jeudi 15 juin 2017

Ne dites plus « Je suis Français »



En tant qu’abstentionniste ayant fait plus de 51% au premier tour des législatives françaises de 2017, je suis majoritaire et j’ai donc le droit de l’ouvrir pour dénoncer cette mascarade démocratique qui fait qu’avec moins de 15% d’électeurs, en comptant ceux du Modem, La République En Marche va rafler, selon les prévisions, autour de 80% des sièges à l’Assemblée Nationale. La question est claire : que représentera cette Assemblée ? Ce qui est évident, c’est que dans un régime démocratique, cette Assemblée ne sera qu’un simulacre de légitimité, la parodie absurde d’une fausse légitimité pour gouverner le pays.

Autrement dit, pour que le pays soit malgré tout gouvernable, ce n’est pas sur une fausse légitimité que Macron  pourra s’appuyer. Alors quoi ? C’est au choix : autoritarisme, dictature ou impérialisme ou tout ça à la fois et comme Macron est aux ordres des globalistes, cela revient à dire que les Français sont en train de se soumettre volontairement à un pouvoir étranger dont les intérêts n’ont rien à voir avec ceux du pays puisque le globalisme est la négation de toute souveraineté nationale. 

Ne dites plus « je suis Français », car il n’y a plus que les ploucs pour le croire, ces Français de souche appelés à être remplacés par des zombies sans identité, des vivants déjà morts et qui peuvent être déportés dans un Icloud quelconque d’un seul clic. Le plouc, lui, s’accroche à son plancher des vaches, même s’il est végan car il sait que ce plancher-là ne peut pas disparaître d’un clic (j’exclue, naturellement, la possibilité d’une guerre nucléaire car c’est un autre sujet). Je ne sais pas si ce plouc est majoritairement abstentionniste et cela n’a pas d’importance puisqu’il ne représente déjà plus qu’une petite minorité dans notre pays qui n’est déjà plus, lui-même, qu’une zone grise et transparente sur la carte du monde et devient un trou noir avec l’élection mascarade de Macron et la fausse victoire de La République En Marche, une vraie entreprise de liquidation nationale. 

 Ne dites plus « je suis Français » car ce pays que l’on appelait autrefois la France n’existe plus depuis sa dernière victoire de 1918 si ce n’est à travers le souvenir de ses gueules cassées et de leur descendance. Ils se sont fait voler cette victoire comme les Russes, à l’époque soviétiques, se sont fait voler celle de 1945. L’Histoire moderne n’est qu’un rapt permanent de la vérité par une sorte de fausse réalité qui n’existe que dans l’Icloud des esprits empoisonnés par la communication de masse aux ordres d’un conglomérat magmatique qui s’attribue la mission diabolique de régler la question de l’humanité en l’éliminant, comme on élimine les bouchons d’autoroute en faisant disparaître les autoroutes. Avec la voiture connectée, plus besoin d’autoroutes !

Ne dites plus « je suis Français » car cette identité qui s’est construite à travers des siècles d’Histoire n’est qu’un obstacle au macronisme impérialiste, autoritaire et dictatorial au service d’une idéologie nihiliste qui prône la transparence pour mieux nous leurrer comme on leurre une armée ennemie en disposant sur le champ de bataille des divisions de chars en carton-pâte au milieu desquels se dissimulent quelques vrais mécaniques recyclées pour simuler de vagues mouvements tactiques. La tactique de l’illusion qui permet à 15% d’électeurs d’élire 80% de députés… en carton-pâte !
Ne dites plus « je suis Français » car en disant cela vous vous réduisez en une micro puce de quelques millimètres carrés virtuels et ne vous étonnez donc pas de vous retrouver là où vous n’avez jamais pensé vous rendre car votre pensé ne siège plus dans votre crâne mais dans un Icloud qui concentre toutes les pensées humaines pour les broyer et en sortir de la poussière emportée par les vents de la postmodernité. Envolée, dispersée, liquéfiée, votre pensée coule comme de l’eau de source et s’écoule comme du sable blanc entre les doigts. Pas de châteaux en Espagne mais un cactus en plein désert d’enfer en fer chauffé à blanc pour être embouti d’un seul clic silencieux et anonyme par un drone furtif de l’armée des simulacres sur tablette vidéo.

Ne dites plus « Je suis Français » à votre voisinage qui pourrait considérer ces mots comme une autorisation à vous occuper sans vous demander vos papiers ni frapper à votre porte. C’est un code, un appel à l’auto destruction créatrice de fantasmes pilotés à distance proche de l’infini ou du rien, ce qui est la même chose. Sauf qu’à cette distance-là, plus personne ne vous entend. Pas même votre cri primal lorsque vous êtes éjectés de la matrice centrale direct dans la poubelle de recyclage humain. Il y a du monde là-dedans, de la foule qui tourbillonne à l’envers et contre tous, des myriades de LOL et de J’aime le pouce droit debout pour faire du stop aux LREM étoiles filantes et queues de comètes qui commettent le plus grand rapt de la Vième République en lambeaux. 

Ne dites plus « Je suis Français » ou alors dites-le comme votre dernière volonté en joignant les mains comme pour une prière.



EG

Pourquoi je m’en fiche complètement que le quotidien Le Monde mente à ses lecteurs

Lors de son audition à la Chambre du Congrès, Comey a reconnu qu’il n’y avait pas d’enquête en cours pour déterminer les éventuelles col...