vendredi 19 février 2016

UE: "il n’y a pas d’alternative à une bonne, intelligente et sage coopération avec la Turquie"

A190216

07:10 -
"Avant cette réunion il y avait ceux qui doutaient de la nécessité de résoudre le problème de la crise des réfugiés ensemble avec la Turquie (…) Nous avons confirmé qu’il n’y a pas d’alternative à une bonne, intelligente et sage coopération avec la Turquie », a souligné le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker cité par Le Monde. 


"Une rencontre spéciale entre l’UE et la Turquie se tiendra début mars" selon le quotidien, juste avant le prochain Conseil européen prévu pour mi-mars. Entre-temps, les bureaucrates de Bruxelles vont peaufiner de jolis graphes montrant une inversion de la courbe du taux des arrivants en Grèce confirmant la bonne volonté d'Ankara avec laquelle il n'y a de toute façon pas d'alternative à " une bonne, intelligente et sage coopération".

Bref, ils tournent en rond et repoussent les décisions puisque, comme le démontre ce sommet européen de dupes, c'est Ankara et non pas Bruxelles qui décide.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Crise des migrants : une rencontre spéciale entre l’UE et la Turquie se tiendra début mars

Le Monde, le 19 Février 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 19 Février 2016


______________***_____________

Le président du Conseil européen Donald Tusk a annoncé dans la nuit de jeudi 18 à vendredi 19 février la tenue d’une « rencontre spéciale » avec la Turquie début mars, après avoir réitéré l’importance d’une action conjointe avec Ankara pour endiguer la crise migratoire dans l’Union européenne.

Cette annonce est intervenue après plus de six heures de discussions consacrées à la crise migratoire lors d’un sommet européen à Bruxelles.
il n’y a pas d’alternative à une bonne, intelligente et sage coopération avec la Turquie
« Avant cette réunion il y avait ceux qui doutaient de la nécessité de résoudre le problème de la crise des réfugiés ensemble avec la Turquie (…) Nous avons confirmé qu’il n’y a pas d’alternative à une bonne, intelligente et sage coopération avec la Turquie », a souligné de son côté le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.  
endiguer les flux de migrants depuis la Turquie vers la Grèce
L’enjeu est l’application du « plan d’action » conclu en octobre dernier entre la Turquie et l’UE, dont le but est d’endiguer les flux de migrants depuis la Turquie vers la Grèce, que ce soit en améliorant la surveillance des frontières ou la gestion sur place des réfugiés.
la démarche doit être européenne et les “solos” nationaux ne sont pas recommandables 
Les chefs d’Etat et de gouvernement des 28 ont par ailleurs réaffirmé « à l’unanimité » que « la démarche doit être européenne et que les “solos” nationaux ne sont pas recommandables », selon M. Juncker. L’Autriche n’est pas nommée, mais la décision de Vienne d’imposer des quotas quotidiens à l’entrée sur son territoire de demandeurs d’asile et de migrants en transit a « surpris » certains pays, en particulier ceux situés sur la route migratoire des Balkans, selon la chancelière allemande Angela Merkel.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merkel pourrait permettre à Macron d'exercer le leadership européen et d'occuper un espace politique et médiatique désormais dégagé

« Au lendemain de l'annonce de l'échec des négociations, la presse allemande parle de «Brexit allemand». Les répercussions sur le c...