jeudi 27 avril 2017

La présence de Macron et Le Pen au second tour sonne-t-elle la fin du clivage gauche/droite ?



Les commentateurs sont unanimes : c’est la fin des partis politiques traditionnels qui s’alternent au pouvoir depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Certains s’aventurent à expliquer que le clivage gauche/droite n’est plus pertinent et proposent une nouvelle clé de lecture de la politique française qui serait l’opposition entre mondialistes et souverainistes pour l’essentiel.

Cette grille de lecture me semble erronée pour expliquer la présence de Macron et Le Pen au second tour de l’élection présidentielle française et c’est bien le clivage gauche/droite qui reste parfaitement opérationnel. Ce que nous observons est seulement un changement (un renouvellement) du personnel politique qui prête à confusion. Attention de ne pas jeter le bébé (le clivage gauche/droite) avec l’eau du bain (les vieilles têtes éliminées du second tour).

Les prochaines législatives montreront que c’est toujours le clivage gauche/droite qui structure la vie politique française et la fait tenir sur ses deux pieds. Macron est de gauche et la véritable opposition de droite n’est pas le FN mais celle qui sortira des prochaines législatives de juin. La France poursuivra sa politique traditionnelle qui consiste à participer à la construction européenne et continuera de s’impliquer dans les affaires du monde. 

Pour qu’une véritable alternative politique s’impose en France, il ne faut pas compter sur le FN mais sur une troisième guerre mondiale, une éventualité qui n’est pas à écarter. C’est par ce genre d’épreuve et pour s’en sortir par le haut que le pays se trouverait dans l’obligation de revoir ses fondamentaux pour s’adapter au monde multipolaire qui en sortirait inévitablement vainqueur.

Pourquoi je m’en fiche complètement que le quotidien Le Monde mente à ses lecteurs

Lors de son audition à la Chambre du Congrès, Comey a reconnu qu’il n’y avait pas d’enquête en cours pour déterminer les éventuelles col...