samedi 27 février 2016

Allemagne: Merkel refuse pathologiquement de lever les sanctions anti-russes

E270216

12:20 - Alors que
"l'embargo russe sur les denrées alimentaires handicape fortement les producteurs communautaires qui peinent à écouler leurs produits agricoles et que de plus en plus de pays plaident aujourd'hui en faveur de la coopération avec la Russie, Mme Merkel a indiqué que les sanctions anti-russes ne pourraient être levées qu'après la mise en application intégrale des accords de Minsk" rapporte Sputnik citant l'édition nationale allemande Deutsche Welle. 


Une telle déclaration le jour de l'inauguration du Salon de l'agriculture à Paris où le président français s'est fait huer et insulter par des agriculteurs et alors qu'il leur promet "de tout faire", donc y compris  lever l'embargo russe, ce qui suppose au préalable de lever les sanctions anti-russes, une telle déclaration, donc, ressemble à une provocation, voire un chantage de Merkel contre Hollande.

Merkel instrumentalise les sanctions anti-russes comme outil de pression pour imposer aux Européens son "plan A" avec la Turquie pour traiter la question des migrants dont dépend - bien plus que de la crise agricole européenne - sa survie politique et, plus grave, celle de l'Union européenne, la faux-nez politique de l'empire germanique, voire germano-turc, et de son (euro)mark. 

L'Union européenne est la condition de l'existence d'une l'Allemagne puissante dans le monde et vengeresse contre les Russes. Si la crise migratoire fini par démolir Schengen, puis la zone euro, et enfin l'UE, Merkel restera dans l'Histoire comme la grande responsable de cette nouvelle catastrophe allemande et se voit-elle, peut-être, déjà rejoindre les traces de Napoléon sur l'île Ste Hélène ou, comme son plus illustre prédécesseur, se tirer une balle dans la tête au fond de son bunker?
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Sanctions antirusses: Merkel appelle les hommes d'affaires à la "patience"

Sputnik, le 27 Février 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 27 Février 2016


______________***___________

La chancelière fédérale reconnaît que les sanctions visant la Russie handicapent fortement les producteurs allemands, rapporte une édition nationale.
 Merkel a exhorté les hommes d'affaires à supporter les sanctions anti-russes
La chancelière allemande Angela Merkel a exhorté les hommes d'affaires à faire preuve de patience, en supportant les sanctions antirusses, bien que celles-ci affectent parfois sérieusement les affaires, rapporte Deutsche Welle.
elles ne pourraient être levées qu'après la mise en application intégrale des accords de Minsk
"Tout en reconnaissant que les sanctions handicapent fortement les hommes d'affaires (allemands, ndlr), Mme Merkel a indiqué qu'elles ne pourraient être levées qu'après la mise en application intégrale des accords de Minsk", lit-on sur le site.
La chancelière allemande a fait cette déclaration vendredi, lors d'une réception annuelle du conseil économique de l'Union chrétienne démocrate (CDU) à Stralsund.

Les relations entre la Russie et l'Occident se sont dégradées en raison de la situation en Ukraine. Fin juillet 2014, l'Union européenne et les Etats-Unis ont décrété des sanctions qui ont frappé des secteurs entiers de l'économie russe. Ces sanctions sont venues s’ajouter à celles décrétées à l’encontre de personnalités russes. Moscou a alors introduit un embargo alimentaire contre les pays l'ayant frappée de sanctions. En juin 2015, la Russie a prolongé cet embargo jusqu'au 5 août 2016 en représailles à la prolongation des sanctions.
l'embargo russe handicape fortement les producteurs communautaires
Comme la Russie était le premier pays de destination des exportations européennes pour les produits agricoles, l'embargo russe sur les denrées alimentaires décrété par Moscou en réponse aux sanctions occidentales sur fond de crise en Ukraine handicape fortement les producteurs communautaires, qui peinent à écouler leurs produits agricoles.
de plus en plus de pays plaident aujourd'hui en faveur de la coopération avec la Russie
La semaine dernière, le premier ministre hongrois Viktor Orban a déclaré lors de sa visite à Moscou que le temps de la prorogation automatique des sanctions anti-russes était révolu, et que de plus en plus de pays plaidaient aujourd'hui en faveur de la coopération avec la Russie.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

De plus en plus de soldats ne se sentent plus représentés par un chef de l’Etat élu par une minorité de Français

« Parce que l’armée est à l’image de la société, de plus en plus de soldats ne se sentent plus non plus représentés par un chef de l’Et...