samedi 5 août 2017

Le malade c’est celui qui ne participe pas à la folie dominante



Bonne lecture (de névrosé ?)

____________oooo_____________

Billet. Comprendre les marchés, ne pas aller en short au pole nord! Comprendre le Nouveau Monde

Par Bruno Bertez, le 5 août 2017

https://brunobertez.com/2017/08/05/billet-comprendre-les-marches-ne-pas-aller-en-short-au-pole-nord-comprendre-le-nouveau-monde/


Trump est en grosses difficultés, l’étau de Mueller se resserre.
La Corée du Nord continue son programme nucléaire, voire ses provocations.

Trump veut lancer une guerre commerciale contre la Chine, rompant ainsi l’ordre du monde que constitue la Chinamerica.

L’Inde et la Chine s’enflamment et se narguent par dessus leurs frontières.

Le processus du Brexit est chaotique, au vrai sens fort du mot chaotique.

En France le grand espoir Macron est déja relégué aux oubliettes, l’Europe commence à s’éveiller à la déception.

L’euro monte fortement, ce qui risque d’asphyxier partiellement l’embellie conjoncturelle en cours.

Les marchés globaux s’en fichent ! 

Les moments d’hésitation ne durent que quelques heures, avec des écarts minuscules en regard des gains antérieurs; le VIX,  faussement considéré comme un indicateur de stress frémit à peine.

La règle du jeu, car c’est un jeu, ne se situe pas dans les rapports entre les incertitudes du réel, du monde réel, mais dans l’ordre purement financier: la déconnexion est à son comble, je pense même qu’elle est totale.

C’est le réel qui est devenu un discours vain, déconnecté sur la nouvelle pseudo réalité des marchés. Croire que le réel a une influence sur le monde des signes que constituent les marchés est une erreur de méthode, une erreur théorique.

La règle du jeu est endogène, interne à la finance et ceux qui raisonnent à partir de la réalité sont des malades, des névrosés qui n’ont pas compris le nouvel ordre du monde!

C’est l’inversion! Le malade c’est celui qui ne participe pas à la folie dominante. Cela ne vous rappelle rien? Si bien sûr! Vous savez bien que si vous êtes rebelle aux idées post modernes, c’est vous qui êtes  malade, c’est vous qu’il faut rééduquer!

Sévère ? Certes mais juste car être névrosé, c’est répéter dans l’échec!  C’est persister à tenir des discours  inopérants,  inutiles, inefficaces malgré les échecs, être névrosé c’est répéter dans  l’insuccès. Et parler du réel pour travailler les marchés, c’est échouer à tirer les leçons de l’expérience. Comme je le dis, analyser le réel pour travailler en Bourse, c’est utiliser des outils qui n’ont aucun rapport avec les mouvements boursiers, c’est partir en short au pôle nord.

L’esprit de jeu, le plaisir du risque, la tentation de participer malgré tout a pris le pas de façon tellement nette sur ce que l’on appelle les fondamentaux que ceux qui en sont encore là sont discrédités, ils perdent leurs clients, leur fond de commerce.

Dans un monde de professionnels aiguillonnés par la concurrence, c’est terrible. Ceux qui restent en dehors, perdent leur statut social! C’est marche ou crève, il faut céder, se plier aux nouvelles règles.

Et je dirais que c’est exactement ce que les autorités ont recherché au fil des années: vous faire vivre dans un monde bidon, mais qui marche.
Avec la professionalisation de l’investissement, avec le contrôle des taux courts, avec le contrôle du robinet des liquidités, avec le contrôle des messages et des discours des médias, avec le guidage et le pilotage des marchés, avec la transformation du long en court, du risqué en sans-risque, ils ont changé la nature des marchés. Ils ont construit un monde nouveau dont tout peu à peu découle; les revenus, la fiscalité, les controles de ce que vous faites, les moeurs, …

Les  marchés  ne sont plus lieux de découverte des prix et lieux des interactions des appréciations des opérateurs et des  investisseurs, ils sont lieux de transmission des volontés des Institutions. On s’adapte, on ne fait plus les marchés. La preuve, est donnée par la démission de l’intelligence, démission qui se manifeste par la vogue des gestions dites passives! Le mot est bien choisi, car le mot « passive » évoque bien ce dont il s’agit; les actions ne sont plus des actions en liaison avec le mot actif, non les actions sont des passions, passions du jeu.

Il faut deviner pour participer au jeu!

Deviner quoi? Deviner ce que va dire Yellen, Draghi et consorts. Deviner la dernière analyse des banquiers centraux, deviner la vitesse avec laquelle ils vont monter les taux si ils les montent, deviner la dates et l’ampleur de la contraction des bilans des banques centrales, deviner …

Il y a 10 ans que la crise des subprimes a donné lé signal du grand bouleversement, 10 ans que les autorités financières ont pris le pouvoir , sur tout et tous, y compris sur les gouvernements.

Il y a 10 ans que fondamentalement l’économie de marché conçue comme lieu d’expression des préférences, des désirs et des besoins des peuples a été remplacée par une économie dirigée d’un type nouveau, plus tyrannique que tout ce que l’on a connu car inconsciente, secrète, non verbalisée. 

C’est un système, un vrai qui durera tant qu’il ne sera pas exposé au grand jour, tant qu’il restera caché et non su,  à l’abri de l’intelligence. 

Nous sommes devenus fous

« Les flancs des autobus parisiens portent des affiches annonçant la sortie du film « Annabelle 2 ». À côté d’une image montrant quelqu...