mardi 27 juin 2017

La soi-disant ingérence russe dans la présidentielle US n’était que «des conneries» diffusées «pour le taux d’audience» (CNN)



« Dans une interview récente enregistrée par une caméra cachée, l’un des cadres de la chaîne américaine CNN, John Bonifield, a reconnu que le sujet préféré de la chaîne sur les liens Trump-Russie et la soi-disant ingérence russe dans la présidentielle US n’était que «des conneries» diffusées «pour les indicateurs» rapporte Spoutiknews.com citant une vidéo caméra cachée réalisée par l’organisation à but non lucratif Project Veritas que vous pouvez visualiser ci-dessous.

Bonne projection

________________oooo_________________

Un producteur de CNN avoue que l’agenda antirusse est monté de toutes pièces

Spoutniknews International 20:38 27.06.2017

Dans une interview récente enregistrée par une caméra cachée, l’un des cadres de la chaîne américaine CNN, John Bonifield, a reconnu que le sujet préféré de la chaîne sur les liens Trump-Russie et la soi-disant ingérence russe dans la présidentielle US n’était que «des conneries» diffusées «pour les indicateurs».

 «Surtout des conneries», «pas de preuve irréfutable», a déclaré le producteur-réalisateur de la chaîne de télévision américaine CNN John Bonifield, se confessant au sujet des liens entre Donald Trump et la Russie et la prétendue ingérence russe dans la présidentielle américaine, dans une vidéo publiée par l’organisation à but non lucratif Project Veritas.


«Je veux dire, c'est surtout des conneries», a lancé M.Bonifield. «Comme, nous n'avons pas de preuve flagrante.»

John Bonifield a également exprimé des doutes quant à l’existence de fondements aux allégations contre la Russie, pointant du doigt la réputation controversée de la CIA.

«Même si la Russie tentait de s’ingérer dans les élections, nous essayons de nous ingérer dans les leurs, notre CIA fait de la m**** tout le temps, nous essayons toujours de manipuler des gouvernements», a noté le responsable de CNN.

Il a aussi confirmé les soupçons selon lesquels le personnel de CNN serait politiquement opposé au Président Donald Trump, déclarant: «Je sais que beaucoup de gens ne l'aiment pas et qu'ils aimeraient qu’il soit viré…»

«Je pense que le Président est en son droit de dire, écoutez, vous avez lancé une chasse aux sorcières contre moi… vous n'avez aucune preuve réelle», a-t-il ajouté.

Mais pourquoi donc la chaîne continue-t-elle de promouvoir quotidiennement ce sujet? Selon M.Bonifield, toute cette exploitation de la rhétorique antirusse (la Russie a été mentionnée à l’antenne de CNN presque 16.000 fois, 15.694 pour être exact, nldr) est bon pour les indicateurs, lesquels, selon Project Veritas, ont apporté des «millions pour CNN».

«Nos indicateurs sont incroyables aujourd’hui», a raconté le représentant de CNN. 

«Juste pour vous donner un exemple, le Président [Donald, ndlr] Trump s’est retiré des accords climatiques et pendant un jour et demi, nous avons couvert les accords climatiques. Et le PDG de CNN [Jeff Zucker, ndlr] a déclaré lors de notre réunion interne: bon travail, tout le monde a couvert les accords climatiques, mais nous en avons fini avec ça, revenons à la Russie», a-t-il fait savoir.

Publié dans la nuit du 26 au 27 juin, la vidéo s’est tout de suite fait remarquer sur Internet. Ainsi, le secteur russophone a lancé le hashtag #МИДзнал, à savoir «le ministère russe des Affaires étrangères le savait».

La confession, en fait, succède au départ de trois journalistes de la chaîne à cause d’un article sur les «liens» de l’équipe de Donald Trump avec un fonds russe que le média avait effacé peu après la publication.
Auparavant, CNN a supprimé de son site une récente publication sur les «liens» entre le haut conseiller du Président Trump Anthony Scaramucci et le PDG du Fonds russe des investissements directs (RDIF), Kirill Dmitriev, sous prétexte qu'elle ne répondait pas à la politique rédactionnelle de la chaîne.

L'article en question affirmait que le comité sénatorial du renseignement américain avait ouvert une enquête pour savoir si Anthony Scaramucci aurait pu promettre au chef du RDIF Kirill Dmitriev de lever les sanctions antirusses lors du 46e Forum économique mondial de Davos, à la veille de l'investiture de Donald Trump.

Le Deep State US a voté la coupure du gaz russe approvisionnant l’Europe

« La chambre basse du Congrès des Etats-Unis a adopté le mardi 25 juillet à une quasi-unanimité de nouvelles sanctions contre la Russie...