samedi 8 avril 2017

J – 16 : la campagne s’essouffle et devient ennuyeuse

Depuis quelques jours – en fait, depuis la menace de Fillon contre Hollande au sujet du « cabinet noir » qui a stoppé net l’acharnement médiatique contre lui -, la campagne électorale française pour l’Elysée est devenue tellement morne qu’à part l’observation des sondages qui indiquent les grandes tendances, je m’ennuie. Tous les candidats ont plus ou moins déroulé leurs programmes respectifs et il reste pourtant encore deux bonnes semaines avant le premier tour. La lassitude commence de prendre le dessus.
Heureusement que Trump est là pour nous fournir quelques distractions en Syrie. 

Cette lassitude vient du fait que, finalement, quel que soit le vainqueur de la course à l’Elysée, rien ne changera vraiment car une fois au pouvoir, les promesses ou ce qu’il en restera en fin de campagne s’envoleront et tout rentrera dans l’ordre existant. Une élection pour rien, donc?

Je commence par Hamon qui renonce à son revenu universel pour tous. Puis, Macron dont j’ai bien compris qu’il voulait incarner le changement dans la continuité, comme on dit. J’ai oublié, à gauche de la gauche, Mélenchon qui récupère les déçus de Hamon mais ça ne fera pas une majorité présidentielle pour gouverner. Ensuite, plus à droite, Fillon qui tient plus ou moins le coup mais dont on ne sait plus très bien ce qu’il reste de son programme et ça n’a aucune importance puisqu'il fera ce qu'on lui dira de faire. Je termine par Le Pen, qui elle aussi, renonce plus ou moins ouvertement à ses principales mesures qu’elle reporte de plus en plus loin dans le temps sous prétexte d’attendre les résultats des élections en Allemagne et en Italie. Et pourquoi pas en Russie tant qu’elle y est ?

La durée excessive de cette campagne fait que les candidats ne cessent de raboter leur projet pour essayer de ratisser plus large. Au bout du compte, que reste-t-il ? Du consensus mou qui, de l’extrême gauche à l’extrême droite, forme une sorte de magma sans couleur, sans matière et sans relief. Rien, en tout cas, pour me motiver à voter plus pour l’un que pour l’autre.

Entre le Maroc et l'Espagne, une route de plus en plus empruntée par les migrants

« Les services de sauvetage espagnols ont annoncé aujourd'hui avoir secouru près de 600 personnes à bord de 15 embarcations et d...