€CALYPSE NEWS

jeudi 27 juillet 2017

1,13 millions d’euros à la DGRH Pénicaud pour la suppression de 900 postes chez Danone ?


« Ancienne DGRH de Danone, Muriel Pénicaud a vendu ses stock-options du groupe en avril 2013, juste après l'annonce de la suppression de 900 postes, qui a fait flamber le cours de l'action. Elle a réalisé une plus-value de 1,13 million d'euros » rapporte RT, citant l’Humanité, dans un article du 27 juillet 2017 à lire ci-dessous.

On relira avec intérêt mon post du 23 juillet 2017 « Vers un nouveau monde » pour mieux comprendre la réalité criminelle de cette nouvelle affaire de plus-values.

Bonne lecture

__________oooo____________


Grâce à des licenciements chez Danone, Muriel Pénicaud a empoché 1,13 million d'euros

RT, 27 juillet 2017, 15:18


Ancienne DGRH de Danone, Muriel Pénicaud a vendu ses stock-options du groupe en avril 2013, juste après l'annonce de la suppression de 900 postes, qui a fait flamber le cours de l'action. Elle a réalisé une plus-value de 1,13 million d'euros. 

Alors qu'elle est toujours embourbée dans l'affaire de l'organisation d'une soirée à Las Vegas pour Emmanuel Macron, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a désormais un nouveau caillou dans sa chaussure, et ce au moment où le gouvernement d'Emmanuel Macron s'apprête à réformer le code du travail par ordonnance.

L'Humanité révèle en effet le 27 juillet sur son site internet qu'elle a effectué une opération financière de premier ordre grâce à ses stock-options Danone le 30 avril 2013, réalisant une plus-value de 1,13 million d’euros.

Si l'opération n'a rien d'illégal, sa chronologie interpelle. En effet, environ deux mois auparavant, le 19 février 2013, la direction du groupe avait annoncé la suppression de près de 900 postes managériaux et administratifs, répartis dans 26 pays européens.

Directrice générale des ressources humaines du géant de l'agroalimentaire entre 2008 et 2013, la ministre avait profité en avril 2009, en pleine crise financière, d'un prix d'achat d'actions historiquement bas (34,85 euros l’unité). Lorsqu'elle a décidé fin avril 2013 de vendre 52 220 de ses stock-options (à l’expiration du délai de garde de quatre ans imposé par Danone), l'action atteignait 58,41 euros.
Les actions du groupe venaient de connaître une forte augmentation, de plus de 15%, après l'annonce du plan social de restructuration.

Il n’y a pas de place, pas d’espace pour une médiation, une initiative ou une action internationales

Donald Tusk « On ne va pas vous cacher que la situation est préoccupante » , a déclaré M. Tusk lors d’un sommet des dirigeants d...