mercredi 24 février 2016

UE: désintégration de l'Union, faut-il dire la vérité aux Européens?

I240216

19:30 -
"Face à une situation aussi dramatique, ni plus ni moins, que la désintégration de l'Union européenne en cours et le triomphe des «égoïsme nationaux», les dirigeants européens, minés par l'impuissance et le renoncement, ont au moins un devoir à l'égard des peuples: celui de leur dire la vérité" rapporte Le Figaro.


Ainsi, l'Union européenne est-elle en voie de désintégration? Si c'est le cas, et contrairement à ce que demande Le Figaro, il ne faut surtout pas dire la vérité aux peuples européens car il ne peut rien ne leur arriver de mieux que cette désintégration, à condition qu'elle se fasse rapidement et sans délai, en tout cas avant que l'Europe ne soit complètement occupée par des milliers de divisions d'immigrés qui une fois armés ne mettront, eux, pas longtemps à régler leur compte et remettre les pendules européennes à l'heure du XXI ième siècle.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Rétablissement des contrôles aux frontières belges : la solidarité européenne n'existe pas

Par Alexis Théas pour Le Figaro, le 24 Février 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 24 Février 2016


____________***___________

La Belgique a décidé, le 23 février, de rétablir ses contrôles aux frontières avec la France pour ne pas subir le risque d'une arrivée de migrants sur son territoire après le démantèlement de la «jungle» de Calais. Alexis Théas estime que l'esprit de solidarité européenne a disparu.
  la Belgique a décidé de rétablir ses contrôles aux frontières avec la France
A l'annonce par le gouvernement français d'un prochain démantèlement de la «jungle» de Calais, immense terrain vague occupé par plusieurs milliers de migrants déterminés à passer en Grande-Bretagne, la Belgique a décidé, le 23 février, de rétablir ses contrôles aux frontières avec la France pour ne pas subir le risque d'une arrivée de ces personnes sur son territoire.
  ce rétablissement, supposé ne pas porter atteinte à la libre circulation Schengen
Le président du parlement européen M. Martin Schulz, de nationalité allemande, a jugé «absolument normal» ce rétablissement, supposé ne pas porter atteinte à la libre circulation Schengen. Il intervient à la suite d'une longue série de décisions du même genre. Face à l'afflux d'un million de migrants ou de réfugiés, plusieurs Etats ont déjà rétablis unilatéralement leurs contrôles aux frontières intérieures Schengen: l'Allemagne le 13 septembre, l'Autriche et la Slovaquie le lendemain, la Suède et le Danemark, le 4 janvier.
  gigantesque imposture envers les Européens
Les paroles de M. Schulz illustrent à merveille la gigantesque imposture dont les responsables bruxellois et nationaux se rendent coupables envers les Européens. Ils leur mentent effrontément en leur faisant croire que ce rétablissement des frontières est conforme à la logique de Schengen.
 Le code des frontières Schengen exclut explicitement un rétablissement des frontières pour des raisons d'immigration
Les articles 23, 24 et 25 du règlement européen du 15 mars 2006, dit «code des frontières Schengen», limitent considérablement l'autonomie des Etats dans le rétablissement de leurs contrôles aux frontières intérieures. En cas de «menace grave pour l'ordre public ou la sécurité intérieure», cette mesure peut être décidée de manière unilatérale par un Etat pour une période de trente jours renouvelable, dans la limite de six mois. Il doit alors procéder à une notification préalable des Etats partenaire et de la Commission. Selon l'article 25, en cas d'urgence, les contrôles peuvent être rétablis sans notification préalable, mais pour une durée limitée à dix jours renouvelable dans une limite de deux mois. Le code des frontières Schengen réserve cette possibilité à des affrontements et des violences ponctuelles, et il exclut explicitement un rétablissement des frontières pour des raisons d'immigration.
 la migration ne devrait pas être considéré comme une menace
D'ailleurs, le considérant 5 d'un règlement modificatif de 2013 prévoit que:
«la migration et le franchissement des frontières extérieures par un grand nombre de ressortissants de pays tiers ne devraient pas être considérés, en soi, comme une menace pour l'ordre public ou la sécurité intérieure».
Il prévoit dans son article 26, une longue et lourde procédure communautaire, collective, gérée par la Commission, pour un rétablissement des contrôles aux frontières internes lié à l'immigration.
violation du droit européen, contrairement au grand mensonge généralisé
Ces rétablissements unilatéraux des contrôles aux frontières, et sans durée limitée, ont donc été effectués en parfaite violation du droit européen, contrairement au grand mensonge généralisé. D'ailleurs, en 2011, la Commission avait fustigé et menacé la France de sanctions quand celle-ci avait envisagé de rétablir ses contrôles à Vintimille à la suite d'un afflux de populations dû au Printemps arabe.
 rétablissement généralisé des contrôles aux frontières intérieures, partout en Europe
Aujourd'hui, le rétablissement des contrôles aux frontière avec la France par la Belgique «aussi longtemps que nécessaire», est bien entendu la preuve que le système de libre circulation Schengen est définitivement caduque. Les paroles de M. Schulz ouvrent la voie à un rétablissement généralisé des contrôles aux frontières intérieures, partout en Europe, auquel rien ne pourra désormais s'opposer.
que la France se débrouille seule avec ses problèmes
Mais le geste belge va bien au-delà. De la part d'un pays aussi proche de la France par l'histoire, la culture, la langue, la géographie, ce geste est caricatural. Ce n'est pas seulement Schengen qui disparaît englouti dans la crise des migrants, mais tout esprit de solidarité européenne. Jusqu'alors, les décisions de ce genre, prises par les pays de l'Europe centrale, l'ont été dans l'urgence et le vent de panique face aux arrivées massives. Tel n'est pas le cas de la décision de la Belgique qui a une toute autre signification: que la France se débrouille seule avec ses problèmes.
 un grand désastre du XXIe siècle: la mort de l'idéal européen
Il est d'autant plus choquant qu'une partie de ces migrants est probablement entrée en France par la Belgique. Qu'attend le gouvernement français pour protéger à son tour son territoire et appliquer le principe de réciprocité? Nous assistons en direct, impuissants à un grand désastre du XXIe siècle: la mort de l'idéal européen, le projet d'une union toujours plus étroite entre des peuples. Pour le nier, pour ne pas le voir, il faut une dose d'aveuglement ou de mauvaise foi qui donne le vertige.
  les dirigeants européens, minés par l'impuissance et le renoncement
Face à une situation aussi dramatique, ni plus ni moins que la désintégration de l'Union européenne en cours et le triomphe des «égoïsme nationaux», les dirigeants européens, minés par l'impuissance et le renoncement, ont au moins un devoir à l'égard des peuples: celui de leur dire la vérité.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Fiche sur la sécurisation des célébrations de Noël

« …la fiche sur la sécurité des rassemblements ecclésiaux […] se base sur le quadruple constat d'une montée de la violence commandé...