mercredi 12 avril 2017

Syrie : « (Trump) a créé un événement qui doit être utilisé politiquement par la France » (F Hollande). Vraiment ?


« Barack Obama avait averti que l’emploi par le régime de l’arme chimique contre sa propre population était « une ligne rouge ». Mais c’est son successeur, Donald Trump, le 6 avril, qui a finalement répondu par la force à Damas en décidant seul de bombarder une base de l’armée syrienne » écrit Le Monde du 12/04/2017 et de citer F Hollande :
« Dès lors que Donald Trump a fait ce choix, et quelle que soit l’interprétation que nous en avons – une motivation de politique intérieure, une frappe unique, une volonté d’impressionner ou tout simplement son imprévisibilité –, il a créé un événement qui doit être utilisé politiquement par la France, par l’Europe, pour ramener le plus possible les différentes parties du conflit à la négociation »

Sauf que pour D Trump, les frappes US en Syrie n’ont rien à voir avec la question syrienne mais avec sa cible n°1 qui est la Chine dont le président était justement reçu par Trump au moment des frappes. Un hasard ? 

Certainement pas. Xi Jiping a reçu le message 5 sur 5 et dès son retour à Pékin, il a lancé une campagne d’opinion via Le Quotidien du peuple, l’organe officiel du Parti communiste chinois, pour faire pression sur Pyongyang en sachant que si la menace d’une frappe contre la Corée du Nord a été rendue crédible suite à celle contre la Syrie, c’est surtout un prétexte (un argument de négociation) pour obtenir de la Chine ce qu’il a promis aux Américains dans sa campagne électorale.

Macron président ? L’heure de la Résistance a sonné.

La victoire de Macron au premier tour de l’élection présidentielle française de ce 23 avril 2017 a du même coup désigné le futur locata...