lundi 24 août 2015

Chine: krach boursier, passé la panique, les investisseurs aideront à supporter le choc.

I240815

22:50 -
"«Les taux des emprunts d’État allemands n’ont pas beaucoup bougé. C’est la preuve que les investisseurs sont encore attentistes et ne se reportent pas sur d’autres actifs que les actions». Passé la panique, ils pourraient mieux faire leurs comptes et cela devrait aider à supporter le choc»" rapporte Le Figaro.

~~~~~~~~~~~~~~~~
Le krach chinois affole les Bourses mondiales

Anne Bodescot pour Le Figaro, le 24 Août 2015

Inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 24 Août 2015
________***__________

Dans le sillage de Shanghaï, qui a perdu lundi 8,5 % sur fond de ralentissement de l’économie chinoise, les places financières ont lourdement chuté, à l’image de Paris qui a abandonné 5,35 %.
 les investisseurs imaginent le pire sur la santé réelle de la deuxième économie mondiale
Un nouveau plongeon historique de plus de 8 % à la Bourse de Shanghaï dans la nuit et l’incapacité des autorités chinoises à rassurer leur propre marché ont semé la panique lundi sur les places boursières du monde entier. Après le mauvais indicateur économique publié vendredi en Chine, les investisseurs internationaux imaginent désormais le pire sur la santé réelle de la deuxième économie mondiale. Inquiets de ne pas voir la Banque centrale chinoise agir comme ils l’espéraient ce week-end, ils ont vendu massivement leurs actions lundi, déclenchant un mini-krach boursier aux quatre coins de la planète.
  aucune nouvelle venue de Chine pour justifier cet effondrement
En France, le CAC 40 a perdu jusqu’à 8,28 % en début d’après-midi, avant l’ouverture de Wall Street, qui était attendue en baisse de 5 %. Pris dans une course de vitesse pour se délester au plus vite de leurs portefeuilles et ne pas être pris dans la purge, les investisseurs ont coupé leurs positions sans discernement, sur toutes les places boursières et dans tous les secteurs. De l’Europe aux pays émergents, en passant par Wall Street, les marchés ont donc affiché dans l’après-midi des pertes abyssales, qui ont parfois frôlé les 10 %. «Jamais je n’aurais imaginé les voir chuter aussi fortement en une seule journée, sans aucune nouvelle venue de Chine pour justifier cet effondrement», avoue un gérant.
  plus aucun acheteur n’osait affronter la tourmente
Le mois d’août est traditionnellement celui où les Bourses sont les plus vulnérables. Alors que les ordres de vente automatiques se déclenchent massivement en cas d’alerte, «les acteurs de long terme, capables d’investir à contre-courant pour profiter de cours attrayants, sont moins actifs», relève Matthieu Grouès, stratégiste chez Lazard Frères Gestion. Lundi, le mécanisme a fonctionné à plein, avec notamment des ventes importantes sur les fonds indiciels (qui permettent de se retirer d’un marché en quelques secondes), alors qu’au pire de la chute plus aucun acheteur n’osait affronter la tourmente.
  ils se sont repris en fin d’après-midi
Mais ils se sont repris en fin d’après-midi, tant le recul des marchés semblait exagéré. À Paris, le CAC 40 a terminé sur un recul de 5,35 %, alors qu’à Wall Street, qui a perdu jusqu’à 6,62 % dans les minutes qui ont suivi l’ouverture, le S & P 500 ne lâchait plus que 2,11 %. L’indice Stoxx 600, qui regroupe les principales valeurs européennes, a clôturé en baisse de 5,39 %. La Bourse allemande, elle, a perdu 4,70 %.
 ils s’attendaient à voir la croissance repartir en zone euro
À Paris, le CAC 40 n’affiche plus qu’une hausse de 2,59 % depuis janvier. «Les marchés européens étaient montés ces dernières années parce qu’ils s’attendaient à voir la croissance repartir en zone euro. Sur cet espoir, ils ont gagné 60 % depuis 2012 alors que, pourtant, on ne voyait aucune amélioration pour les bénéfices des entreprises», relève Gilles Guibout, gérant actions européennes chez Axa IM.
 puisque la Chine compromet la croissance, la hausse passée ne se justifie plus
Aujourd’hui, ils font marche arrière: puisque la Chine compromet la croissance, la hausse passée ne se justifie plus. «L’économie mondiale est suffisamment solide pour avoir des perspectives de croissance qui ne sont pas seulement liées à la situation en Chine», commentait François Hollande lundi à l’occasion d’une visite à Berlin.
  beaucoup de gérants espèrent encore voir la Chine agir pour redresser la barre
«Si l’économie chinoise est vraiment à l’arrêt, l’ampleur de la correction, qui a commencé depuis la mi-août, est d’ailleurs justifiée», estime Philippe Troesch, directeur des gestions de Meeschaert AM. Mais beaucoup de gérants en doutent et espèrent encore voir la Chine agir pour redresser la barre.
 des raisons d’espérer
Lundi, la nervosité des investisseurs avait donc peut-être aussi d’autres raisons. «La crise actuelle rappelle un peu celle de 1998, une crise asiatique qui s’est terminée par la chute du fonds spéculatif LTCM», souligne Didier Bouvignies, directeur de la gestion chez Rothschild & Cie Gestion, qui voit toutefois des raisons d’espérer.
  les investisseurs sont encore attentistes
«Les taux des emprunts d’État allemands n’ont pas beaucoup bougé. C’est la preuve que les investisseurs sont encore attentistes et ne se reportent pas sur d’autres actifs que les actions», estime-t-il.
 passé la panique, les investisseurs devrait aider à supporter le choc
Surtout, passé la panique, les investisseurs pourraient mieux faire leurs comptes. «Les mauvaises nouvelles venues de Chine tombent d’autant plus mal que les derniers indicateurs sur la croissance européenne ont été décevants et que l’investissement ne repart pas. Mais la demande de crédit se redresse, et les résultats des entreprises étaient bons au deuxième trimestre. Cela devrait aider à supporter le choc», note Marco Bruzzo, de Mirabaud AM.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Corée du Nord : les armées américaine et chinoise se coordonnent pour éviter une guerre

« …   Un traité de défense mutuel entre la Chine et la Corée du Nord a été signé en 1961. Dans ce cadre, la réponse de Pékin au « feu ...