mercredi 1 juin 2016

France : Loi travail, "la contestation a quitté la rue pour prendre le train"

A01061606:45 - "La contestation contre le projet de loi travail a quitté provisoirement la rue (pour prendre les trains de la SNCF) et risque d’embarrasser le gouvernement à neuf jours du lancement de l’Euro de football" rapporte Le Monde. 


La contestation essentiellement menée par Philippe Martinez qui ambitionne de prendre la tête d'une opposition de gauche contre le gouvernement est un non sens politique.

En effet, la Loi travail est présentée comme un "progrès" et, effectivement, elle l'est dans le cadre de la globalisation. Pour être logique, Martinez devrait non pas contester frontalement cette loi mais plutôt la globalisation elle-même dont la Loi travail n'est qu'une conséquence. 

Or, Martinez ne peut pas à la fois prétendre être de gauche et à la fois contester la globalisation qui est l'horizon indépassable de cette même gauche : la migration de masse, la suppression des frontières et le nivellement par le bas des conditions de travail (l'inversion des normes de l'article 2 de la Loi travail).

Ce que fait Martinez aurait du être fait par le Front National car défendre les conditions de travail des Français, c'est défendre la souveraineté du pays. Or le FN ne bouge pas confirmant ainsi la fausseté de ce mouvement qui n'a de politique que son rôle d'idiot utile au service du système globaliste défendu finalement par l'ensemble de l'échiquier politique français.


Les fans de l'Euro 2016 n'ont pas à s'inquiéter : Martinez ne les privera pas de leur jeu du cirque favori et les menaces terroristes n'ont pour but que de justifier le contrôle autoritaire des masses, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y aura pas d'attentat pour donner un minimum de réalisme à cette menace parfaitement virtuelle et contrôlée par le pouvoir.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Loi travail : début d’un mouvement de grève illimitée à la SNCF 
Le Monde, le 1er Juin 2016 

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 1er Juin 2016 
__________***__________

Un mouvement de grève illimitée, liant des revendications internes au retrait du projet de loi travail, à l’appel de la CGT, de SUD et de l’Unsa à la SNCF démarre, mercredi 1er juin.
 Le mouvement risque d’embarrasser le gouvernement à neuf jours du lancement de l’Euro de football.
Le mouvement, qui s’annonce suivi, risque d’embarrasser le gouvernement à neuf jours du lancement de l’Euro de football. D’autant que d’autres turbulences sont à prévoir dans les transports.
la semaine la plus forte de mobilisation depuis trois mois 
« Cette semaine va être la semaine la plus forte de mobilisation depuis trois mois maintenant », a promis mardi soir le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez. Le bras de fer est engagé avec l’exécutif, qui, par la voix du premier ministre Manuel Valls, a réaffirmé son intention de « tenir sur le fond » du texte défendu par Myriam El Khomri.
déminer le conflit 
Le gouvernement a tenté de déminer le conflit en imposant à la SNCF, transporteur officiel de l’Euro, des concessions sur la future organisation du travail des cheminots. Cela a conduit la CFDT-cheminots à lever in extremis son préavis. Mais les perturbations resteront toutefois importantes mercredi : seulement 40 % des Transiliens, le tiers des Intercités, la moitié des TER en circulation et six TGV sur dix prévus, selon la compagnie ferroviaire.
La RATP n’anticipe que de légères perturbations 
La CGT a appelé à partir de jeudi à une grève illimitée pour des questions salariales et contre le projet de loi travail. La RATP n’anticipe que de légères perturbations.

Les syndicats de l’aviation civile ont appelé à la grève de vendredi à dimanche pour demander l’arrêt des baisses d’effectifs, mais aussi peser sur la renégociation de leur cadre social et indemnitaire. Des négociations sont actuellement en cours avec la direction générale de l’aviation civile (DGAC).
 La contestation contre le projet de loi travail a quitté provisoirement la rue
La contestation contre le projet de loi travail a quitté provisoirement la rue pour se poursuivre par des blocages de sites ou encore des grèves dans les raffineries. Six sur huit restent « à l’arrêt ou au ralenti », selon la CGT pétrole.

Une journée d’action nationale contre le projet de loi travail est programmée le 14 juin avec un rassemblement unique à Paris, organisé par les centrales salariales (CGT, FO, FSU, Solidaires) et de jeunesse (Unef, Fidl, UNL).
« Reculer serait une faute politique »
Pour le gouvernement, la fermeté reste de mise : « Reculer serait une faute politique », a estimé mardi Manuel Valls, après que François Hollande eut assuré dans les colonnes de Sud Ouest que le projet « ne [serait] pas retiré ».
Martinez a enjoint l’exécutif de renouer le dialogue
Tout en continuant à réclamer le retrait du texte perçu comme trop favorable aux employeurs, Philippe Martinez a enjoint l’exécutif de renouer le dialogue. La balle est dans le camp du premier ministre, a-t-il lancé en marge de son déplacement à Donges (Loire-Atlantique) pour soutenir les grévistes de la raffinerie Total. 
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Corée du Nord : les armées américaine et chinoise se coordonnent pour éviter une guerre

« …   Un traité de défense mutuel entre la Chine et la Corée du Nord a été signé en 1961. Dans ce cadre, la réponse de Pékin au « feu ...