mardi 7 juin 2016

Russie : la stratégie géopolitique mondiale de Poutine pour les nuls

B07061609:30 - Bien que très peu de gens s'intéresse à cette question pourtant primordiale pour nous tous puisque c'est notre avenir commun qui est en jeu, voici ce que nous nous sommes permis de commettre pour expliquer en quelques lignes à une lectrice éveillée d'€calypse qui semble cependant un peu dans le brouillard l'objectif géopolitique de Poutine afin de tenter de lever et dissiper ce qui semble pour certains être incohérent dans la politique étrangère russe :

"La position de la Russie est parfaitement cohérente et très claire. Comme vient de le rappeler Lavrov, confirmant ce qu'à toujours dit Poutine, la Russie ne veut pas de conflit avec l'Europe et n'attaquera jamais un pays européen. Elle veut et elle finira par avoir un dialogue constructif avec l'Europe dans le cadre d'un monde multipolaire polycentrique où les blocs se respectent et traitent entre eux gagnant-gagnant.

Par contre, ce que la Russie n'acceptera pas, c'est que sa sécurité nationale soit menacée par l'Alliance atlantique en Europe de l'Est ou "le réseau juste et vertueux de sécurité US" dans le Sud-Est asiatique. Si Poutine estime que l'une ou l'autre de ces deux lignes rouges est franchie, soit pas l'Otan en Europe, soit par la coalition Corée du Sud, Japon et US en Asie du Sud-Est, il décidera "les mesures appropriées", c'est à dire qu'il ordonnera "une première frappe" contre les bases militaires équipées de missiles nucléaires des Etats Unis, aussi bien en Europe qu'en Asie du Sud-Est.

Autrement dit, Moscou fait parfaitement la différence entre, d'une part, les pays qui sont et/ou se laissent manipuler par Washington et, d'autre part, les objectifs de sécurité nationale - la suprématie US dans un monde unipolaire - que le Pentagone tentent de sauver en désespoir de cause. C'est une guerre perdue d'avance par "le monde unipolaire (des néocons) dont les jours sont comptés" vient de déclarer Lavrov".
Il est évident que de l'issue de la campagne présidentielle dépend maintenant notre sort à tous dans la mesure où si c'est Clinton qui gagne, Poutine sera obligé de frapper car avec cette hystérique il n'y a pas de dialogue possible alors que si c'est Trump qui accède à la Maison blanche, c'est la diplomatie (et non pas les armes nucléaires) qui primera.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

J - 26: l'électorat macroniste est à 50% de la poudre aux yeux

Selon un sondage Ipsos réalisé pour France Inter : ...parmi les gens souhaitant aller voter, 4 électeurs sur 10 se disent indécis et sus...