DONS EN CRYPTO

J'accepte les dons en crypto (BitCoin, Ethereum ou BitCoin Cash).
Si vous ne savez pas encore comment procéder, je vous invite à visionner ce tuto-vidéo en français.
Vous pouvez me contacter par email - gaillot.eric@gmail.com - ou via ma page Facebook

vendredi 4 mai 2018

Nucléaire iranien : les accusations de Nétanyahou portent sur un programme secret qui se serait déroulé de 1999 à 2003

« Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré le 30 avril à la télévision que le JCPOA conclu en juillet 2015 entre la République islamique et le groupe P5+1 reposait sur des mensonges de Téhéran. Il a affirmé que les services secrets israéliens avaient mis la main sur d’immenses archives composées de près de 100.000 documents en format papier et numérique prouvant que le programme nucléaire iranien avait une composante militaire secrète sous le nom de code «projet Amad». Selon M.Netanyahu, les travaux sur le «projet Amad» se seraient déroulés de 1999 à 2003 et auraient été interrompus à cause de la pression internationale croissante sur l’Iran. » rapporte Sputnik dans une brève du 4 mai 2018 «La Russie s’exprime sur les accusations portées par Netanyahu contre l’Iran »

€CALYPSE NEWS
Note – M Nétanyahou dénonce un programme militaire secret du nom de code « projet Amad » qui se seraient déroulé de 1999 à 2003. Nous sommes, me semble-t-il, en 2018. 
Qu’est-ce que ce « projet Amad » a à voir avec l’accord sur le nucléaire signé en 2015 soit 12 ans après l’arrêt du « projet Amad » ?

Kraken Trump veut sortir de cet accord car il n’a aucun sens, aucun objet réel, sinon qu’il permet à Téhéran d’échapper aux sanctions. La Russie s’y oppose, non pas qu’elle estime cet accord sensé mais parce qu’elle respecte le droit international et qu’une décision de sortir de l'accord doit être prise conformément aux procédures en vigueur et non unilatéralement.

Si les plus grandes puissances ne respectent pas leurs engagements internationaux, alors il faut dissoudre le Conseil de Sécurité et ce sera au plus fort de faire régner sa loi. Aujourd’hui, le plus fort n’est pas Washington et ses vassaux mais Moscou et son allié chinois.

Kraken Trump est cohérent, il est pour la suppression du Conseil de Sécurité en l’état. Ce Conseil ne lui est d’aucune utilité puisqu’il renonce à être le gendarme du monde. Que d’autres le fassent à sa place et assument leurs responsabilités, propose-t-il à qui veut l’entendre (ils ne sont pas nombreux).

Ils ne sont pas nombreux car la chose est déjà entendue : le nouveau gendarme du monde est Moscou. Ce n’est pas seulement la première puissance militaire mondiale, c’est aussi l’une des seules grandes puissances à respecter ses engagement et le droit international ce qui lui confère la légitimité pour assumer ce rôle.

Cette perspective n’enchante pas V Poutine mais s’il ne s’y soumet pas, le monde plongera rapidement dans la pire barbarie que l’humanité n’ait jamais connue. Il faut donc espérer que lui et ses successeurs prendront leurs responsabilités et s’y tiendront.

Quant à Nétanyahou, il doit vraiment se dire que ses alliés occidentaux sont vraiment plus tarés les uns que les autres. Son accusation contre l’Iran n’a aucun sens, il le sait, il le dit lui-même et pourtant, ils mordent, ou font semblant de mordre à l’hameçon.

Pourquoi ? Ils ne le savent pas eux-mêmes : pourquoi accuser l’Iran d’un programme nucléaire militaire secret abandonné 12 ans avant la signature de l’accord ? Et pourtant tout le monde, en Occident, joue le jeu, tous les politiques, ceux qui sont aux affaires comme ceux qui jouent à l’opposition.

Et avec ça, les peuples occidentaux restent toujours aussi dociles parce que le lambda occidental, celui qui vote avec ses pieds et non avec sa tête, a aussi perdu toute notion de ce qu’est un peuple et du respect que chacun de ses membres se doit d'avoir envers lui. EG

>> Lire aussi : 

Iran, c’est l’accord nucléaire ou la nucléarisation (04/05/2018)

Netanyahou et son ministre de la Défense pourront décider (seuls) d'entrer en guerre en cas de «conditions extrêmes» (01/05/2018)

Nucléaire iranien : pour Nétanyahou, l’Iran a menti (30/04/2018)

>> Mon fil info « POUTINE » sur Twitter

Bonnes lectures
_____________ooo___________

La Russie s’exprime sur les accusations portées par Netanyahu contre l’Iran

Sputnik, le 4 mai 2018


Le ministère russe des Affaires étrangères a commenté vendredi les allégations du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui avait affirmé que le programme nucléaire iranien aurait une composante secrète malgré les contrôles de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Remplacer les instruments de contrôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) relatifs au Plan global d’action conjoint (JCPOA) sur le programme nucléaire iranien serait inadmissible, a déclaré vendredi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova commentant les récentes allégations du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

«Nous considérons qu’il est inacceptable de remplacer les instruments de garantie et les procédures de contrôle de l’AIEA, qui ont pleinement démontré leur efficacité, par des allégations, des spéculations et d’autres informations non vérifiées qui abondent malheureusement dans les médias. Nous estimons qu’il faut régler toutes les questions relatives aux inspections menées par l’AIEA en Iran par les méthodes prévues par l’agence», a indiqué Mme Zakharova.

Selon elle, «seuls les pays membres de la commission conjointe à six [P5+1: les États-Unis, la Russie, la Chine, la France et le Royaume-Uni, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, ainsi que l’Allemagne, ndlr] et l’Iran» peuvent discuter des problèmes de la réalisation du JCPOA. Ce plan encadre les activités nucléaires iraniennes en contrepartie d'une levée progressive des sanctions frappant l’Iran.

«Je voudrais souligner que l’Iran est actuellement le pays le plus contrôlé par l’AIEA», a rappelé la diplomate.

Elle a ajouté que Moscou continuera de respecter ses engagements pris dans le cadre de ce document et se tiendra à cette politique «tant que les autres membres de l’accord agiront en stricte conformité à l’accord et à la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’Onu».

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré le 30 avril à la télévision que le JCPOA conclu en juillet 2015 entre la République islamique et le groupe P5+1 reposait sur des mensonges de Téhéran. Il a affirmé que les services secrets israéliens avaient mis la main sur d’immenses archives composées de près de 100.000 documents en format papier et numérique prouvant que le programme nucléaire iranien avait une composante militaire secrète sous le nom de code «projet Amad». Selon M.Netanyahu, les travaux sur le «projet Amad» se seraient déroulés de 1999 à 2003 et auraient été interrompus à cause de la pression internationale croissante sur l’Iran.

GILETS JAUNES >> ET MAINTENANT ?

Le succès du 17 novembre montre que les Français ne font aucune confiance en aucun parti politique existant puisque c'est grâce à l'...