vendredi 14 avril 2017

Corée du Nord : course à l'arme nucléaire, pour qui l'heure a-t-elle sonné?



Les réactions de la plupart des observateurs qui s’affolent de la nouvelle attitude de Trump – frappes en Syrie et menaces contre la Corée du Nord - n’a pas de quoi vraiment m’étonner. Les fous, dans cette histoire, ce n’est pas Trump mais ces mêmes observateurs dont certains voient déjà les prémisses d’une troisième guerre mondiale.  Et pourquoi pas l’Apocalypse, tant qu’on y est ?

Cette situation résulte de l’état psychologique défaillant des élites occidentales qui ont perdu tout rapport avec la réalité et le sens commun. C’est l’effet mortel des politiques progressistes et sociétales qui produisent les résultats pourtant connus d’avance et dénoncés par ceux qui, encore aujourd’hui, alertent et résistent à ce poison comme l’a fait D Trump pour gagner la Maison Blanche.

Et aujourd’hui qu’il est en position d’agir et le fait, une grande partie de cette élite pète les plombs. Pourtant, il faudra qu’elle s’y fasse et devra accepter un président des Etats-Unis qui prenne enfin ses responsabilités à commencer par remettre la Chine à sa place d’où l’affaire avec la Corée du Nord.

Et pourquoi pas une frappe préventive contre Pyongyang pour remettre les pendules à l’heure américaine ? Qu’est-ce qu’attend la Chine, le principal allié de la Corée du Nord, pour mettre en pratique ses positions officielles hostiles à la course à l’arme nucléaire de Pyongyang ? Trump veut mettre en terme à cette duplicité chinoise et Pékin va devoir s’exécuter. L’heure a sonné.

Un Su-35S est apparu, le F-22 s’est retiré

«… le 23 novembre, deux avions d’attaque russes Su-25 étaient en mission pour détruire un bastion terroriste lorsqu’un F-22 américain es...