mardi 8 août 2017

La Russie souhaite réduire sa dépendance des systèmes de paiement américains et du dollar



« En réponse aux nouvelles sanctions des États-Unis, la Russie souhaite réduire sa dépendance des systèmes de paiement américains et du dollar, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov » rapporte Sputnik dans une brève du 7 août 2017 à lire ci-dessous.
 
Bonne lecture

___________oooo__________

Moscou: le pays en voie de devenir indépendant du dollar

Sputnik, le 7 août 2017


En réponse aux nouvelles sanctions des États-Unis, la Russie souhaite réduire sa dépendance des systèmes de paiement américains et du dollar, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

Prenant acte des nouvelles sanctions imposées par Washington, Moscou cherche à devenir moins dépendante des systèmes de paiement américains et du dollar en tant que devise de compte, a affirmé le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, dans un entretien accordé au magazine russe Mejdounarodnaïa Jizn («Vie internationale»):

«Bien sûr, nous sommes en train d'accélérer notre travail lié à la substitution des importations, à la réduction de la dépendance des systèmes de paiement américains, du dollar comme monnaie de compte, etc. Actuellement, cela devient une nécessité», a expliqué le vice-ministre.

Donald Trump a signé mercredi 2 août la loi introduisant de nouvelles sanctions contre l'Iran, la Russie et la Corée du Nord, tout en la qualifiant d'imparfaite. Selon lui, la loi empiète sur l'autorité du chef de l'État et les nouvelles sanctions auront des conséquences négatives pour les sociétés américaines, les amis et les alliés des États-Unis. La Maison-Blanche a diffusé un communiqué du chef de l'État évoquant la présence dans le document de «dispositions inconstitutionnelles». D'après Donald Trump, non seulement cette loi porte atteinte aux pouvoirs présidentiels exclusifs, mais elle est également en contradiction avec les décisions de la Cour suprême des États-Unis.

La loi a été également critiquée par l'UE qui est préoccupée par le fait que les sanctions permettent d'infliger des amendes aux entreprises européennes pour leur participation à des projets énergétiques communs avec la Russie, en particulier dans la mise en œuvre du projet de gazoduc Nord Stream 2, financé par le géant russe Gazprom et cinq sociétés européennes Engie (France), OMV (Autriche), Royal Dutch Shell (Grande-Bretagne et Pays-Bas), Uniper et Wintershall (Allemagne).

Charlottesville: c'est (encore) la faute à Poutine

Paul Jorion - Le temps qu'il fait le 18 août 2017 : La dernière bataille de la Guerre de Sécession