DONS EN CRYPTO

J'accepte les dons en crypto (BitCoin, Ethereum ou BitCoin Cash).
Si vous ne savez pas encore comment procéder, je vous invite à visionner ce tuto-vidéo en français.
Vous pouvez me contacter par email - gaillot.eric@gmail.com - ou via ma page Facebook

mardi 11 avril 2017

Syrie : pourquoi Trump a frappé ?



Une photo semble interroger beaucoup d’observateurs (même le New York Time en parle !) dans l’affaire des frappes US en Syrie. C’est celle qui montre l’équipe de sécurité nationale de Trump dans une salle quelque part dans les sous-sols de la Maison Blanche en train de regarder un écran retransmettant en direct les images du bombardement.  C’est la même salle où étaient réunis Obama et son équipe lors de la traque de Ben Laden au Pakistan en 2011. Pourquoi cette photo trouble-t-elle ?

Parce que le directeur de la CIA Mike Pompeo n’y apparait pas. Et alors ? Et alors, dans le cas d’une telle opération (le bombardement), cette absence est étrange et interroge. Or, voilà ce que j’ai lu au sujet de cette étrangeté.


M Pompeo aurait informé personnellement M Trump qu’Assad n’était probablement pas responsable de l’attaque chimique qu’on lui impute. Du coup, Trump ne peut pas bombarder la Syrie. Or, il veut le faire. Nous verrons plus loin pourquoi. Et pour le faire, il doit convaincre son équipe de sécurité nationale qu’Assad est bien le responsable de l’attaque chimique. Comment faire ? Il n’invite pas Pompeo à la séance et dit tout simplement à son équipe que la CIA lui a confirmé la responsabilité d’Assad. Pompeo n’est pas là pour contredire. L’affaire est dans le sac, le bombardement à lieu.


Maintenant, la question est de savoir pourquoi Trump, sachant qu’Assad n’est pas responsable, a tout de même décidé de bombarder ? Et là, nous passons à un autre aspect de cette affaire qui concernerait, selon l'ancien directeur du M16 britannique, Ivanka Trump, la fille du président. Ce serait elle qui aurait fait pression sur son père pour qu’il décide de frapper la Syrie. Pourquoi ? A cause des horribles photos des enfants tués par les gaz qu’elle n’aurait pas supportées. On peut la comprendre. Ce que j’ai du mal à admettre, c’est l’hypothèse qui résulte de cette situation : le président des USA peut-il se laisser influencer par l’émotivité de sa fille pour décider de bombarder illégalement et injustement un pays souverain ? 


Il se trouve qu’Ivanka Trump a twitté, après le bombardement US, qu’elle était fière de la décision de son père. Cela prouve-t-il qu’elle est à l’origine de la décision ? Naturellement que non, mais pour certains, comme le Sunday Times, c’est oui, parce qu’il y a de la propagande dans tout ça, parce que nous sommes dans une guerre de communication pour décrédibiliser le président des Etats-Unis qui essaye, lui, de rester crédible. Il a eu le cran de bombarder ? Okay, il a osé, donc ses ennemis (le Deep State, etc) doivent maintenant l’attaquer sur un autre front, celui de son influençabilité, par exemple par sa fille, pour continuer, probablement (et même certainement) inutilement, à le déstabiliser. En tout cas, avec la Syrie, ils ont loupé leur coup. Le prochain essai sera-t-il avec la Corée du Nord ?

Le 14 avril était le dernier « trou de souris » pour frapper la Syrie

«Je rappelle que les Américains et leurs alliés ont procédé à la fameuse frappe du 14 avril contre la Syrie à partir d'un trou de souris...