mercredi 9 août 2017

Souvenez-vous toujours que le monde ne vous doit rien



« Il est difficile d’accepter que notre mode de vie ne fonctionnera bientôt plus – notamment quelque chose d’aussi merveilleux que la société techno-industrielle. Mais c’est exactement ce qui se passe. Si vous voulez avoir une chance de continuer d’avancer, il vous faudra vous mettre au goût du jour. Commencez par vous installer dans une région qui a des chances de rester civilisée ( ) Il vous faudra rediriger votre énergie  vers un secteur ou vers une vocation qui vous rendra utile aux yeux des autres ( ) Seront nécessaires : des charpentiers, des forgerons, des médecins, des éleveurs de mules, de petits vendeurs, des agriculteurs, et toute une série de professions liées à la ferme. Souvenez-vous toujours que le monde ne vous doit rien. D’une manière ou d’une autre, il vous faudra gagner tout ce dont vous aurez besoin, y compris votre amour propre et votre prochain repas. » écrit James Howard Kunstler dans un article du 9 août 2017 à lire ci-dessous.
 
Bonne lecture

____________oooo_________

Attendez encore un peu

Le problème, bien évidemment, c’est que même après que le Deep State (autrement dit le « marécage ») sera parvenu à faire s’embourber le président Trump, les Etats-Unis se retrouveront livrés à eux-mêmes – à la dérive au milieu de souches de cyprès, vides de but, d’espoir, de crédibilité et, pire encore, de concept de réalité ; perdus dans le brouillard de l’effondrement. 

Voici tout ce que vous devriez savoir de ce qui se passe et de la direction que nous avons prise. 

Les Etats-Unis sont en banqueroute. Le gouvernement n’a plus d’argent, et ses citoyens sont embourbés dans une dette de laquelle ils ne pourront pas s’extirper. Nous ne serons plus jamais en mesure de générer les volumes de « croissance » associés à l’expansion techno-industrielle. Cette croissance est née des flux d’énergie, et notamment d’énergie fossile, qui nous ont apporté les surplus nécessaires à toutes sortes de choses utiles. Mais c’est terminé. Le pétrole de schiste n’est plus rentable, et les sociétés qui en produisent encore finiront par ne plus pouvoir prétendre et mettre enfin la clé sous la porte.

L’absence évidente de croissance signifie la fin de l’emprunt à tous les niveaux. Quand il ne vous est plus possible de payer vos dettes, vous n’avez aucune chance de pouvoir en contracter de nouvelles. La nation pourra prétendre être capable d’emprunter davantage, parce qu’elle peut supposément « créer » de la monnaie (la prêter à partir de rien, l’imprimer et la faire apparaître sur des écrans d’ordinateur), mais ces tours de passe-passe finissent toujours par ne plus fonctionner. Soit les prêts non-performants ne seront plus remboursés, ce qui fera disparaître de la monnaie, soit les autorités « créeront » tant de monnaie à partir de rien (de la monnaie qui n’est associée à aucun bien de valeur comme les terres, la nourriture et les produits manufacturés) que la monnaie finira par ne plus être utilisée comme moyen d’échange et valeur de réserve, ou encore comme outil fiable d’évaluation des prix – ce qui veut dire qu’elle perdra toutes les fonctions qui font d’elle une monnaie.

En d’autres termes, il existe deux manières de faire faillite dans cette situation : la monnaie devient si rare que très peu de personnes en disposent encore, ou tout le monde en possède tellement qu’elle ne vaut plus rien et n’est absolument plus fiable. Si je mentionne ces questions monétaires, c’est parce que le système financier est le lien unifiant entre tous les systèmes dont dépend la vie moderne, et aucun d’entre eux ne peut survivre sans lui. C’est donc là que les véritables problèmes sont susceptibles de commencer. C’est la raison pour laquelle j’écris tant au sujet des banques et des marchés. 

Les autorités américaines, le gouvernement, les entreprises et l’enseignement, nous mentent quant à nos opérations financières nationales pour diverses raisons. La première est qu’elles savent que la situation est désespérée, mais que les conséquences en seront si terribles qu’elles ne peuvent qu’avoir recours à des fraudes comptables et prétendre que cette solution est préférable à une confrontation avec la réalité. Deuxièmement, elles le font pour protéger leurs postes et leurs réputations – qu’elles perdront de toute façon à mesure qu’avancera l’effondrement et que le voile se lèvera sur leur malhonnêteté.

Le problème sous-jacent est l’échelle de l’activité humaine. Elle a excédé ses limites, et il nous faudra nous réajuster. Tout ce qui est organisé sur une échelle gigantesque ne pourra que faillir, et il n’est donc question que d’un choix entre un effondrement direct ou un redimensionnement sévère, une contraction contrôlée, si vous préférez. Il en sera ainsi pour les programmes gouvernementaux, les aventures militaires, les entreprises, l’éducation, les transports, la santé, l’agriculture, la planification urbaine, et tout le reste. Nous avons malheureusement tendance à ne jamais réformer quoi que ce soit, ou même à redimensionner les activités qui nous sont familières. Nous utilisons toutes sortes de rubans adhésifs et de bouchons pour maintenir le système actuel à flots, mais ces solutions ne suffiront bientôt plus, plus particulièrement pour ce qui concerne la monnaie.

La raison en a été attribuée à la programmation intrinsèque du cerveau humain qui a, nous dit-on, évolué de manière à optimiser la planification de court terme. Mais il est évident que bien des gens et des institutions se dévouent au plus long terme. Il doit donc y avoir une sorte de surcharge émotionnelle représentée par la crainte de lâcher prise, de laisser aller ce à quoi nous sommes habitués, qui désactive la pensée de long terme. Il est difficile d’accepter que notre mode de vie ne fonctionnera bientôt plus – notamment quelque chose d’aussi merveilleux que la société techno-industrielle.

Mais c’est exactement ce qui se passe. Si vous voulez avoir une chance de continuer d’avancer, il vous faudra vous mettre au goût du jour. Commencez par vous installer dans une région qui a des chances de rester civilisée. Cela n’inclue certainement pas les plus grandes villes. Mais il en existe beaucoup de petites qui ont été construites sur une échelle plus réaliste et attendent simplement d’être repeuplées et réactivées. Aux Etats-Unis, beaucoup d’entre elles se situent sur les voies fluviales, sur l’Ohio, le Mississippi, le Missouri, ou autour des Grands Lacs, et dans les couloirs de l’Hudson et du St. Lawrence – sans oublier les régions qui jouissent de sols fertiles.

Il vous faudra rediriger votre énergie  vers un secteur ou vers une vocation qui vous rendra utile aux yeux des autres. Ce qui rend obsolètes les emplois de développeur d’applications mobiles, le négoce journaliser et l’enseignement de l’étude de genre. Seront nécessaires : des charpentiers, des forgerons, des médecins, des éleveurs de mules, de petits vendeurs, des agriculteurs, et toute une série de professions liées à la ferme. L’économie digitale disparaîtra telle une hallucination induite par la drogue. Prenez garde aux flatteries narcissiques de la technologie informatique. Souvenez-vous toujours que le monde ne vous doit rien. D’une manière ou d’une autre, il vous faudra gagner tout ce dont vous aurez besoin, y compris votre amour propre et votre prochain repas.

Attendez encore un peu.

On assiste à une nouvelle tentative de détruire le Sud pour se venger de son vote pour Trump — cette fois définitivement

« Le consensus national établi aux USA à la fin du XIXe siècle concernant la Guerre civile s'est effondré. On assiste à une nouvelle...