DONS EN CRYPTO

J'accepte les dons en crypto (BitCoin, Ethereum ou BitCoin Cash).
Si vous ne savez pas encore comment procéder, je vous invite à visionner ce tuto-vidéo en français.
Vous pouvez me contacter par email - gaillot.eric@gmail.com - ou via ma page Facebook

jeudi 10 mai 2018

Le dollar est devenu une projection d’hégémonie par le système légal des sanctions qui lui est attaché

« Chaque pays qui veut acheter du pétrole doit d’abord acheter des dollars ce qui constitue un des aspects de l’hégémonie américaine. Mais le plus important n’est pas la demande de dollars, mais les servitudes qui sont attachées à son utilisation. Chaque entité qui traite avec du dollar se soumet aux juridictions américaines et à leurs sanctions. Le dollar est devenu une projection d’hégémonie par le système légal qui lui est attaché » explique Bruno Bertez dans un billet du 10 mai 2018 «Les Russes ont bien compris que le dollar était la projection du « soft power », les européens non! »

€CALYPSE NEWS
Note – L’hégémonie du dollar par le système légal des sanctions qui lui est rattaché ne peut survivre à l’effondrement stratégique US. Si Washington dégaine sans arrêt ses sanctions, c’est que c’est la dernière cartouche dans le barillet.

Kraken Trump n’a pas le choix : en l’absence de ses porte-avions stratégiques aux quatre coins de la planète pour assurer sa police, il ne lui reste que le régime des sanctions pour gagner un peu de temps.

La conséquence inévitable de recourir systématiquement aux sanctions, c’est qu’elles n’auront très rapidement plus aucun effet car de plus en plus de pays, en dehors de l’Europe, adoptent une politique de dédollarisation hypersonique.

Pour nous Européens, le véritable danger est monétaire car l’effondrement prochain du dollar entrainera celui de notre système monétaire et l’Europe est incapable de surmonter une telle épreuve.

L’euro n’est que l’arme monétaire de l’Allemagne pour soumettre les autres membres de l’UE à sa politique de spoliation via la Banque centrale européenne. Quand le dollar s’effondrera, Berlin rétablira sa monnaie nationale et l’ensemble des pays européens seront aussitôt en banqueroute. EG

>> Lire aussi :

Avec un tel président, le destin de l’Amérique et du Système auquel elle s’est soumise est désormais scellé (10/05/2018)

Les dispositions de l’US Navy correspondent à un processus d’effondrement de la puissance US (04/05/2018)

« De moins en moins, nous voulons être le gendarme du monde. Nous voulons restaurer l'ordre chez nous, nous voulons reconstruire notre pays » (01/05/2018)

>> Mon fil info « TRUMP » sur Twitter

Bonnes lectures
_____________ooo___________

Les Russes ont bien compris que le dollar était la projection du « soft power », les européens non!

Par Bruno Bertez, le 10 mai 2018

https://brunobertez.com/2018/05/10/les-russes-ont-bien-compris-que-le-dollar-etait-la-projection-du-soft-power-les-europeens-non/

Le 8 Mai Poutine a plaidé (voir ci-dessous) pour une souveraineté nationale renforcée et une libération de l’emprise du dollar. Le monopole du dollar dans les échanges mondiaux est devenu « unreliable », -on ne peut compter dessus-, il est dangereux pour nous et beaucoup d’autres. Les USA ont cessé de considérer le dollar comme une monnaie neutre, instrument des échanges, pour en faire une arme et un moyen de contrôle global.

Chaque pays qui veut acheter du pétrole doit d’abord acheter des dollars ce qui constitue un des aspects de l’hégémonie américaine. Mais le plus important n’est pas la demande de dollars, mais les servitudes qui sont attachées à son utilisation. Chaque entité qui traite avec du dollar se soumet aux juridictions américaines et à leurs sanctions. Le dollar est devenu une projection d’hégémonie par le système légal qui est attaché.
Nous avons entrepris la diversification de nos réserves et nous continuerons d’augmenter notre stock d’or et de  devises étrangères a déclaré Poutine.

