dimanche 9 avril 2017

Syrie: Moscou demande à Londres de dégager



Le Monde de ce jour rapporte « le tacle » du ministère russe des affaires étrangères qui remet Londres à sa place, c’est-à-dire « sans réelle influence sur le déroulement des évènements » :

« … Les Britanniques (qui) n’ont pas de position propre sur la plupart des grandes questions actuelles, et pas d’influence réelle sur le déroulement des événements, se tenant dans l’ombre de leurs partenaires stratégiques. »

C’est dire si la politique isolationniste de Trump, le principal partenaire stratégique de Londres, est parfaitement intégrée par Moscou qui en tire immédiatement toutes les conséquences – dans le cas de la Syrie en dégageant Londres de son horizon syrien - ce qui ne semble pas être encore réalisé dans le chef du gouvernement britannique qui se pense encore nécessaire, sinon incontournable.

De ce point de vue, Berlin et Bruxelles sont plus objectives puisqu'elles ont déjà officiellement renoncé à intervenir en Syrie

USS John S. McCain : la collision a pu être provoquée par un facteur extérieur ou une cyberattaque

« L’US Navy se remet en cause après son quatrième accident dans le Pacifique depuis le début de l’année. L’amiral n’a pas exclu que la ...