samedi 21 mai 2016

UE : Autriche, "l'UE comptera dimanche soir son premier président d'extrême droite"

D21051611:50 - "L'UE comptera dimanche soir son premier président d'extrême droite en Autriche. A travers toute l'Europe, les partis traditionnels de la droite et surtout de la gauche perdent leurs électeurs, quand ce n'est pas le pouvoir" rapporte Le Figaro.


Cette analyse dans une journal d'opinion de droite est néanmoins la copie conforme de celle du New York Times, la face gauchiste de référence de la bien-pensance occidentale. Une telle unanimité gauche-droite si ostensiblement affichée contre les soi-disant dangers des mouvements populistes qui prennent le pouvoir en Europe et bientôt aux Etats-Unis annonce des temps très troubles bien plus tôt que la plupart ne l'imagine. 

Il est temps d'en prendre acte et de s'y préparer comme il convient.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Autriche : l'Europe au défi de l'extrême droite

Jean-Jacques Mevel pour Le Figaro, le 21 Mai 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 21 Mai 2016


____________***___________

Alors qu'à Vienne le FPÖ semble en mesure de remporter la présidentielle de dimanche, les partis traditionnels de droite comme de gauche sont bousculés sur tout le continent.
l'UE comptera dimanche soir son premier président d'extrême droite
Les signaux d'alerte n'ont pas manqué, de la première clôture dressée à l'intérieur de Schengen, à la démission brutale du chancelier Faymann, il y a peu encore aussi inamovible qu'Angela Merkel. Pourtant, ce n'est pas d'Autriche que l'Europe attendait le prochain coup du sort: si les urnes confirment les pronostics, l'UE comptera dimanche soir son premier président d'extrême droite, en la personne de Norbert Hofer, 45 ans, candidat du Parti de la liberté (FPÖ).
  la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et quelques autres se débattent avec leurs propres extrêmes
À Vienne comme à Berlin, c'est la chancellerie qui détient le pouvoir. C'est donc le successeur (social-démocrate) de Werner Faymann, Christian Kern, qui représentera son pays au Conseil européen. Pour l'UE, ce serait à peine un moindre mal. Le président autrichien est élu au suffrage universel direct, ce qui lui confère une envergure politique que n'a jamais eue le chef de l'État allemand. Et il n'est plus temps de prétendre que l'ascension politique fulgurante de l'ingénieur Hofer est une affaire «purement autrichienne», quand la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et quelques autres se débattent avec leurs propres extrêmes.
L'Autriche est en passe de rejoindre la Hongrie, la Pologne, la Finlande
L'Autriche, nation longtemps réputée centriste et paisible, est en passe de rejoindre la Hongrie, la Pologne, la Finlande parmi les pays de l'UE où la droite dure, «antilibérale», voire extrême, est associée au gouvernement. Les télégrammes de félicitations reçus par le candidat Hofer, après la percée du premier tour, confirment le potentiel de cette constellation: Marine Le Pen, bien sûr, pour le FN, mais aussi l'Italien Matteo Salvini, pour la Ligue du Nord, et le Néerlandais Geert Wilders pour un autre parti de la Liberté en plein essor. Sans oublier l'AfD, Alternative pour l'Allemagne, qui donne des sueurs froides à la «grande coalition» d'Angela Merkel.
à travers toute l'Europe, les partis traditionnels de la droite et surtout de la gauche perdent leurs électeurs, quand ce n'est pas le pouvoir
Mêmes causes, mêmes effets: une classe moyenne déboussolée par des années de crise économique et de mondialisation accélérée, qui bascule et rencontre une extrême droite habile à jouer sur la perte d'identité, la peur de l'islam et, pour finir, l'afflux de réfugiés. Résultat: à travers toute l'Europe, les partis traditionnels de la droite et surtout de la gauche battent en retraite. Ils perdent leurs électeurs, quand ce n'est pas le pouvoir.

En France et aux Pays-Bas, l'extrême droite écrase les sondages, scénario qui se reproduit ailleurs en Europe du Nord. Au Sud, la fragmentation de la scène politique vient d'obliger l'Espagne, en panne de gouvernement, à de nouvelles élections générales le 26 juin. En Allemagne, championne du consensus social, l'AfD de Frauke Petry a devancé le SPD dans plusieurs élections régionales, et l'indéboulonnable parti de Willy Brandt ne rallierait plus que 19 % des Allemands. La coalition nouée par la chancelière, elle, n'aurait le soutien que d'un peu plus d'un électeur sur deux.

L'Autriche, elle aussi coutumière des alliances droite-gauche, montre peut-être la voie. Également discrédités au gouvernement, les sociaux-démocrates du SPÖ et les conservateurs de l'ÖVP ont réuni ensemble 23 % des voix au premier tour de la présidentielle. Stupéfaits, ils ont été contraints d'abandonner le ring à un Norbert Hofer inconnu il y a peu, ainsi qu'à son concurrent écologiste Alexander Van der Bellen, septuagénaire tout aussi surpris. Autant pour les «grandes coalitions»…
L'UE entre à son tour dans une ère d'instabilité et de turbulences politiques à demeure
À Bruxelles, un responsable se désole: «L'UE, déjà cernée par les crises, entre à son tour dans une ère d'instabilité et de turbulences politiques à demeure Les éclats de voix qui se font entendre avec la Hongrie de Viktor Orban, la Pologne du parti Droit et Justice (PiS) et même la Grèce d'Alexis Tsipras donnent la tonalité de possibles discordes paneuropéennes à venir.

Ce fracas épargne jusqu'ici le fonctionnement des trois grandes institutions européennes, Commission, Parlement et Conseil européen. Peu ou prou, elles fonctionnent elles aussi sur un précepte de «grande coalition». Dans une interview au Monde, Jean-Claude Juncker, archétype d'un consensus ancien entre conservateurs, centristes et sociaux-démocrates, assurait hier qu'il n'y a «ni débat, ni dialogue possible» avec l'extrême droite, en Autriche ou ailleurs. À son échelon le plus élevé, l'UE croit encore possible de tenir les extrêmes à saine distance. Toute la question est de savoir si le réalignement en cours ne l'obligera pas un jour à mettre de l'eau dans son vin…
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

De plus en plus de soldats ne se sentent plus représentés par un chef de l’Etat élu par une minorité de Français

« Parce que l’armée est à l’image de la société, de plus en plus de soldats ne se sentent plus non plus représentés par un chef de l’Et...