dimanche 9 avril 2017

Syrie : vers de nouvelles sanctions US contre la Russie ?



Alors que Rex Tillerson, le secrétaire d’Etat US, vient dedéclarer sur CBS que Washington soutenait le régime syrien et ses soutiens, donc la Russie, voilà que Nikki Haley, l'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, aurait déclaré de son côté que la question de nouvelles sanctions contre la Russie et l'Iran à cause de leur soutien au régime de Damas était étudiée par le président Donald Trump, selon ce que rapporte RT :

«Je pense que ce sont des conversations [à propos des sanctions] qu'il va avoir et a même déjà commencé à avoir», a-t-elle expliqué, avant d'ajouter que «Rien n'est exclu».

Alors, soutien, pas soutien ? A priori, il semble y avoir du flou au sein de l’administration de Trump. Pourtant, quand on parle de sanctions contre la Russie, de quoi parle-t-on exactement ?

Il faut comprendre que ces sanctions sont toujours ciblées et sont un moyen pour Washington de favoriser ou défavoriser telles ou telles intérêts, aussi bien aux USA, en Russie, qu’en Europe ou ailleurs. Des sanctions contre la Russie (qui n’en a cure) permettront à Trump de poursuivre sa politique isolationniste en pénalisant non pas la Russie mais certains intérêts américains proches de son opposition, souvent liés au clan Obama/Clinton, ces progressistes sociétaux globalistes pro-guerres, etc. 

Beaucoup d’observateurs semblent perdus par la politique apparemment irrationnelle de Trump. C’est dommage pour eux mais qu’importe. Qu’ils changent de métier et laissent Trump mettre en œuvre sa politique selon sa méthode. Cette politique va dans le sens de l’Histoire, celle d’un monde multipolaire où l’Amérique est une grande puissance parmi d’autres, ni plus, ni moins.

J – 8 : « Je ne voterai pas Le Pen », le nouvel élément de langage politiquement correcte pour ne pas rallier Macron

Mélenchon l’a initié en déclarant le premier qu’il ne voterait pas Le Pen sans pour autant préciser pour qui il votera. Macron lui est ...