mercredi 4 mai 2016

USA : élections Indiana, victoires de Trump et Sanders, Cruz jette l'éponge et Clinton est à la peine

A04051604:05 - Tandis que Cruz abandonne, laminé par une nouvelle victoire écrasante de Trump, Clinton est une nouvelle fois contestée par Sanders qui gagne dans l'Indiana et pourrait arriver en tête de la primaire démocrate sans l'handicape majeur des supers délégués.


La victoire de Trump côté républicain pourrait modifier le rapport de force chez les démocrates et donner une chance à Sanders pour être nominé, les super-délégués pouvant voter pour qui ils veulent, y compris s'ils se sont engagés dans un premier temps pour Clinton. 

Mathématiquement, c'est jouable pour Sanders et politiquement, nous devons nous attendre à ce que Trump, maintenant légitimement assuré (mais ce n'est pas encore fait) de sa nomination par le GOP, va engager toutes ses forces pour démonter Clinton qui peut tomber facilement du jour au lendemain tant elles trainent de casseroles aux fesses, y compris son Bill de mari qui ne rêve que de la voir s'effondrer sans parler de son ex-patron, l'actuelle locataire de la Maison Blanche, qui a du supporter pendant des années la pire secrétaire d'Etat de toute l'histoire américaine (ce que personne ne peut contester puisque ce fut la seule femme jamais désignée à ce poste).

Clinton n'a plus que son sexe à mettre en avant comme Obama n'a jamais eu que sa couleur de peau comme principal argument et a passé ses deux mandats à tenter de démontrer qu'il était aussi noir qu'un blanc.

Mais trèfle de plaisanterie à quatre feuilles, commençons par rappeler que la semaine passée, un premier sondage national donnait pour la première fois Trump vainqueur de Clinton, la question d'un duel avec Sanders n'étant pas encore d'actualité au moment de l'enquête. Rappelons également que Trump a déjà suggéré à Sanders de se présenter en indépendant s'il n'était pas nominé par le parti démocrate. Alors, nous allons poursuivre la logique de cette campagne véritablement post-moderne et aller jusqu'à avancer l'hypothèse d'un ticket Trump-Sanders pour la Maison Blanche. 

Ces deux-là ne courent sous les couleurs de leur parti respectif que pour des raisons administratives, le système électoral US étant particulièrement complexe et totalement ingérable sans le soutien des structures politiques partisanes. Or, Sanders n'est pas fondamentalement un démocrate, mais un socialiste, l'équivalent d'un communiste à la Georges Marchais chez nous pour ne pas remonter encore plus loin. Qui plus est, Sanders est financièrement autonome des instances du parti démocrate puisque sa campagne est en très grande partie financée par les dons de ses électeurs (en moyenne 26 dollars par don). Enfin, en terme de nombre de voix, Sanders bat sa rivale malgré les (trop) nombreux tripatouillages de celle-ci qui est même capable de gagner six fois de suite au lancement des dés... 

En politique, rien n'est impossible. Pour l'instant, ni Trump ni Sanders n'ont officiellement désigné leur colistier. Toutes les hypothèses restent donc ouvertes y compris les plus improbables comme l'ont déjà montré ces primaires absolument exceptionnelles et uniques dans toute l'histoire américaine qui est, de notre point de vue, en train de vivre une révolution inimaginablement plus puissante que toutes les révolutions historiques de cette Grande république dans la mesure ou cette campagne est en train de sceller le destin de toute l'humanité compte tenu du rôle mondialement hyper dominant de l'Amérique depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

L'isolationnisme-protectionniste prôné par Trump n'est en rien assimilable à tout ce que l'on a déjà pu connaître du fait que le contexte international et les conditions même d'existence d'un pays au sein de ce contexte sont eux-mêmes complètement innovants. Pour faire dans la caricature, nous pourrions écrire que Trump fait la promotion y compris beaucoup via tweeter d'une sorte de start-up de l'isolationnisme-protectionniste.

En fait, il lance une idée indépendamment de savoir précisément comment cette idée pourra se réaliser. Ce qui compte, c'est la nouveauté et l'originalité de l'idée, le reste dépendant de la manière dont cette idée peut trouver un écho essentiellement dans le champ de la communication. Et là, nous découvrons combien cette start-up a déjà acquis un capital virtuel immense puisque, en gros, toutes les puissances qui comptent sur la planète n'ont d'yeux et d'oreilles que pour Trump. A tel point qu'Obama lui-même a déjà jeté son micro à terre, face aux journalistes réunis à la Maison Blanche, symbole s'il en est que ce n'est plus lui que fait l'histoire de l'Amérique, mais bien Donald Trump.

Dernier aspect que nous voulons mentionner, celui des répercussions en Europe de la poussée inéluctable de Trump que nous avons déjà analysées à plusieurs reprises et que l'on peut résumer par la progression extraordinairement rapide et tout aussi inéluctable des mouvements dit d'extrême droite qui vont balayer dans les années à venir, peut-être même avant, tous les pouvoirs conventionnels établis depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. 

Ces gigantesques bouleversements déjà en cours ne sont évidemment pas sans danger pour la survie même de l'humanité sur terre mais le pire n'étant jamais garanti, gageons qu'il en sortira tout de même un monde enfin plein d'espoir pour le plus grand nombre.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Trump va-t-il dans le sens de l’Histoire ?

Le monde n’a-t-il jamais été aussi proche d’une catastrophe nucléaire planétaire ? La cause en serait le délire total des élites de Was...