Poutine a maintenant parfaitement compris que l’hegemonie du dollar fait partie des armes utiliées par les Etats-Unis et que tout pays qui se laisse enfermer dans cette hégémonie perd son indépendance.
Les Européesn font semblant de ne pas le comprendre, ils continuent de baigner dans la dépendance , alors qu’ils ont crée une monnaie de réserve concurrente du dollar, ils continuent de se comporter en  vassal et acceptent la loi non seulement du dollar mais surtout de la juridiction mondiale que les Etats Unis ont imposé à toute entité qui utilise le dollar. Exemple les multiples amendes imposées aux banques françaises et firmes françaises  qui, tout en utilisant le dollar ont osé braver les embargos américains.

Le dollar est le véhicule des sanctions lesquelles sont la  projection du « soft power » par excellence.

Mais le pouvoir du dollar d’imposer sa loi s’use si on s’en sert car de plus en plus de pays diversifient et surtout s’équipent pour s’en passer ainsi que de son monopole dans les systèmes de paiement internationaux.. ainsi la Chine prépare doucement mais surement sa libération de la domination du dollar par la mise en place du Petroyuan; la Russie organise un système de paiement et de trasnfert qui échappe aux juridictions américaines. Les pays qui ont encore un quelconque souci d’autonomie multiplient les accords de paiements bilatéraux.
Le processsu va s’accélérer et se compléter car la marche vers la guerre que nous anticipons va rendre les besoins d’autonomie et de souveraineté de plus en plus pressants.

La bêtise de Trump, lequel a violé ses alliés Européens dans  la dénonciation de l’accord  P5+1 PBCOA avec l’Iran va contribuer à augmenter le besoin de se passer du dollar car les européessn vont étudier les moyens d’échapper aux sanctions américaines et cela passera par un de-dollarisation. A ce stade, la complexité du système ne nous permet pas de dire si cela va être deflationniste ou inflationniste, nous penchons pour la raréfaction du dollar international donc la deflation, mais sans garantie.

Le gouvernement français prend la situation très au sérieux et ne lâchera rien… C’est ce que laisse apparaître le président de la République ces derniers jours, mais également le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Ce dernier a eu un entretien téléphonique avec son homologue iranien, lors duquel il lui a affirmé que l’accord de Vienne était toujours d’actualité.

« La France attend de l’Iran qu’il continue de respecter l’ensemble de ses obligations à ce titre », peut-on lire dans un communiqué du Quai d’Orsay. Jean-Yves Le Drian a rappelé au ministre des Affaires étrangères iranien “la volonté du chef de l’Etat de travailler collectivement à un cadre plus large incluant les activités nucléaires et le programme balistique de l’Iran ainsi que la solution des crises au Moyen-Orient”.

L’ accord « n’est pas encore mort »

Pour sauver cet accord, qui « n’est pas encore mort », le ministre français va prochainement rencontrer ses homologues européens, notamment allemands et britanniques. Ils iront voir ensuite ensemble le ministre iranien la semaine prochaine afin que l’ensemble des termes de l’accord de 2015 continuent d’être respecté, malgré le départ des Etats-Unis.

Macron humilié par Trump lors de son voyage « supplique »
Emmanuel Macron, en voyage outre-atlantique la semaine dernière, avait pourtant fait le forcing pour tenter de faire infléchir la position de Donald Trump… Le président américain avait déclaré que cet accord sur le nucléaire iranien était « le pire jamais signé par son pays ». Ce qu’il avait déjà annoncé haut et fort pendant la campagne présidentielle américaine en tant que candidat en 2015…

Une mission pour Emmanuel Macron, qui s’est soldée par un échec, et par le retour sanctions américaines envers l’Iran, mais pouvant cibler aussi les entreprises européennes travaillant avec Téhéran… !


Italie, une alliance de circonstance entre opportunistes sans avenir

« Le nouveau gouvernement semble finalement prendre forme en Italie; c’est l’un des plus étranges assemblages que l’on puisse imaginer. Le M...