DONS EN CRYPTO

J'accepte les dons en crypto (BitCoin, Ethereum ou BitCoin Cash).
Si vous ne savez pas encore comment procéder, je vous invite à visionner ce tuto-vidéo en français.
Vous pouvez me contacter par email - gaillot.eric@gmail.com - ou via ma page Facebook

jeudi 26 avril 2018

Trump retourne Macron comme une crêpe

« Ne s'improvise pas influenceur et diplomate qui veut. Pour rester crédible, la diplomatie française ne devrait pas s'avancer sur les résultats de négociations, en particulier lorsqu'elle n'a pas les moyens de faire pression sur l'État concerné » écrit Youri Apreleff dans un billet du 26 avril 2018 «Visite de Macron aux USA: une victoire médiatique mais un échec diplomatique cuisant »

€CALYPSE NEWS
Note – Le bilan de la visite de Macron aux USA est vite fait : Kraken Trump – pourtant réputé instable - n’a pas modifié d’une pellicule sa position sur le nucléaire iranien. Non seulement, mais c’est l’inverse qui s’est passé : Macron adhère à la position de Trump.

Macron a cru qu’en balançant quelques Scalp sur la Syrie, il allait se hisser à la hauteur de l’oreille de Trump. Las, Trump n’a vu que les pellicules qui trainaient sur le costard étriqué de Macron. Que c’est ballot de se faire ainsi retourner comme une crêpe ! EG

>> Lire aussi:

BOMB BOMB BOMB ! Les Français sont dans la bouteille (26/04/2018)

BOMB BOMB BOMB ! La base russe de Hmeimim attaquée par des drones non identifiés au moment de l’appel à la guerre de Macron au Congrès US (25/04/2018)

Au Congrès US, Macron plaide pour la défense «des valeurs occidentales» face aux «nouvelles menaces » (25/04/2018)

>> Mon fil info « MACRON » sur twitter

Bonnes lectures

 ____________ooo_____________

Visite de Macron aux USA: une victoire médiatique mais un échec diplomatique cuisant

Par Youri Apreleff, le 26 avril 2018


Les sourires et les ovations n’y changeront rien. Lors de sa visite d’État aux États-Unis, Emmanuel Macron a non seulement échoué à infléchir la position de Trump sur l’Iran, mais pire encore, l’a rejoint dans ses convictions, faisant exactement l’inverse de ce qu’il déclarait depuis des mois.

Ce devait être une visite diplomatique historique, mais les faits sont tenaces. Sur le plan médiatique et de la communication, le bilan est incontestablement positif. Personne n'aurait imaginé à l'élection d'Emmanuel Macron qu'il entretiendrait, du moins en façade, une telle relation d'amitié avec Donald Trump. Sourires, poignées de mains, tous les honneurs, ovations multiples du Congrès… toutes ces images resteront. Et elles ont de quoi flatter la France et les Français sur la forme.

Sur le fond cependant, la réalité est bien plus abrupte. L'objectif affiché de la visite sur le plan diplomatique était clair: convaincre le Président américain de ne pas se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien. C'est non seulement un échec total à ce niveau, mais pire encore. C'est Donald Trump qui a convaincu Emmanuel Macron de la nécessité d'un nouvel accord.

Pourtant, tout avait été fait par le Président français. La visite de Donald Trump en France le 14 juillet dernier, la participation française aux frappes contre la Syrie aux côtés des États-Unis et du Royaume-Uni, le rappel de la «relation particulière» qui l'unirait au Président américain

Le même jour, Emmanuel Macron accordait une interview à la chaîne conservatrice Fox News dans laquelle il déclarait «Ma position, c'est de dire: "ne quittez pas l'accord tant qu'on n'a pas de meilleure option pour le nucléaire et complétons l'accord avec un contrôle de l'activité balistique et politique de l'Iran dans la région"», et qu'il «n'y avait pas de plan B».

Il ne lui a fallu que deux jours en tête à tête avec le Président américain pour revenir sur toutes ses déclarations, au grand dam de la diplomatie de l'Union européenne. Le dernier jour de sa visite, il déclarait donc conjointement avec Donald Trump qu'il était nécessaire de négocier un nouvel accord, comme le réclame le Président américain depuis son accession au pouvoir. Lorsque les médias français s'émerveillaient donc de voir un Président de la République avoir de l'influence sur le turbulent Président américain, ils auraient peut-être dû attendre avant de s'emballer. Factuellement, c'est l'inverse qui s'est produit.

L’Iran: @realDonaldTrump, vous avez rappelé vos positions initiales.
Il n’y a pas de mystère: nous n’avons pas les mêmes. pic.twitter.com/jogy3CGvYP
— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) 24 апреля 2018 г.

​Et encore, l'on aurait pu penser que cette inflexion du chef d'État français pouvait servir à faire gagner du temps à l'accord existant, le temps des négociations en permettant d'éviter que Donald Trump ne se retire avant la date butoir du 12 mai qu'il avait fixée.

Mais lors de la conférence de presse de clôture de sa visite, il a déclaré «J'ignore ce que votre Président va décider, mais à mon avis il va se débarrasser de cet accord de son propre chef, pour des raisons de politique intérieure». Ainsi, l'initiative française a été un échec total à ce niveau, pourtant objectif affiché et mis en avant par Emmanuel Macron depuis des mois.

Cette position ne fera qu'aggraver la situation avec l'Iran, qui a déjà mis en garde contre les conséquences d'un retrait de l'accord par les États-Unis. De même que la Chine et la Russie, qui ont déclaré être unies sur la question du nucléaire, annonçant même être prêtes à «bloquer toute tentative américaine de saboter l'accord sur le nucléaire iranien».

Cela ne va pas sans rappeler l'échec quant au retour des États-Unis dans l'accord de la COP 21, lorsqu'Emmanuel Macron avait déclaré à plusieurs reprises qu'il réussirait à convaincre Donald Trump de s'y maintenir. «Donald Trump m'a écouté», avait-il déclaré au Journal du dimanche à ce sujet. Les États-Unis n'ont pourtant pas manifesté la moindre intention positive à ce sujet.

Ne s'improvise pas influenceur et diplomate qui veut. Pour rester crédible, la diplomatie française ne devrait pas s'avancer sur les résultats de négociations, en particulier lorsqu'elle n'a pas les moyens de faire pression sur l'État concerné.

Eux, ils crèveront sans suite, car ils n'auront même pas le temps de se repentir

« La Russie aura recours à l'arme nucléaire uniquement en cas de frappe nucléaire lancée contre son propre territoire, a déclaré Vladimi...