vendredi 21 juillet 2017

Le “en même tempisme” ne se prête clairement pas à l’exercice du pouvoir



«Visiblement furieux que personne ne soit venu en appui de sa stratégie d'humiliation publique [du CEMA, ndlr], l'Élysée envoie “son” porte-parole délivrer le fond de la pensée présidentielle. Le “en même tempisme” est peut-être un mode efficace de conquête du pouvoir. Mais il ne se prête clairement pas à son exercice. Décidément, cet épisode n'aura grandi personne.» déclare le PS dans un communiqué à lire ci-dessous. 

Bonne lecture

____________oooo____________

Après la charge de Castaner contre Villiers, la polémique repart de plus belle

  • Par
  • Mis à jour
  • Publié

LE SCAN POLITIQUE - Le porte-parole du gouvernement n'a pas mâché ses mots contre le général Pierre de Villiers, qu'il accuse d'avoir «mis en scène sa démission».

Alors que le chef de l'État, en visite hier sur la base aérienne de dissuasion nucléaire d'Istres, essayait tant bien que mal d'apaiser l'ire des militaires, après la démission du général Pierre de Villiers du poste de chef d'état-major des armées (Cema), le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner n'a pas mâché ses mots, dans des déclarations au Figaro.

«Le chef d'état-major a été déloyal dans sa communication, il a mis en scène sa démission», déplore Castaner. Manifestement, la lettre d'adieu du général sur Facebook, ainsi que la teneur de son communiqué de départ, n'ont pas été appréciés. L'exécutif avait demandé au général de patienter en silence pendant deux jours avant de rendre publique sa décision, afin de lui trouver un remplaçant. Le nom de François Lecointre a été officialisé le mercredi 19 juillet, en conseil des ministres.
«Le départ de Pierre de Villiers n'a rien à voir avec son audition par la commission de la Défense, le 12 juillet, même si Pierre de Villiers aurait pu s'imaginer que ses propos allaient fuiter, à moins de manquer d'expérience», a confié le porte-parole du gouvernement. Et d'ajouter: «C'est son comportement qui a été inacceptable. On n'a jamais vu un chef d'état-major s'exprimer via un blog, ou faire du off avec des journalistes ou interpeller les candidats pendant la présidentielle, comme cela a été le cas. Il s'est comporté en poète revendicatif. On aurait aimé entendre sa vision stratégique et capacitaire plus que ses commentaires budgétaires». Christophe Castaner évoque également «la confiance réciproque» qui a fait défaut dans la relation entre l'ancien Cema et le président de la République.

Les propos cinglants du porte-parole du gouvernement, par ailleurs connu pour sa proximité avec Emmanuel Macron, n'ont pas tardé à faire réagir la classe politique. Le secrétaire général du Front national Nicolas Bay a vivement réagi sur France Info: «Castaner tente de jeter l'opprobre sur le général de Villiers qui à aucun moment n'est sorti de son devoir de réserve.» Même tonalité pour Florian Philippot, interrogé ce matin sur BFMTV: «Le gouvernement continue d'humilier cet homme, ce très grand soldat». Chez les Républicains, l'ancien ministre Thierry Mariani a dénoncé sur Twitter un propos «mesquin, indécent, déplacé»
De son côté, le PS n'a pas tardé à réagir dans un communiqué: 

«Visiblement furieux que personne ne soit venu en appui de sa stratégie d'humiliation publique, l'Élysée envoie “son” porte-parole délivrer le fond de la pensée présidentielle. Le “en même tempisme” est peut-être un mode efficace de conquête du pouvoir. Mais il ne se prête clairement pas à son exercice. Décidément, cet épisode n'aura grandi personne.»

Il n’y aura pas de guerre nucléaire mais quelqu’un devra prendre le blâme

« Il n’y aura pas de guerre nucléaire . Peut-être un événement nucléaire limité, mais pas un échange mondial. Il n’y aura pas de moment...