€CALYPSE NEWS

samedi 8 avril 2017

J – 16 : frappes en Syrie, Trump sème le doute au FN




« Enorme vague de déception et d’inquiétude des trumpistes aux USA et de ses soutiens à l’étranger, en France, Europe et en Russie », a écrit sur Twitter ce proche de Marine Le Pen… Peu diplomatique, le propos révèle une amertume à la hauteur des attentes placées par le FN en M. Trump. Mme Le Pen avait été prompte à saluer l’élection du nouveau locataire de la Maison Blanche, le 8 novembre, voyant dans cette victoire d’un candidat anti-système et populiste les prémices d’une possible réplique de l’autre côté de l’Atlantique

Il est certain que la victoire de Trump a dynamisé l’espoir de nombre de populistes en Europe, leur faisant oublier que la situation aux Etats-Unis n’est en rien comparable à celle en Europe en général et en France en particulier. Trop jouer sur « une possible réplique » en France par une victoire surprise du FN comme s’il existait une sorte de loi naturelle en politique qui ferait que tout ce qui arrive en Amérique fini par arriver en France est risqué car très peu rationnel.

D’une part, l’isolationnisme prôné par Trump pour les Etats-Unis n’a pas grand-chose à voir avec celui prôné par Le Pen pour la France, tout simplement parce que les deux pays ne sont pas dans une situation comparable. 
D’autre part et surtout, Trump le milliardaire n’avait pas besoin de courir à droite et à gauche pour trouver des financements pour sa campagne. M. Le Pen, oui. Et ça change tout. Lorsqu’elle se rend à Moscou ou à New-York, on imagine bien que ce n’est pas seulement pour siroter une tasse de café devant les photographes, que ce soit au Kremlin ou à la Trump tower. Comment parler d’isolationnisme (ou de souverainisme) dans ces conditions ?

En conséquence, l’affaire des frappes US en Syrie pourrait remettre les pendules à l’heure au FN dans le sens que décidément non, Le Pen n’est pas notre Trump national et que si M Le Pen veut avoir une chance de gagner l’élection présidentielle française, il faut qu’elle cesse de croire et faire croire en une sorte d’inéluctabilité de sa victoire tout simplement parce qu’elle serait populiste et que le populisme va dans le sens de l’Histoire. C’est faux. 


C’est faux parce que le populisme de Trump est fondé sur une stratégie concrète et réaliste pour permettre à l’Amérique de se relever et aux Américains de retrouver du travail alors que le populisme de Le Pen est fondé sur une stratégie « hors sol », c’est à dire illusoire et irréaliste tout simplement parce que la France n’a pas les moyens d’être souveraine comme peut l’être l’Amérique. La France doit, au minimum, rester dans le cadre européen (même s’il faut revoir ce cadre). La France doit aussi importer son pétrole et son gaz ce que l’Amérique de Trump ne sera plus obligée de faire et ça change tout !

Ca change, par exemple, que la France est obligée d’avoir une politique arabe, avec les conséquences que l’on sait et que dénonce Le Pen ou de se lier complètement à la Russie, ce que l’Europe, c’est-à-dire l’Allemagne, refusera.

 Cela pour montrer que les arguments de Le Pen ne portent que sur les conséquences et non pas sur les causes des problèmes sur lesquels s’appuie Le Pen pour faire sa campagne. Les vraies causes de nos problèmes sont notre dépendance, de fait, du monde extérieur, que ce soit du monde arabe pour note énergie, que ce soit de l’Allemagne parce que nous sommes obligés de rester dans le cadre de l’Europe si nous voulons exister dans le monde.
 

En cas de mise sous tutelle, les indépendantistes menacent de faire voter une déclaration unilatérale d’indépendance

  La déclaration d'indépendance de la Catalogne   signée par le président catalan Carles Puigdemont  et ses alliés, le 10 oct...