mercredi 24 février 2016

Syrie: le plan B de Kerry ne sauvera pas le plan A de Merkel torpillé par le plan russe du cessez-le-feu

D240216

05:50 - "D'importantes discussions sont actuellement en cours en vue d'un plan B si nous ne parvenons pas à réussir à la table des négociations" a déclaré le secrétaire d'Etat américain John Kerry cité par RT France.


Donc, le plan A n'est pas encore mis en oeuvre que Washington parle déjà d'un plan B qui consisterait en une partition de la Syrie dont Kerry ne donne aucun détail. 

Le cessez-le-feu sur le terrain est naturellement une farce. Par contre, l'exigence "d'une transition politique" dans les deux mois qui viennent reste la condition sine qua non du point de vue US mais aussi de l'Allemagne, de la France et du Royaume Uni . 

Or, al-Assad a déjà annoncé la tenue d'élections législatives pour le 12 avril prochain, ce qui est une fin de non recevoir au sujet de cette transition politique.

Le plan A est donc de toute façon condamné d'avance, le régime de Damas, soutenu par Moscou, n'ayant pas l'intention de transiter ailleurs, a les moyens de rester en place y compris par une légitimité renouvelés par ces futures élections législatives du 13 avril que la communauté dite internationale ne reconnaitra pas.

Dans ce contexte, ce mystérieux plan B est seulement une annonce destinée à calmer la Turquie qui, très probablement, ne se contentera pas de ce genre de promesse aux alouettes, surtout s'il faut patienter encore deux mois en observant sans rien faire Damas s'offrir tranquillement une nouvelle légitimité.

D'autant plus qu'Ankara est tenu par l'agenda européen du prochain sommet avec Bruxelles début mars avec des décisions qui doivent être entérinées mi-mars par le prochain Conseil européen sur la question de la crise migratoire.

Et par cette nouvelle initiative russe extraordinairement complexe et astucieuse, c'est encore une fois le plan A de Merkel qui se retrouve de facto remis en cause... par une simple question d'agenda. Vraiment, bravo les Russes!
~~~~~~~~~~~~~~~~~~
En cas d'échec du Cessez-le-feu, John Kerry envisage un «plan B» projetant la partition de la Syrie

RT France, le 24 Février 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 24 Février 2016


____________***__________

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a estimé mardi 23 février que le non-respect de l'accord de cessation des hostilités aurait des conséquences, dont la fin de l’unité du pays.
D'importantes discussions sont actuellement en cours en vue d'un plan B
«Si nous attendons plus longtemps, il risque d'être trop tard pour conserver l'unité de la Syrie», a déclaré le chef de la diplomatie américaine devant la commission du Sénat américain. 
«D'importantes discussions sont actuellement en cours en vue d'un plan B si nous ne parvenons pas à réussir à la table des Négociations», a-t-il ajouté. 
formation d'un gouvernement de transition
Dans ce plan alternatif, John Kerry n’a pas écarté le renforcement de l’engagement militaire américain en Syrie. Il a par ailleurs estimé que les deux prochains mois seront décisifs et montreront si réellement Bachar el-Assad va «prendre de véritables décisions quant au processus de formation d'un gouvernement de transition».
cette éventualité n’est pas d’actualité pour Damas
Néanmoins, cette éventualité n’est pas d’actualité pour Damas qui a en revanche annoncé, quelques heures après l’officialisation du plan russo-américain de cessez-le-feu, la tenue d’élections législatives le 13 avril prochain. «Nous avons annoncé être prêts à cesser les opérations militaires», avait alors indiqué le dirigeant syrien, notant que la cessation nationale des hostilités est soumise «à des facteurs plus importants». Premièrement, pour que la trêve tienne, il est nécessaire d’empêcher les groupes terroristes «d’en profiter pour renforcer leurs positions», a souligné Assad.

L'Allemagne, la France, les Etats-Unis et le Royaume-uni se rangent derrière l'initiative portée initialement par la Russie
l'initiative portée par Moscou et suivie par Washington est à présent unanimement appelée à être respectée
Alors que les multiples initiatives des pays européens et des Etats-Unis pour entrevoir une trêve en Syrie ont échouées, l'initiative portée par Moscou et suivie par Washington est à présent unanimement appelée à être respectée. Les présidents français et américain, le Premier ministre britannique et la chancelière allemande ont fait savoir «qu'ils seraient très vigilants sur le respect des engagements conclus le 11 février par le Groupe international de soutien à la Syrie (GISS)». Quelques heures succédant le plan de cessez-le-feu, le secrétaire d'Etat américain avait indiqué qu'il n’aurait pas été possible de trouver une solution pacifique au conflit syrien sans l'assistance de la Russie.

L'accord russo-américain prévoit le cessez-le-feu à partir du minuit, heure de Damas, le samedi 27 février (vendredi à 22h00 GMT). Ceux qui souscrivent à l'accord doivent déclarer au Kremlin ou à la Maison Blanche qu'ils renonceront aux hostilités dans un délai de 12 heures avant que le cessez-le feu n’entre en vigueur. Ce plan exclut Daesh, Al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda) mais aussi des organisations classées terroristes par le Conseil de sécurité de l'ONU et non identifiées dans le texte.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Entre le Maroc et l'Espagne, une route de plus en plus empruntée par les migrants

« Les services de sauvetage espagnols ont annoncé aujourd'hui avoir secouru près de 600 personnes à bord de 15 embarcations et d...