre souveraineté, nous devrons la gagner par nous-mêmes. C’est pourquoi le retour au Franc ne pourra se faire qu’en passant d’abord par la création et le développement de monnaies locales alternatives dans l’esprit des groupes de résistances qui se développèrent pendant la guerre.

A un moment donné, ce sont ces monnaies locales qui serviront de base pour la création d’une monnaie nationale, le Franc ou autre, peu importe, afin d’apporter une cohérence entre toutes les monnaies locales et nous permettre d’utiliser chaque monnaie locale sur l’ensemble du territoire grâce à une sorte de bourse qui établira le taux de change entre elles. La même chose se fera à l’échelle européenne grâce à une bourse qui établira les taux de change entre l’euro et chaque monnaie nationale.

Ce projet ne peut pas se mettre en place en quelques mois car il faut d’abord qu’il soit compris de l’opinion publique. En même temps, pour que l’idée passe, il faut avancer sur le terrain avec ceux qui y adhèrent, pour une raison ou une autre, par esprit de résistance ou par intérêt personnel ou par curiosité ou au nom du développement local, etc. Il n’y a pas besoin de l’accord de Bruxelles ou de Berlin pour s’engager dans cette action. Notre souveraineté, elle nous appartient et nous devons l’incarner par nous-mêmes.

« Vers un nouveau monde »

« Nos sociétés sont dites « démocratiques » car nous avons le droit d’élire nos représentants, mais nous découvrons jour après jour que...