DONS EN CRYPTO

J'accepte les dons en crypto (BitCoin, Ethereum ou BitCoin Cash).
Si vous ne savez pas encore comment procéder, je vous invite à visionner ce tuto-vidéo en français.
Vous pouvez me contacter par email - gaillot.eric@gmail.com - ou via ma page Facebook

mardi 22 septembre 2015

USA: la politique syrienne de Washington dans l'impasse

D220915

09:00 -
"Selon le Wall Street Journal, le soutien accordé au président syrien par la Russie et l'Iran "pousse l'administration d'Obama dans une impasse des points de vue diplomatique et stratégique" rapporte Sputnik.

~~~~~~~~~~~~~~~~
Syrie: la coopération russo-iranienne empêche Washington de renverser Assad

Sputnik, le 22 Septembre 2015

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 22 Septembre 2015


_______***________

L'administration de Barack Obama se trouve dans l'impasse des points de vue diplomatique et stratégique, indique le The Wall Street Journal.
 la coopération entre la Russie et l'Iran est un obstacle pour Washington
L'élargissement de la coopération entre la Russie et l'Iran s'est converti en un obstacle non-négligeable pour Washington dans ses efforts visant à renverser le président syrien Bachar el-Assad, a rapporté le The Wall Street Journal lundi.
  la coopération entre la Russie et l'Iran cherche à aider el-Assad
"Selon des personnalités officielles des Etats-Unis et des pays du Proche-Orient, l'intensification de la coopération entre la Russie et l'Iran, qui cherchent à aider le président Bachar el-Assad à maintenir son contrôle sur le point d'appui dans la zone littorale, fait obstacle à la réalisation des objectifs diplomatiques de Washington", fait savoir le journal américain tout en expliquant que ces buts consistent avant tout à démettre Assad.
 Obama dans une impasse des points de vue diplomatique et stratégique
Selon le Wall Street Journal, le soutien accordé au président syrien par la Russie et l'Iran "pousse l'administration d'Obama dans une impasse des points de vue diplomatique et stratégique".
  Washington  n'appelle plus à la démission de Bachar el-Assad
Ainsi, Washington a réduit ses exigences et n'appelle plus à la démission de Bachar el-Assad "avant que le processus de transfert du pouvoir ne soit lancé dans le pays". En outre, le secrétaire d'Etat des Etats-Unis John Kerry a déclaré le week-end passé que le président syrien pouvait jouer un rôle dans la transition du pouvoir à un nouveau gouvernement, a rappelé le journal.
les positions russes pourrait contribuer au règlement de la situation par des moyens diplomatiques
Le quotidien américain cite également une source qui estime que le renforcement des positions russes en Syrie "pourrait contribuer au règlement de la situation en Syrie par des moyens diplomatiques" selon les conditions imposées par Moscou, et non pas par Washington.
Selon le journal, des diplomates russes et iraniens, des généraux et des stratèges militaires se sont rencontrés à Moscou à plusieurs reprises afin de mener des négociations sur la protection éventuelle du président syrien ainsi que sur le déploiement de troupes russes sur le territoire du pays. Le Wall Street Journal souligne que la province syrienne de Lattaquié, placée sous le contrôle d'Assad, est la zone principale de coordination des actions conjointes.

Depuis 2011, la Syrie est déchirée par un conflit armé qui a fait plus de 250.000 morts. Début 2014, le groupe djihadiste Etat islamique a commencé à intensifier son activité dans la région en cherchant à créer un califat sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle.

Connu pour sa cruauté extrême, le groupe Etat islamique est considéré comme une organisation terroriste par de nombreux Etats et est accusé par l'Onu, l'UE, les Etats-Unis ou encore la Ligue arabe, d'être responsable de crimes contre l'humanité, de crimes de guerre, de nettoyage ethnique et de génocide.

Depuis août 2014, une coalition internationale conduite par les Etats-Unis intervient militairement contre ce groupe.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Kinjal, comment les Russes interpréteraient une liquidation brutale de Trump ?

« L’entente Trump-Poutine d’Helsinki est attaquée sur des arguments fondamentaux tels que la trahison, qui implique que la référence, déjà l...