DONS EN CRYPTO

J'accepte les dons en crypto (BitCoin, Ethereum ou BitCoin Cash).
Si vous ne savez pas encore comment procéder, je vous invite à visionner ce tuto-vidéo en français.
Vous pouvez me contacter par email - gaillot.eric@gmail.com - ou via ma page Facebook

lundi 28 mai 2018

Italie : fin de l’esbroufe

« Le président italien Sergio Mattarella, à la recherche d'une solution après l'échec de Giuseppe Conte dans sa tentative de former un gouvernement, doit désormais désigner un nouveau président du Conseil mais cette fois, sans l'aval du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue, grands vainqueurs des législatives du 4 mars. Dimanche soir, le président a convoqué l'économiste Carlo Cottarelli lundi matin » rapporte Le Figaro avec AFP et Reuters dans une brève du 27 mai 2018 «Italie : qui est Carlo Cottarelli, alias «monsieur ciseaux», convoqué par le président ? »

http://cacaou3.blogspot.fr/Note - Les Italiens l’ont cherché, ils l’ont trouvé. La majorité des électeurs italiens n’ignore pas le fonctionnement des institutions de leur pays or, ce sont eux qui ont élu un président italien conforme et ils votent ensuite pour une coalition de gouvernement anti-Système ?

Les Italiens ne veulent tout simplement pas de gouvernement, c’est leur façon de résister… EG

>> Lire aussi : 

Italie : Conte, nouveau chef croupion du gouvernement (23/05/2018)

Italie, une alliance de circonstance entre opportunistes sans avenir (22/05/2018)

Bonnes lectures

__________ooo__________


Italie : qui est Carlo Cottarelli, alias «monsieur ciseaux», convoqué par le président ?

  • Par 
  • Mis à jour le 28/05/2018 à 01:06
  • Publié le 28/05/2018 à 00:20
http://www.lefigaro.fr/international/2018/05/28/01003-20180528ARTFIG00001-italie-qui-est-carlo-cottarelli-alias-monsieur-ciseaux-convoque-par-le-president.php

Cet ancien haut responsable du Fonds monétaire international (FMI) devrait, selon toute vraisemblance, être chargé de former «un gouvernement du président».

Le président italien Sergio Mattarella, à la recherche d'une solution après l'échec de Giuseppe Conte dans sa tentative de former un gouvernement, doit désormais désigner un nouveau président du Conseil mais cette fois, sans l'aval du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue, grands vainqueurs des législatives du 4 mars. Dimanche soir, le président a convoqué l'économiste Carlo Cottarelli lundi matin.

Selon toute vraisemblance, Sergio Mattarella devrait lui demander de former un gouvernement de transition composé de techniciens et chargé d'élaborer avant la fin décembre le budget 2019, notamment pour éviter une hausse automatique de la TVA en cas de creusement du déficit. Si ce gouvernement venait à ne pas obtenir le soutien du Parlement, il resterait en place pour expédier les affaires courantes et de nouvelles élections seraient organisées en septembre ou en octobre.

Rassurer les marchés

Âgé de 64 ans, Carlo Cottarelli est diplômé en économie à l'université de Sienne (Toscane) et à la London School of Economics. Après six ans passés dans la division chargée du secteur financier et monétaire à la Banque d'Italie, il a été un haut responsable au Fonds monétaire international (FMI) et s'est vu attribuer le surnom de «Monsieur Ciseaux» quand il a été chargé de la révision des dépenses publiques par le gouvernement d'Enrico Letta (centre gauche) en 2013. Le successeur de M. Letta, Matteo Renzi, l'a ensuite nommé au FMI où il a assumé les fonctions de directeur exécutif pour l'Italie, la Grèce, et Malte, entre autres pays, avant de quitter ses fonctions en octobre 2017. Il est depuis cette date le directeur de l'Observatoire des comptes publics, multipliant à ce titre les mises en garde sur le coût économique du programme de gouvernement signé par le Mouvement cinq Etoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite). Interviewé par Les Échos en milieu de semaine, il évaluait son coût entre 110 et 150 milliards d'euros.

Les marchés, inquiétés par la constitution d'un gouvernement eurosceptique dont la politique menacerait les fragiles finances publiques italiennes, pourraient être rassurés par l'éventuelle nomination de Cottarelli. En revanche, sa désignation ne devrait pas manquer d'attirer les foudres de ces deux forces politiques, qui ont dénoncé dès dimanche soir la main mise des «lobbies» de la finance et des grandes banques. «Un Monsieur Personne qui représente la finance internationale», a dit de lui dimanche soir Matteo Salvini, le patron de la Ligue, dans une vidéo sur Facebook. «Il est un de ces experts donneurs de leçons qui nous ont accablés en taillant dans la santé, l'éducation, l'agriculture», a lancé de son côté Luigi Di Maio, chef de file du M5S devant ses partisans réunis à Fiumicino, près de Rome.

Spécialiste de finances publiques, M. Cottarelli avait multiplié les interviews mettant en garde contre les dérives financières potentielles contenues dans le «contrat de gouvernement» adopté par la Ligue et le M5S.

Eux, ils crèveront sans suite, car ils n'auront même pas le temps de se repentir

« La Russie aura recours à l'arme nucléaire uniquement en cas de frappe nucléaire lancée contre son propre territoire, a déclaré Vladimi...