mardi 5 avril 2016

USA: "Panama papers", une opération anti-Trump de l'OTAN

B05041612:30 - Quarante huit heures après le déclenchement de ce qui peut s'assimiler à une attaque terroriste médiatique mondiale, force est de constater qu'à part en Islande (et encore, faut voir la suite des évènements dans ce pays), quasiment personne n'accorde de crédit aux dénonciations de ce consortium criminel qui a, plus que jamais, pété les plombs et atteint des sommets dans le ridicule (qui parfois, peut tout de même tuer). 


Concrètement, ce consortium criminel nous a promis de nouvelles révélations pour ce jour et nous attendons donc de voir quelles absurdités il va nous pondre. Non pas que les paradis fiscaux ne soient pas un scandale, mais ils le sont ni plus ni moins que tous le système financier d'aujourd'hui que tout le monde critique mais qui en arrange aussi beaucoup. Et s'il s'agit de remettre en question le système, ne rêvons pas: ce ne sont pas les plus dépendants de lui qui vont s'en charger. 

Il reste donc les cibles politiques de cette affaire dont la première - et il n'y a pas photo - est le président russe alors que, comme tout le monde s'accorde pour le dire, le nom de Poutine n'apparaît jamais dans les documents que, par ailleurs, personne n'a encore vu, pas même le New York Times qui, d'ailleurs, s'en désole.

En France, sans surprise, c'est le FN qui fait les frais de cette affaire. Faut-il commenter?

En Europe, il semble que les autorités de l'UE soient exemptées d'avance de tout soupçon alors que de nombreux responsables nationaux sont, eux, au contraire, visés. Un hasard?

Quant aux Etats-Unis, personne ne fréquente semble-t-il, Panama City, à part évidemment Donald Trump qui y possède un luxueux hôtel.

En deux mots, prenez la carte de l'OTAN, celle qui classe les alliés et les ennemis, superposez-là à celle des cibles politiques de cette affaire et, ô miracle, ça colle pile-poil. 

C'est une raison de plus qui nous fait croire que la vraie cible est le candidat républicain Donald Trump qui s'est déclaré farouchement anti-OTAN... et, très honnêtement, c'est ce qui nous tient en haleine derrière notre écran car nous attendons de tomber sur la perle qui nous permettra de confirmer.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le signal de déclenchement d’un krach bancaire et financier mondial pourrait bien être donné par une banque italienne

« En 1929, la faillite du Kreditanstalt à Vienne donna le signal d’un écroulement bancaire en chaîne dans le monde. En 2018 ou dans un très...