DONS EN CRYPTO

J'accepte les dons en crypto (BitCoin, Ethereum ou BitCoin Cash).
Si vous ne savez pas encore comment procéder, je vous invite à visionner ce tuto-vidéo en français.
Vous pouvez me contacter par email - gaillot.eric@gmail.com - ou via ma page Facebook

mercredi 23 mai 2018

Italie : Conte, nouveau chef croupion du gouvernement

« … le président italien, Sergio Mattarella, a approuvé la nomination du juriste Giuseppe Conte, mercredi 23 mai, comme nouveau président du Conseil […]. Nul doute que ses débuts seront scrutés de près alors que le juriste est déjà accusé d’avoir embelli son curriculum vitae à propos de son cursus universitaire. Des allégations qui sont venues alimenter les doutes quant au choix de ce technocrate sans expérience de la politique. » écrit Le Monde avec Reuters dans une brève du 23 mai 2018 «Italie : le juriste Giuseppe Conte désigné chef du gouvernement »

http://cacaou3.blogspot.fr/Note – Il fallait un chef croupion pour que les deux partis du gouvernement italien puissent magouiller leurs petites affaires entre eux ce qui confirme la mascarade de toute cette histoire qui n’est même pas populiste mais tout simplement sale et pourrie, à l’image du monde politique européen qui méprise les peuples d'Europe. EG

>> Lire aussi : 

Italie, une alliance de circonstance entre opportunistes sans avenir (22/05/2018)

Bonnes lectures

__________ooo__________


Italie : le juriste Giuseppe Conte désigné chef du gouvernement

Le président Sergio Mattarella a validé mercredi le nom que lui proposaient Luigi Di Maio, le dirigeant du M5S, et Matteo Salvini, chef de la Ligue, pour diriger leur gouvernement d’union.

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le

Au terme de deux journées de consultations, le président italien, Sergio Mattarella, a approuvé la nomination du juriste Giuseppe Conte, mercredi 23 mai, comme nouveau président du Conseil. Cinquième personnalité à exercer cette fonction en sept ans, il sera chargé de former et diriger le premier gouvernement populiste d’un pays fondateur du projet européen.

A peine sorti du Quirinal, Giuseppe Conte a prononcé une brève allocution, au cours de laquelle il a répété son souhait de « maintenir la place de l’Italie au sein de l’Europe », tout en promettant d’être « l’avocat de la défense du peuple italien ». Pour cela, Giuseppe Conte s’est engagé à appliquer le « contrat gouvernemental » formé par le parti populiste du Mouvement 5 Etoiles (M5S) avec celui d’extrême droite de la Ligue, qui « représente toutes les attentes de changement des Italiens ».

Inconnu du grand public

Le nom de Giuseppe Conte, spécialiste du droit civil et administratif jusque-là inconnu du grand public, avait été proposé lundi au président de la République par Luigi Di Maio, le dirigeant du Mouvement 5 Etoiles (M5S), et Matteo Salvini, chef de la Ligue. Mais le président Mattarella avait décidé de prendre son temps avant de donner sa réponse, souhaitant consulter au préalable les présidents des deux chambres, ce qu’il a fait mardi.

L’homme aura, désormais, la charge de former le gouvernement d’union jaune-vert, issu des élections législatives du 4 mars. Celui-ci, qui devrait rassembler des membres des deux partis de la coalition, se mettra ensuite au travail pour appliquer le programme élaboré en commun ces dernières semaines. Ce dernier prévoit notamment des allégements fiscaux de plusieurs milliards d’euros, une augmentation des dépenses publiques en faveur des plus défavorisés et l’abandon d’une impopulaire réforme des retraites, autant de mesures qui inquiètent Bruxelles et les marchés.

Des mesures qui inquiètent Bruxelles

La Commission européenne a déclaré mercredi que la stabilité financière de l’Italie, troisième économie de la zone euro, risquait d’être menacée par une éventuelle remontée des taux d’intérêt et par une remise en cause de certaines réformes, notamment celle des retraites. Au vu de son importance systémique, les risques propres à l’Italie pourraient se répercuter à l’ensemble de la zone euro, a ajouté l’exécutif européen.


La tâche appartient désormais à Giuseppe Conte, le cinquième premier ministre en sept ans, de rassurer les partenaires économiques et internationaux du pays, et d’incarner le nouveau visage de son échiquier politique. Nul doute que ses débuts seront scrutés de près alors que le juriste est déjà accusé d’avoir embelli son curriculum vitae à propos de son cursus universitaire. Des allégations qui sont venues alimenter les doutes quant au choix de ce technocrate sans expérience de la politique.

L’autodestruction du Corps des Marines US par le « sociétalement correct »

« Mainz est, ou “était” devrait-on plutôt écrire, un lieutenant-colonel du Corps des Marines qui a été sanctionné d’une façon extraordinaire...