samedi 14 mai 2016

Allemagne : Berlin et les Länder sont en désaccord sur le coût de la crise des réfugiés

D14051622:40 - "D’ici la fin 2020, le gouvernement allemand prévoit de dépenser quelque 93,6 milliards pour l'hébergement, l'intégration, les allocations chômage, les aides au logement et autres prestations sociales. Berlin et les Länder sont en désaccord sur le coût de la crise des réfugiés et sur la part que le gouvernement fédéral devrait financer." rapporte Reuters.

Le seul débat en cours sur cette question serait donc celui de la répartition de cette charge entre l'Etat fédéral et les Länders selon Le Monde, comme si la "sensibilité populaire" et le "sens commun" de la population allemande n'avaient pas compris (c'est lent mais ça progresse tout de même) qu'il s'agit d'un projet politique visant l'exclusion des travailleurs et salariés allemands (puisque la préférence nationale a été supprimée en 2015 en faveur des réfugiés) au profit de prisonniers (puisque jetables et expulsables à merci) travaillant gratuitement (puisque subventionnés grâce aux impôts des Allemands).

Il se pourrait même qu'avec l'arrivée de Trump plus vite que prévue à la Maison Blanche, les élections allemandes de 2017 soient avancées de quelques mois suite à la démission soudaine de Merkel... n'ayant plus que Trump au bout du fil, ce qui serait encore pire que d'avoir Poutine !
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
L’Allemagne pourrait dépenser 93 milliards d’euros pour les réfugiés d’ici 2020

Le Monde avec Reuters, le 14 Mai 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 14 Mai 2016


_________***___________  
D’ici la fin 2020, le gouvernement allemand prévoit de dépenser quelque 93,6 milliards pour l’accueil des demandeurs d’asile, rapporte samedi 14 mai l’hebdomadaire Der Spiegel, citant un document émanant du ministère fédéral des finances en vue de négociations avec les seize Länder.
 hébergement, intégration, allocations chômage, aides au logement et autres prestations sociales
Les calculs du ministère comprennent le coût lié à l’hébergement et l’intégration des réfugiés ainsi que celui de mesures visant à s’attaquer aux racines de l’exode de milliers de migrants et réfugiés des régions frappées par la guerre ou la pauvreté. Les dépenses liées au versement d’allocations chômage, d’aides au logement et d’autres prestations sociales pour les demandeurs d’asile d’ici la fin 2020 sont évaluées à 25,7 milliards d’euros. Les cours de langues coûteraient 5,7 milliards d’euros sur la même période et 4,6 milliards d’euros seraient consacrés à des mesures pour aider les réfugiés à trouver du travail.
148 215 statuts de réfugiés accordés en Allemagne contre 26 015 la même année en France, soit près de 6 fois moins
L’an dernier, l’Allemagne a accueilli plus d’un million de réfugiés, principalement en provenance de Syrie et d’autres zones de conflit. Face à cet afflux, Angela Merkel a été accusée par ses propres alliés bavarois de la CSU (Union chrétienne-sociale) et par la formation populiste et anti-immigration, l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) d’avoir une politique trop généreuse à l’égard des réfugiés. L’Allemagne est de loin le pays européen ayant validé le plus de demandes d’asile en 2015 (148 215 statuts de réfugiés accordés) et représente à elle seule 41 % des décisions positives. En comparaison, la France en accueillait 26 015 la même année, soit près de 6 fois moins.
Le gouvernement allemand prévoit l’arrivée de 600 000 migrants cette année
Le nombre d’arrivées s’est réduit cette année, en partie après l’accord passé en mars entre l’Union européenne et Ankara, qui prévoit le renvoi vers la Turquie des migrants arrivant dans les îles grecques. Le gouvernement allemand prévoit l’arrivée de 600 000 migrants cette année, de 400 000 migrants en 2017 et de 300 000 migrants dans chacune des années suivantes, montre le document du ministère.

Une nouvelle réunion est programmée le 31 mai pour débattre de la répartition des coûts entre autorités fédérales et régionales. Berlin et les Länder sont en désaccord sur le coût de la crise des réfugiés et sur la part que le gouvernement fédéral devrait financer. Selon Der Spiegel, les Länder s’attendent à payer 21 milliards d’euros cette année, et jusqu’à 30 milliards d’euros d’ici 2020.

Le coût annuel de la gestion de la crise migratoire pour le pays devrait augmenter et s’élever à 20,4 milliards d’euros en 2020, contre 16,1 milliards cette année, selon le document.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Otan vs Daech, la question se pose de savoir si les États-Unis mesurent les conséquences de leur politique?

« L’ Otan ne se présente pas comme une organisation digne de confiance, a déclaré samedi le Président turc Recep Tayyip Erdogan .[…] L...