dimanche 24 janvier 2016

France: crise de Calais, l'opposition exige comme d'hab' des mesures urgentes du gouvernement

E240116

12:35 - L'opposition s'insurge contre les évènements de Samedi dans le port de Calais chacun y allant de son petit couplet avant de reprendre en coeur que
"le gouvernement socialiste de Manuel Valls doit prendre toutes les mesures qu'il faut pour régulariser cette situation»" rapportent les agences.

Quelles mesures? Tout le monde l'ignore et pour cause: la seule véritable mesure qui pourrait avoir un effet quasi immédiat - quel qu'il soit et peu importe - serait la démission de toute la classe politique, d'un extrême à l'autre, car si la situation est ce qu'elle est, qui en est véritablement à l'origine sinon toute cette classe politique qui se passe le témoin depuis des décennies?

Ces gens-là qui sont à l'origine de cette crise ne peuvent pas être ceux qui pourraient la résoudre car ils fonctionnent comme des zombies dans un système faussaire dont ils ne sont même pas conscients. La crise des migrants l'illustre tragiquement pour nous tous car plus ils prennent de mesures, plus la situation empire au point que, comme le réclame le président tchèque, il ne reste plus qu'à en appeler aux forces de l'Otan pour qu'elles agissent comme en Afghanistan. 

Le pire étant que même avec tous les moyens militaires de l'Otan, et comme nous pouvons le constater au quotidien en Afghanistan, cela ne ferait qu'empirer encore davantage la situation ce qui, tout compte fait et paradoxalement, ne serait peut-être pas une si mauvaise chose si cela pouvait accélérer l'effondrement concret de ce système - l'UE, l'Otan, Schengen, l'euro, etc - déjà mort, qu'on respire enfin un peu.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Calais : les élus et l'opposition exigent une réunion d'urgence

Par Mathilde Siraud , AFP, AP, Reuters Agences pour Le Figaro, le 24 Janvier 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 24 Janvier 2016


___________***__________

Samedi, des migrants sont montés à bord d'un ferry, bloquant le port de Calais pendant plus de trois heures. Une manifestation des militants No Border dans le centre-ville a mal tourné. Xavier Bertrand, le président de la région, en appelle à l'État.
 des manifestants de plusieurs pays européens et des migrants réclamaient des «conditions d'accueil dignes»
Regain de tension à Calais. Samedi, le port de la ville du Pas-de-Calais a été bloqué pendant plus de trois heures après l'intrusion d'une cinquantaine de migrants sur un ferry, montant à bord dans l'espoir de regagner l'Angleterre. Cette intrusion s'est déroulée à la suite d'un défilé de 2000 personnes en faveur de leur cause, dans les rues du centre-ville, à laquelle des manifestants de plusieurs pays européens et des migrants ont participé. Ils réclamaient des «conditions d'accueil dignes».
  24 migrants et 11 militants radicaux de No Border ont été interpellés
La police est intervenue et a procédé à l'évacuation des migrants vers 20h30, à l'aide d'une passerelle mobile pour faire la jonction avec le bateau. Selon la préfecture du Pas-de-Calais, 24 migrants ont été interpellés sur le ferry, et emmenés dans les locaux de la Police de l'air et des frontières (PAF) à Coquelles. Onze autre personnes, des militants radicaux de No Border d'après la même source, ont subi le même sort.
  ça ne peut plus durer
Cet événement a poussé le président du port de Calais Jean-Marc Puissesseau à demander «une réunion de crise extrêmement rapidement (...) avec les responsables locaux, régionaux, parlementaires et du gouvernement» estimant «que ça ne pouvait plus durer». L'activité du port a repris en fin de soirée samedi.
  des actes d'hostilité envers les migrants ont été constatés
Sur le chemin de la manifestation plus tôt dans l'après-midi, des actes d'hostilité envers les migrants ont été constatés. 
  • Une habitante de Calais a apostrophé en termes violents les manifestants depuis sa fenêtre, a observé un photographe de l'AFP. 
  • Un Calaisien a été photographié un fusil à la main, à quelques mètres seulement du cortège.
  «Nik la France»
Dans le même temps, la statue du Général de Gaulle et d'Yvonne Vendroux a été tagguée. On pouvait y lire notamment «Nik la France». Des militants No Border ont revendiqué cet acte de vandalisme sur Twitter.
  • Le président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand (Les Républicains), s'est insurgé et demande au gouvernement une réunion d'urgence.
  • La maire de Calais Natacha Bouchart (Les Républicains) a regretté «des débordements sérieux» en centre-ville.
«Une nouvelle fois, la preuve est faite par l'exemple que les manifestations organisées par des pseudo-défenseurs des migrants ont essentiellement pour vocation de perturber la vie économique», a-t-elle déploré. 
Plusieurs responsables souhaitent un retour au calme dans cette ville. 
  • Invité de l'émission Le Grand Rendez-Vous d'Europe1/iTélé/Le Monde, Jean-Pierre Raffarin, sénateur LR et ancien premier ministre, a lui aussi demandé au gouvernement d'intervenir, se disant dans le même temps favorable à l'instauration de quotas de migrants.
  • Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, a demandé des «sanctions exemplaires» à l'égard des auteurs des débordements et interpelle l'État dans un communiqué.
  • Valérie Debord, porte-parole des Républicains, s'est elle aussi émue des dégradations commises, notamment sur la statue de De Gaulle, dénonçant des «insultes à la France».
  • «On ne peut pas laisser cette situation perdurer ici. Les gens vivent dans des conditions inadmissibles», a dénoncé l'eurodéputée écologiste française Karima Delli, appelant le gouvernement socialiste de Manuel Valls «à prendre toutes les mesures qu'il faut pour régulariser cette situation».
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L’Iran reconnaît implicitement Israël et réduit quasiment à rien le principal argument anti-iranien d’Israël

« Les pays musulmans ont décidé d’affirmer collectivement… leur reconnaissance de Jérusalem-Est comme capitale de l’État de la Palestine...