mardi 3 mai 2016

France : Nuit Debout, "Le «1er flic de France» a écarté toute décision de dissolution unilatérale du mouvement"

H03051617:55 - "Le «1er flic de France» a écarté toute décision de dissolution unilatérale du mouvement né de l'opposition à la loi El Khormi tout en niant toute complaisance en faveur du mouvement" a déclaré le ministre de l'Intérieur français, Bernard Cazeneuve, cité par Le Figaro.


C'est à se demander si la Loi travail, le choix d' El Khormi pour la défendre et le soutien de Nuit Debout qui s'y oppose n'est pas un scénario paradoxal pour provoquer une forme de chaos social et politique au début de la pré-campagne électorale que François Hollande a manifestement déjà entamée, ceci ayant à voir avec cela, de notre point de vue, dans le sens d'une provocation contre le Front National et de ce qu'il reste de la droite sarkozyste. 

Nous voyons bien, d'après les débats entre l'opposition et le gouvernenent à l'Assemblée Nationale qu'une rupture est en train de s'opérer chez Les Républicains entre ceux qui montent aux créneaux pour demander la libération de la place de la République et ceux qui ne pipent pas un mot, pensant ainsi se positionner du bon côté de l'histoire, c'est à dire du côté de François Hollande qui n'a, en passant, pas tenu sa parole de se déclarer, ou non, candidat à sa réélection seulement à la fin de l'année. 

Rappelons ici qu'une victoire du Front National serait contraire aux intérêts de la sécurité nationale US, tout comme une victoire de l'AfD en Allemagne, sans citer tous les mouvements dit d'extrême droite ailleurs en Europe qui progressent un peut partout. En fait, c'est toute l'Europe qui glisse hors du contrôle du Système mondialiste imposé depuis la fin de la seconde guerre mondiale par Washington et l'avancée inexorable de Trump vers la Maison Blanche ne peut être qu'un accélérateur pour un basculement de l'Europe vers l'horreur absolue, c'est à dire... vers la Russie.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Cazeneuve écarte l'idée d'interdire Nuit Debout

Marc de Boni pour Le Figaro, le 3 Mai 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 3 Mai 2016


____________***___________

Pressé par la droite de mettre un terme aux rassemblements de la place de la République, le ministre de l'Intérieur refuse et invoque les valeurs républicaines.
je ferai tout pour qu'ils puissent le faire
«Je ne suis pas d'accord avec ceux qui manifestent place de la République, mais je ferai tout pour qu'ils puissent le faire», a lancé cet après-midi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, face aux huées de l'opposition. Interpellé par le député les Républicains (LR) Éric Ciotti lors des questions au gouvernement, le locataire de la place Beauvau s'est défendu cependant de toute «complaisance» envers les casseurs, qui se sont notamment illustrés à plusieurs reprises depuis la manifestation du 28 avril et dans le cortège du 1er mai. Les demandes répétées de la droite et du FN d'interdire les rassemblements du mouvement Nuit Debout place de la République n'y ont donc rien fait, malgré les tensions croissantes qui opposent manifestants et forces de l'ordre.
Lorsque vous parlez de complaisance, c'est que vous êtes mal informé
«Lorsque vous parlez de complaisance, c'est que vous êtes mal informé. Ça vous ressemble tellement peu les petits bobards monsieur Ciotti», a asséné Bernard Cazeneuve, sommé par le député LR des Alpes-Maritimes de : 
  • «faire évacuer la place de la République», 
  • «d'interdire les manifestations violentes conformément à l'État d'urgence» 
  • et enfin de «dissoudre les mouvements d'extrême gauche qui prônent et organisent la violence».
 Nous sommes intraitables avec les casseurs
«Nous sommes intraitables avec les casseurs, nous sommes d'une fermeté absolue, les interpellations en témoignent, et les forces de l'ordre s'exposent pour procéder à ces interpellations», a assuré Bernard Cazeneuve.
Le «1er flic de France» a en outre écarté toute décision de dissolution unilatérale du mouvement
Le «1er flic de France» a en outre écarté toute décision de dissolution unilatérale du mouvement né de l'opposition à la loi El Khormi, en invoquant l'avis du conseil constitutionnel dans sa décision du 16 février dernier, qui déterminait les modalités de compatibilité de l'État d'urgence avec les principes constitutionnels et le droit de manifester. 
«Parce que je suis vraiment républicain, Je souhaite que l'usage de la force soit proportionné. La République, c'est la volonté du maintien de l'ordre dans le respect rigoureux des individus, de ceux qui manifestent et des libertés publiques», a tranché Bernard Cazeneuve. 
un ministre de l'intérieur complètement à la ramasse
Une partie croissante de l'opposition réclame l'interdiction du mouvement Nuit Debout. Mardi matin, c'était au tour de Christian Estrosi de réclamer sur France Info l'interdiction des rassemblements, qui auraient causé, selon lui, 24 millions d'euros de dégâts. Une somme qui correspond en réalité à la totalité des travaux d'aménagement de la place de la République. La facture des violences du soir du 1er mai s'élève en réalité à 150 000 euros, selon France Info. Au Front national également, les critiques contre la passivité du gouvernement face aux protestataires de la Place de la République montent. Invité de France info vendredi dernier, David Rachline regrettait d'avoir «un ministre de l'intérieur complètement à la ramasse».
Bénéficiant jusqu'ici d'une certaine tolérance du pouvoir
Bénéficiant jusqu'ici d'une certaine tolérance du pouvoir, Nuit Debout commence à susciter des interrogations jusque dans le gouvernement. Invité de la matinale de Sud Radio et Public Sénat ce mardi, Jean-Michel Baylet a estimé «qu'un mouvement doit à un moment cesser et s'arrêter, surtout quand les organisateurs ne sont pas en situation de maîtriser leurs manifestations».
  Pour l'heure, le ministère de l'Intérieur semble toutefois plus enclin à temporiser
Et le ministre de ministre de l'Aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales d'ajouter: «Que la jeunesse s'intéresse à la politique, c'est une excellente chose. Sauf que ça a désormais dérapé avec des casseurs qui, systématiquement, non seulement brisent les vitrines, brûlent les voitures, mais aussi affrontent les forces de l'ordre. Il est un moment où il faut dire que ça ne peut pas durer». Pour l'heure, le ministère de l'Intérieur semble toutefois plus enclin à temporiser.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Corée du Nord : il n'y a pas de solution militaire, ils nous tiennent

«  "Il n'y a aucune solution militaire [aux menaces nucléaires de la Corée du Nord ], vous pouvez l'oublier. A moins que q...