DONS EN CRYPTO

J'accepte les dons en crypto (BitCoin, Ethereum ou BitCoin Cash).
Si vous ne savez pas encore comment procéder, je vous invite à visionner ce tuto-vidéo en français.
Vous pouvez me contacter par email - gaillot.eric@gmail.com - ou via ma page Facebook

vendredi 11 mai 2018

La France entend affirmer la souveraineté européenne, chiche !


«La France entend affirmer la souveraineté européenne face à des sanctions extraterritoriales "inacceptables" des États-Unis en Iran, ont déclaré vendredi le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et celui de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire » rapporte Le Figaro avec Reuters dans une brève du 11 mai 2018 «Iran: «Les Européens n'ont pas à payer pour le retrait» (Le Drian) »

€CALYPSE NEWS
Note – Et si M Bruno Le Maire, notre Mr BitCoin national, proposait de commercer avec l’Iran en utilisant des cryptos pour contourner les sanctions US ?

Avec les cryptos, il n’est plus question de dollar donc de sanction contre l’Iran qui pénalisent, en réalité, les entreprises européennes or l’Iran est en train de se doter d’une crypto nationale donc où serait le problème ?

Le problème est que notre Mr BitCoin national est ballot cryptophobe. EG

Lire aussi : 

Le dollar est devenu une projection d’hégémonie par le système légal des sanctions qui lui est attaché (10/05/2018)

>> Mon fil info « CRYPTO » sur twitter

Bonnes lectures
_____________ooo______________

Iran: «Les Européens n'ont pas à payer pour le retrait» (Le Drian)

Par 

Mis à jour
Publié
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/05/11/97001-20180511FILWWW00069-iran-les-europeens-n-ont-pas-a-payer-pour-le-retrait-le-drian.php

La France entend affirmer la souveraineté européenne face à des sanctions extraterritoriales "inacceptables" des États-Unis en Iran, ont déclaré vendredi le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et celui de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire.

Dans le sillage de la décision de Donald Trump de retirer les États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, qui ouvre la voie à un rétablissement des sanctions à l'égard notamment des entreprises européennes ayant des relations d'affaires avec l'Iran, la France, qui défend l'idée d'un accord plus large, s'attend à des discussions difficiles et à des avancées par à-coups.

"Nous disons aux Américains que les mesures de sanction qu'ils vont prendre les concernent, eux. Mais nous considérons que l'extraterritorialité de leurs mesures de sanctions est inacceptable. Les Européens n'ont pas à payer pour le retrait d'un accord par les États-Unis, auxquels ils avaient eux-mêmes contribué", déclare le chef de la diplomatie française dans l'édition d'aujourd'hui du Parisien.
 
"Les désaccords ont toujours été assumés. Sur le climat comme sur le nucléaire. Cela ne nous empêche pas d'être des alliés historiques, d'en être fiers. Mais alliance historique ne signifie pas alignement politique", souligne-t-il.

En parallèle, le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a proposé ce matin sur Europe 1 de développer des instruments financiers "pour affirmer la souveraineté européenne face aux sanctions extraterritoriales américaines".

Eux, ils crèveront sans suite, car ils n'auront même pas le temps de se repentir

« La Russie aura recours à l'arme nucléaire uniquement en cas de frappe nucléaire lancée contre son propre territoire, a déclaré Vladimi...