lundi 28 septembre 2015

France: Syrie, Védrine - pour qui la solution passe par Assad - remplaçant potentiel de Fabius

E280915

16:15 -
"Force est de constater une inflexion dans la position de Paris, puisque Laurent Fabius admet désormais la nécessité d'ouvrir une négociation sans forcément avoir pour préalable la destitution du président syrien et que le nom d'Hubert Védrine - pour qui la solution passe par Assad - figure justement dans la liste des remplaçants potentiels de Laurent Fabius" rapporte Le Figaro.

~~~~~~~~~~~~~~
Védrine veut s'allier à Assad contre Daech, comme «il a fallu s'allier avec Staline»

Par Marc de Boni pour Le Figaro, le 28 Septembre 2015

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 28 Septembre 2015


__________***________

LE SCAN POLITIQUE - L'ancien ministre des Affaires étrangères plaide pour un rétablissement des rapports avec Moscou, et donc d'un dialogue avec le régime de Bachar el-Assad en vue de contenir l'État islamique.
  Védrine estime que la solution passe par le dictateur
«N'oublions qu'au moment de combattre Hitler, il a fallu s'allier avec Staline qui avait tué plus de gens qu'Hitler». Face à la gravité de la situation en Syrie, l'ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine ne mâche plus ses mots. Agacé par les réserves avancées par les opposants à une coopération avec Bachar el-Assad contre Daech, qui relèvent que Damas a causé plus de morts que l'organisation État islamique, Hubert Védrine estime ce lundi sur France Inter que la solution passe par le dictateur. Alors que s'ouvre à New-York une Assemblée générale des Nations unies qui aura notamment pour thème la crise syrienne, l'ex responsable du quai d'Orsay regrette que la Russie ait été écartée du processus.
 échec de la stratégie occidentale
Prenant acte de «l'évidence de l'échec de la stratégie occidentale», Hubert Védrine déplore l'absence à ses yeux d'approche pragmatique du conflit. «On mettait sur le même plan la lutte contre Daech et la lutte contre Assad. Moralement, ça se défend tout à fait, mais ça n'a pas marché», regrette l'ancien ministre.
 Poutine profite de ça
«La réaction occidentale d'origine, pleine de bons sentiments, n'a pas fonctionné et Poutine profite de ça», relève-t-il, appelant désormais à un changement de paradigme: «On n'aurait jamais dû écarter la Russie d'un éventuel processus», juge-t-il, sans pour autant accorder le blanc-seing à Moscou.
 former une coalition au sens Guerre mondiale
En effet, selon Hubert Védrine, les puissances occidentales doivent désormais former «une coalition au sens Guerre mondiale si Daech est l'ennemi numéro un».
  une inflexion dans la position de Paris
Une position en contraste avec celle assumée par Laurent Fabius samedi devant l'Assemblée générale des Nations unies. Opposé jusqu'ici à l'entremise de Moscou entre les puissances occidentales et la Syrie, le ministre a toujours écarté l'idée d'un dialogue avec Damas pour arrêter Daech. «Si on dit aux Syriens que l'avenir passe par Assad, c'est s'exposer à un échec», a déclaré le patron du Quai d'Orsay. «Il est le premier responsable du chaos actuel», a poursuivi le chef de la diplomatie, dont certains propos ont été publiés par un diplomate français. Mais force est de constater une inflexion dans la position de Paris, puisque Laurent Fabius admet désormais la nécessité d'ouvrir une négociation, sans forcément avoir pour préalable la destitution du président syrien.
 Védrine figure dans la liste des remplaçants potentiels de Fabius
L'expression de cette divergence de vue n'est pas anodine alors que le nom d'Hubert Védrine figure justement dans la liste des remplaçants potentiels de Laurent Fabius. Ce dernier serait désormais intéressé par un poste au Conseil constitutionnel, au lendemain d'un remaniement gouvernemental qui pourrait intervenir après les élections régionales.
  les négociations pourrait amener Paris à revoir son intransigeance
D'une manière générale, face à la stagnation de la situation en Syrie et en Irak, la nécessité de reprendre les négociations pourrait amener Paris à revoir son intransigeance, et à réenvisager l'option russe, portée de longue date par la droite.
Hubert Védrine n'est par ailleurs pas le premier à jouer du comparatif avec la Seconde Guerre mondiale pour réclamer un changement d'approche dans la crise au Moyen-Orient. Organisateur critiqué d'un voyage informel en Syrie qui se déroule jusqu'au 30 septembre aux côtés de Gérard Bapt, le député de la majorité (MRC) Christian Hutin déclarait le lundi 21 septembre dernier: «S'il y avait eu des députés courageux en 1938 pour aller en Allemagne, il n'y aurait pas eu la Seconde Guerre mondiale».
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Les Fakes News ont besoin de concurrence !

"Steve Bannon sera une nouvelle voix solide et intelligente à Breitbart News... peut-être mieux que jamais auparavant. Les Fakes N...