€CALYPSE NEWS

dimanche 1 mai 2016

France: "Parfois, je me donne la nausée quand j'observe le cauchemar des migrants ou des réfugiés"

E01051612:45 - "Parfois, je me donne la nausée quand j'observe le cauchemar des migrants ou des réfugiés. Est-ce la perspective des prochaines échéances électorales qui nous tétanise au point d'en faire un contre-argument électoral ?" rapporte l'AFP citant une tribune de Nicolas Hulot publié dans Le Monde (accès payant).


De la part d'un éventuel candidat pour 2017, ou c'est de la naïveté, ou c'est du cynisme. Dans son cas, c'est peut-être même les deux car enfin, quand Hulot fait semblant de s'interroger sur le lien entre l'absence voulu de politique migratoire digne du pays des droits de l'homme et la prochaine échéance électorale, il prend ses lecteurs - en l'occurrence ceux du journal Le Monde qui ont les moyens de se payer la lecture de sa tribune (ce qui n'est pas notre cas) - pour des bofs, Certes, ils ne sont pas si nombreux que ce que le journal affiche, loin de là et ça ne s'arrange pas, mais faute de grives, on mange des merles, n'est-ce pas.

Venons-en au fond : en France, effectivement, les sondages donnent Le Pen gagnante, sinon au premier tour, dans (presque) tous les cas au second, c'est selon qui sera son adversaire et ce qui se passera d'ici les élections de 2017. Il est certains que si c'est Hulot qui se retrouve face à Le Pen, il n'y aura pas photo mais ceci est une simple hypothèse formelle. Quant aux autres hypothèses, même les moins formelles, nous pensons qu'il est inutile d'en parler car le problème est ailleurs, c'est à dire aux Etats-Unis.

En effet, il se passe quelque chose, actuellement, d'absolument énorme aux USA dont peu de gens, en France, est apparemment pas Hulot, semble avoir pris conscience et en avoir mesuré les conséquences, y compris pour les élections françaises de 2017. En tout cas, cela ne fait pas vraiment l'objet de nos gazettes sinon pour prendre "la chose", le "vent mauvais" comme la qualifie Le Monde, avec dérision, dédain, voire du mépris.

Pourtant, si 'le vent mauvais" - nous parlons évidemment de Trump - se transforme en tempête puis en tornade et fini par emporter la Maison Blanche, nous considérons que Le Pen gagnerait dès le premier tour et ce quelque soit son adversaire à condition que l'élection française elle-même ne soit pas reportée, voire annulée, pour une raison ou une autre, la gamme des prétextes étant très large.

Les larmes et les "nausées" de M Hulot sur le sort de tous ces migrants et réfugiés que nous laissons se noyer en Méditerranée et en Mer Egée peuvent se comprendre et nous les respectons mais à condition d'aller au bout de l'argumentaire et de dénoncer ce qui en est la cause profonde, à savoir le suprématisme exceptionnaliste des néocons américains et le suivisme cynique de nos dirigeants européens presque tous formés à l'école des néocons US. C'est cela qui nous donne, à nous, la nausée et c'est éventuellement cela qui, comme tous les Américains qui votent pour Trump, nous fera voter, en 2017, pour Le Pen à la présidence, en nous réservant la possibilité de moduler notre choix aux législatives qui suivront.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Migrants : Hulot dénonce "l'indifférence" de l'Europe

Le Figaro avec AFP, le 30 Avril 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 1er Mai 2016


___________***____________

Nicolas Hulot a dénoncé dans une tribune publiée dans Le Monde "l'indifférence" de l'Europe face aux réfugiés notamment syriens et propose entre autre d'ouvrir des "couloirs humanitaires" vers le continent.
Parfois, je me donne la nausée quand j'observe le cauchemar des migrants ou des réfugiés
"Parfois, je me donne la nausée quand j'observe le cauchemar des migrants ou des réfugiés (...) et la manière progressive dont je m'accoutume à l'enfer des autres depuis des années", écrit l'écologiste dans une longue tribune intitulée "Migrants : où est passée notre humanité ?".
 Est-ce la perspective des prochaines échéances électorales qui nous tétanise au point d'en faire un contre-argument électoral ?
"La France, jadis patrie des droits de l'homme, n'est-elle devenue que le pays de la Déclaration des droits de l'homme ? Face aux barbelés de Calais ou aux expulsions de Vintimille, on peut se le demander. Est-ce la perspective des prochaines échéances électorales qui nous tétanise au point d'en faire un contre-argument électoral ?", dénonce l'écologiste, qui n'exclut pas d'être candidat à l'élection présidentielle de 2017.
L'Europe est passée de l'indifférence à l'impuissance et offre à certains un argument de plus pour douter de son utilité
"L'Europe (l'Italie et la Grèce mises à part) est passée de l'indifférence à l'impuissance et offre à certains un argument de plus pour douter de son utilité. Comment ne pas céder à l'écoeurement devant son immobilisme crasse face aux milliers de noyés en Méditerranée ou en mer Egée", s'interroge-t-il.
"Comment 28 Etats n'ont-ils pas été capables de réunir une flotte humanitaire pour sauver des vies que l'on sait à l'avance en péril ? On peut et on doit encore le faire", écrit Nicolas Hulot.
Sommes-nous si peu nombreux à être troublés par l'accord conclu entre l'Europe et le président turc
Il écrit : "Sommes-nous si peu nombreux à être troublés par l'accord conclu entre l'Europe et le président turc pour refouler les nouveaux arrivants en Grèce vers la Turquie ?"

Il appelle à "réduire les délais de traitement des demandes d'asile (environ seize mois)" et à "ouvrir des couloirs humanitaires pour substituer aux voies irrégulières massives de passage des voies régulières à la hauteur". Il demande aussi l'ouverture d'"un corridor pour réinstaller en Europe les réfugiés directement depuis les pays voisins de la Syrie". Il estime aussi qu'il faut "un appui beaucoup plus massif aux pays voisins de la Syrie pour les aider à faire face à l'afflux" de personnes.

Il appelle pour cela à "une coordination Etat, régions, territoires, communes pour évaluer les capacités de chacun à se partager l'accueil" en France. "A plus grande échelle, un sommet international pour répartir les obligations de solidarité et d'assistance face à la crise des migrants me semble une nécessité première", poursuit-il.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Démondialisation au quotidien, arrêter de dépendre d'un système à bout de souffle.

« … Bien, cela n’est pas sûr et n’arriverait pas du jour au lendemain, mais il y a là une grande fragilité du système et peut-être n’est-il...